Avertir le modérateur

Serons-nous tous demain des entomophages ?

L’entreprise brésilienne Nutrinsecta veut produire des insectes pour la consommation humaine. Elle vient de solliciter une licence des autorités sanitaires pour créer une ligne de production d’aliments pour la consommation humaine.

Nutrinsecta produit 2 tonnes/mois d’aliments pour poissons d’aquariophilie et oiseaux à base de grillons, coléoptères, blattes, mouches et fourmis. Elle a créé à Betim, ville du Minas Gerais (sud-est brésilien), un stand de dégustation d’insectes mélangés avec du chocolat et des macaronis ou préparés à la milanaise. Cependant, selon cette société, la plus forte demande dans les années à venir pour la consommation humaine sera sous forme de farine, présentation qui peut « minimiser » le dégoûtcausé par des insectes.

Parallèlement à la demande d'autorisation du gouvernement brésilien, le fondateur de la société, Luiz Otávio Possas, a reconnu, le samedi 14 juillet dans les déclarations accordées à quotidien virtuel Folha de Sao Paulo, que les « barrières culturelles » doivent être surmontées pour conquérir le marché des pays occidentaux.

entomophage,insectes,larves,alimentationContrairement à ce que pensent les consommateurs de ces pays, l’entomophagie est courante dans de nombreux pays. Pour environ 2,5 milliards de personnes, principalement en Afrique, en Asie et en Amérique latine, se nourrir d'insectes fait partie du quotidien, de la même manière que manger de la viande ou du poisson. Plusieurs espèces d'insectes telles que les larves de charançon ou les termites grillées, sont même en fait considérées comme des mets délicieux.

Les données sur le nombre d’insectes comestibles consommés et leur contribution aux moyens de subsistance sont rares. Vu la saisonnalité des insectes, la majorité des insectes comestibles récoltés ne fournissent de la nourriture et des revenus que pour une courte période de l'année. Toutefois, dans certaines régions d’Afrique, la consommation d'insectes est estimée entre 2 à 30 % de la consommation de viande au cours d'une année, en fonction de la disponibilité des espèces d'insectes, ce qui représente un revenu comparable à celui généré par la vente de légumes..

entomophage,insectes,larves,alimentation,sanitaire,nutrinsecta,charançon,termites,grillons,criquets,scorpions,blattes,abeilles,viande,proteines,vitamine,acides amines,gaz a effet de serreDans des régions comme le Bassin du Congo, l’Afrique de l'Ouest et l'Asie du Sud-Est, les insectes contribuent de manière significative à la sécurité alimentaire et aux moyens de subsistance de millions de personnes en constituant une source fiable de protéines, glucides, vitamines, et de ressources pour les médecines traditionnelles. La récolte d’insectes, qui requiert une main-d'œuvre abondante mais ne nécessite aucun investissement majeur ni propriété foncière, comme leur transformation et vente sur les marchés locaux, est à la portée des populations pauvres, en particulier des femmes et des enfants qui peuvent ainsi générer de l’argent comptant.

La chenille de mopane est l'un des insectes les plus connus et les plus importants en terme économique des produits récoltés dans les forêts du sud du Zimbabwe, au Botswana et au nord du Transvaal. Il a été estimé que chaque année, 9,5 milliards larves de mopane sont récoltées dans les 20 000 km2 de forêts de Mopane d’Afrique du Sud pour une valeur de 85 millions $.

entomophage,insectes,larves,alimentation
Dans certains pays comme la Thaïlande, le Laos, le Vietnam et la Chine, plusieurs types d’insectes sont «élevés» pour les revenus financiers qu’ils génèrent. Au Laos, les grillons sont traditionnellement piégés avec du riz gluant collé sur les bambous qui poussent dans les cours d’eau. En Chine, les scorpions grillés sont particulièrement prisés…

On peut se demander pourquoi les insectes ne sont pas consommés dans le monde occidental comme sous les tropiques. La plupart des espèces d'insectes tropicales sont de tailles bien supérieures à celles vivant dans des climats froids et tempérés. En outre, les régions tropicales possèdent une plus grande diversité d'insectes et certains, comme les essaims de criquets, s’y reproduisent pas en grand nombre. De plus, la plupart des espèces comestibles peuvent se récolter toute l'année. Ce n'est pas le cas dans les régions froides et tempérées où les populations d'insectes cessent de se développer lorsque les températures sont trop basses et hibernent.

entomophage,insectes,larves,alimentation,sanitaire,nutrinsecta,charançon,termites,grillons,criquets,scorpions,blattes,abeilles,viande,proteines,vitamine,acides amines,gaz a effet de serre
La teneur en protéines des insectes est comparable à celle de la viande conventionnelle
. Les acides aminés indispensables sont souvent présents, mais la qualité des protéines de chaque insecte doit être considérée par rapport à l'aliment de base. La teneur en fibres (la chitine de l'exosquelette) est plus élevée que dans la viande conventionnelle, mais comparable à celle des céréales. Tous les insectes comestibles sont une source importante d'acides gras polyinsaturés et d’acide linoléique, une bonne source de fer, de zinc, de calcium et de vitamines B. Les insectes, en général, sont des aliments nutritifs, riches en protéines et en lipides, et fournissent de grandes quantités de minéraux et de vitamines. Leur composition en acides aminés est, dans la plupart des cas, meilleure que celle des céréales et des légumineuses.

La FAO estime que plus de 1.400 espèces de larves et d’insectes sont consommées dans 90 pays. Les insectes sont une source d’alimentation très abondante et les besoins en eau et nourriture sont infiniment moins importants que pour les élevages traditionnels. Passé le stade du dégoût (dans les cultures occidentales), celui qui mange des insectes mange sain : les larves d’abeilles ont une très forte teneur en vitamine D et la chair du criquet offre bien plus de glucide et de calcium que n’importe quelle viande de bœuf.

entomophage,insectes,larves,alimentation
En termes d’impact sur l’environnement, les insectes ont un taux de conversion élevé en denrées alimentaires du fait que ce sont des animaux à sang froid. Ainsi, les grillons ont besoin de 6 fois moins de nourriture que les bovins, 4 fois moins que les moutons, et 2 fois moins que les porcs et les poulets de chair pour produire la même quantité de protéines. Ils émettent aussi moins de gaz à effet de serre que le bétail traditionnel. Le méthane, par exemple, n'est produit que par quelques insectes comme les termites et les blattes. Dans de nombreux cas, les insectes peuvent être élevés à partir de déchets organiques. Le rendement en viande après transformation est beaucoup plus élevé pour les insectes (criquets par exemple 80%) que pour la viande bovine (55%), le porc (70%) ou l'agneau (35%).

Les insectes comestibles sont donc une alternative sérieuse à la production conventionnelle ou à d’autres sources de protéines animales, soit pour la consommation humaine directe, soit indirectement en tant que matière première pour fabriquer des aliments pour le bétail. Reste la barrière culturelle...

Commentaires

  • Génialissime cet article!
    De loin le plus complet et le plus synthétique par rapport à ceux que l'on trouve d'habitude.
    Puis merci pour l'info sur Nutrinsecta ;o)

  • Merci pour ce commentaire élogieux.
    Michel

  • Bonjour,

    super article !

    Pour les plus curieux : http://insectescomestibles.fr.

    Je vous offre un code promo : Fourmiz qui vous permet d'avoir un produit gratuit pour une commande d'un produit minimum.

    Cordialement,

    Romain

  • Au-delà de l'offre commerciale de la boutique "Insectes comestibles", votre site propose des recettes de cuisine pour les entomophages à la recherche de bonnes idées insolites pour recevoir les amis. De quoi aider à surmonter les préjugés occidentaux...
    Michel

  • L'un de mes correspondants Beninois m'a envoyé une photo du plat qu'il a consommé hier soir : Oeufs brouillés aux cuisses de criquets et termites ailés + riz.
    Je l'ai ajoutée aux autres illustrations de mon article à titre d'illustration. Ce plat pourrait être ajouté aux recettes proposées par la boutique en France "Insectes Comestibles"

  • Bonjour Michel,

    La recette de votre correspondant semble très appétissante. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi la partager sur le forum des Entomovores -> http://www.entomovores.ze-forum.com

    Ce site a aussi pour but d'aider à briser le tabou de la consommation d'insectes dans les pays dits "développés".
    Tout le monde peut s'y inscrire et rejoindre la communauté des Entomovores pour parler d'insectes comestibles!

    A bientôt ;o)
    Cordialement,

    Arthur

  • "On peut se demander pourquoi les insectes ne sont pas consommés dans le monde occidental" : j'ai participé à l'un des 1ers évènements culturels de dégustation d'insectes à Montréal, "Croque insectes", au musée de l'Insectarium. Outre la saisonnalité des insectes dans les pays du Nord, quand on creuse les freins culturels, on se rend compte que l'occident, par ses ancrages religieux chrétiens, associe aux insectes des images négatives (ce qui grouille sous terre / figures emblématique du mal), ainsi que par l'hygiénisme du 19e (contrôler la nature, aseptiser la nourriture et gommer son aspect naturel, comme ne pas manger l'animal dans sa forme originelle). Il y a une montagne de films, d'images pour enfants, de références littéraires... qui donnent à voir les insectes (et autres arthropodes) comme des êtres vivants répugnants, dangereux, dégoûtants, voire "non-animal", extra-terrestre. Cela se transmet socialement sous la forme de peurs profondes, souvent inconscientes. J'abrège bien entendu, mais je trouve ces pistes de compréhension anthropologique et en psychologie sociale passionnantes et peu explorées pour l'instant... Pourtant nous avons tout intérêt à les approfondir pour changer le regard sur l'entomophagie.

  • Merci pour ce commentaire très intéressant et qui ouvre des pistes pertinente de réflexion et de compréhension anthropologiques.
    Je le signale à mon ami béninois qui est agronome entomologue et animateur d'une équipe de recherche.
    Il réagira certainement par un commentaire sur la perception des insectes et autres 'bestioles' dans les cultures traditionnelles en Afrique de l'Ouest.

  • Je partage entièrement la réflexion de Pauline Lachappelle.

    En Afrique, l'entomophagie est ancestrale, les communautés consommatrices d’insectes sont bien conscientes qu’elles ont leurs compléments nutritionnels à travers les insectes alimentaires. Elles savent très bien qu’il y a des insectes ravageurs, prédateurs, toxiques………..et en font une très bonne distinction entre les alimentaires et non comestibles.

    Je sais que chacun de nous mange indirectement les insectes tous les jours à travers les jus de fruits, la pâtisserie…………parce que dans ces produits il y a souvent des larves invisibles immature à l’œil nu qui sont écrasées pendant les extractions des fruits, dans les farines pour fabriquer la pâtisserie………..

    Je reste ouvert pour collaborer avec Pauline Lachappelle afin que nous collections des données de terrain sur cette compréhension anthropologique et en psychologie sociale qui ne sont pas du tout explorées’.

  • Merci pour vos retours ! J'échange souvent avec un ami anthropologue et ethno-entomologiste à ce sujet. C'est d'ailleurs lui qui m'a transmis cet article (très bien écrit au demeurant, il synthétise bien le sujet tout en restant dans une profondeur, c'est en effet rare). Peut être que des échanges avec vous peuvent l'intéresser. En outre je suis en lien avec une personne en France qui souhaite lancer des produits alimentaires à base d'insectes.

  • Merci de m'envoyer l'article en fichier attaché sur mon mail: tchisev@yahoo.fr. Je reste disponible pour discuter avec la personne qui veut lancer des produits alimentaires à base d'insectes.

  • Bonjour M. Séverin :o)
    Je me doutais bien qu'il s'agissait de vous ^^

  • Bonjour Arthur, c'est bien moi Séverin Tchibozo du Bénin

  • Bonjour Pauline,
    Je me rappelle de vous. Nous étions en contact en 2006. Etes-vous toujours en contact avec le musée de l'Insectarium de Montréal? Travaillez-vous toujours au Muséum de Lyon?

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu