Avertir le modérateur

  • La stratégie des « alerteurs de catastrophe » définitivement anéantie

    Le professeur Shengwang Dude et son équipe de chercheurs de l'université de science et de technologie de Hong-Kong ont publié cette semaine les résultats de leur expérience : des photons uniques ne peuvent pas voyager plus vite que la vitesse de la lumière et la  "vitesse supraluminique" n'est qu'une illusion d'optique.

    Cette expérience confirme expérimentalement la théorie d’Einstein. Elle anéantit toute velléité de voyage dans le futur, l’un des thèmes favoris des auteurs de science-fiction. Elle confirme également l’adage philosophique « la cause ne peut précéder l’effet » ainsi, subsidiairement, que le vecteur temporel est orienté, que l’histoire a un sens.

    Cette expérience anéantie aussi définitivement toute stratégie de créer des « alerteurs » d’événements catastrophiques à l’image de radars qui anticiperaient l’avenir afin d’identifier des causes ponctuelles (les causes structurelles ressortant d’une approche systémique) d’épisodes catastrophiques tels que des épidémies et des intoxications collectives afin de les annihiler.

    Les esprits critiques ont relié la publication du professeur Shengwang Dude à une décision du gouvernement chinois du début de l’année qui censure certaines représentations de personnages historiques chinois pour douter des résultats de son expérience. On devra donc attendre la publication du protocole d’expérimentation pour que d’autres chercheurs en confirment les résultats et les conclusions.

    En attendant, la stratégie de prévention reste la seule efficace pour se prémunir contre les risques de catastrophe.

  • Les douanes bloquent les secours vers la Somalie et imposent des actions réfléchies

    Les responsables du programme alimentaire mondial de l'ONU voulaient anticiper la réunion des donateurs prévue à Nairobi pour secourir les millions d'affamés de Somalie : ils avaient affrété le 26 juillet un avion pour expédier 14 tonnes de nourriture à Mogagiscio. Cette réactivité partait d'une bonne intention.

    Il y a en effet urgence puisque 1.000 personnes affamées arrivent chaque jour dans la capitale somalienne. Déjà certains articles de presse étaient publiés sur Internet. Ainsi, en légende d'une photo illustrant un article du Point, on peut lire ce 27 juillet "L'aide humanitaire commence à s'organiser en Somalie, comme ici à Mogadiscio". Malheureusement, c'était oublier les contraintes logistiques et les procédures douanières. En fait, l'avion n'a pas pu partir !

    Le journaliste s'est fait l'écho des informations données par le porte-parole du programme, mais le commentaire sous la photo (d'archive) était trompeuse -et on sait le poids des photos- puisqu'il a anticipé sur les faits !

    En tout cas, ce blocage doit inciter à la réflexion pour élaborer une stratégie d'aide mieux adaptée à la situation et éviter que l'essentiel de l'argent collecté serve à payer des transporteurs aériens.

    La solution n'est pas simple car la Somalie est l'un des pays les plus dangereux et les ONG ont toutes du en partir. Même dans la capitale, le gouvernement ne peut y assurer la sécurité dans tous les quartiers...

    L'aide alimentaire devra probablement transiter surtout par le Kenya qui est le pays le plus proche et qui accueille déjà de nombreux réfugiés de la faim. Les responsables du programme alimentaire mondial doivent prendre un minimum de temps afin de proposer une vraie stratégie aux responsables qui vont se réunir à Nairobi.

    Au-delà de l'aide d'urgence, il est indispensable de réfléchir aux modalités d'un développement durable dans toute cette région de l'Afrique qui sera de plus en plus soumise aux sécheresses liées au changements climatiques. Nombre des habitants de la région sont des éleveurs nomades. La sécheresse décime leurs troupeaux et il faudra des années pour les reconstituer. Depuis le début de cette année, les éleveurs du Kenya se plaignaient de l'envolée des prix des aliments pour leur bétail. En fait, c'est l'avenir de tous les paysans de la région, y compris d'Ethiopie, d'Erytrée et du Kenya, qui est en cause. Et chaque sécheresse pousse les éleveurs de la région vers les villes qui deviennent de vastes bidonvilles où règne l'insécurité. Si rien n'y est fait, les zones de non droit vont s'étendre de plus en plus et abriter des bandes armées qui règneront non seulement sur les populations pauvres locales, mais abriteront également des groupes de pirates et de terroristes capables d'intervenir très loin de leurs bases.

    Tout en compatissant au malheur qui frappe ces populations, il est surtout urgent de réfléchir avant d'agir !

    Michel Foucault

     

     

  • Faillite ou famine partagée ?

    En cette période estivale propice au farniente, les chefs de gouvernement doivent faire face à de graves situations d'urgence :

    - le sur-endettement des pays dits développés dont beaucoup sont surtout riches de dettes, situation qui alarme les créanciers

    - la famine qui menace le vie de plusieurs millions d'hommes, de femmes et d'enfants en Ethiopie, au Kenya et en Somalie

    Dans les 2 cas, les conseils sont de mobiliser des sommes très importantes. La solution sera probablement de faire fonctionner la planche à billets et restructurant les crédits, c'est-à-dire en reportant à plus tard les solutions de fond. En effet, les plus riches -que ce soient des individus ou des Etats- ne sont pas portés spontanément à partager...

    Il devient de plus en plus indispensable de réfléchir sur le long terme et d'engager des solutions de développement durable et équitable. Sinon, l'avenir sera sombre pour tous !

     

    Michel Foucault

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu