Avertir le modérateur

Pour sortir l'aide aux démunis européens de l’impasse juridico-politique, il y a une solution : le co-financement par les Etats membres

Suite à la décision de la Cour Européenne de Justice, l’aide de l’Europe aux plus pauvres est remise en question et une modification législative est nécessaire. Sans attendre la décision de la Cour de Justice, le Parlement européen avait adopté le 7 juillet 2011 une résolution pour soutenir ce programme d’aide mais c’est la Commission qui a le pouvoir d’initiative en la matière.

Depuis la saisine de la Cour de Justice par l’Allemagne et la Suède, la Commission recherche une solution en concertation avec le Conseil européen qui réunit les chefs de gouvernement. En vain : la Commission se trouve confrontée à une minorité de blocage menée par l’Allemagne avec 4 autres pays (Royaume-Uni, République Tchèque, Pays-Bas, Suède et Danemark).

Compte tenu de l'urgence et pour maintenir la pression sur la Commission, Joseph Daul, président du groupe PPE (lr groupe le plus important au Parlement européen) a écrit le 21 octobre à Herman Van Rompuy pour qu’il inscrive cette question à l’ordre du jour de la réunion du 23 octobre.

Mais le gouvernement allemand campe sur sa position. Sa ministre de l'agriculture a clamé que l’aide aux pauvres doit être traitée au plan national ainsi que c’est pratiqué dans son pays.

Pour sortir de cette impasse, il faut s’inspirer du système adopté pour les mesures agri-environnementales : que l’aide aux plus démunis fasse l’objet d’un co-financement avec les Etats membres. Les Etats membres seraient ainsi placés devant leurs responsabilités et l’Europe montrerait qu’elle n’est pas seulement la protectrice des banques. Faute de quoi, les citoyens de la majorité des pays de l'Europe ne regretterait pas l'explosion de l'Union et ce serait un immense gaspillage.

Michel Foucault

Commentaires

  • l'Union représente le tiers des ressources de la "banque alimentaire" qui distribue des denrées à plus de 5.000 associations et organismes de proximité.
    Quant aux "Restos du Coeur", l'aide de l'Europe correspond à environ un repas sur sept.
    Cet hiver, quand il y en a pour 6, il y en aura pour 7...8...9...
    Les Enfoirés n'ont pas fini ni de chanter, ni de danser... surtout avec une TVA qui va passer à 7% sur la musique en France.
    Les gouvernements sont à bout de souffle (Papandreou en Grèce, Berlusconi en Italie, demain le Portugal... l'Espagne... la France ?).
    Messieurs les Commissaires et Députés européens, il est temps de presser le Conseil d'agir en faveur des Peuples et à imposer aux Banques les règles qu'elles imposent aux plus démunis.
    Enfin, je doute qu'on puisse parler de crise financière avec un Euro à 1,35$.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu