Avertir le modérateur

  • Pour une production durable et une valorisation raisonnée de l'huile de palme

    Le Salon International de l'Alimentation (SIAL) de Paris a organisé un débat télévisé sur le thème "Supprimer les ingrédients controversés - A quel prix ?" Lors de ce débat retransmis sur YouTube , j'ai volontairement mis l'accent sur le cas de l'huile de palme que certaines entreprises industrielle et de distribution écartent systématiquement dans le seul souci de se différencier de leurs concurrents.

    L'huile de palme est devenue la principale huile produite dans le monde. Ce produit est ambivalent avec des aspects positifs et d'autres négatifs :

    - le palmier à huile est l'une des plantes qui transforme le mieux l'énergie solaire en énergie nutritive. Il produit 10 fois plus d'huile à l'hectare que le soja et, plus encore que le colza ou le tournesol. Les variétés les plus performantes permettent de produire jusqu'à 11 tonnes d'huile par hectare !

    - malgré les contraintes de production, son huile est la moins coûteuse à produire et est attrayante également pour un usage comme biocarburant

    - l'huile de palme est la principale huile consommée depuis des millénaires en Afrique équatoriale d'où elle est originaire, mais aujourd'hui surtout en Inde et en Chine

    - l'huile de palme supporte les hautes températures pour la friture 

    - sa production n'impose pas l'emploi de pesticides

    - sa production n'est pas mécanisable du fait qu'un palmier adulte mesure 15 mètres de haut. Ceci explique pourquoi la production d'huile de palme fait vivre 10% de la population de Côte d'Ivoire, emploie 5 millions d'indonésiens et autant de malais, réduisnat d'autant l'exode rural dans ces pays.

    - l'investissement agricole s'inscrit dans la durée car le palmier est très productif pendant 25 ans 

    - par contre, son développement très rapide depuis un demi-siècle constitue une menace pour la forêt vierge tropicale humide et la biodiversité de cette forêt

    - l'huile de palme contient pour moitié des acides gras saturés qui peuvent accroitre les risques pour les personnes susceptibles d'être sujettes aux maladies cario-vasculaires 

    huile de palme, RSPO, collecte


    A l'issue de ce débat télévisé visible sur YouTube, j'ai proposé une démarche opérationnelle qui permettrait de développer et de valoriser durablement cet ingrédient alimentaire indispensable pour la sécurité alimentaire mondiale face à l'augmentation prévisible de la population:

    - n'autoriser les plantations de palmiers à huile qu'en dehors des zones de forêt vierge primaire et avec un programme de renouvellement raisonné des plantations

    - s'assurer que dans les plantations, les moulins et les raffineries les personnes travaillent dans des conditions décentes et correctement rémunérées

    - promouvoir, avec les travaux de recherche technico-économiques préalables indispensables, un fractionnement en masse par des procédés physiques (cristalisation par le froid en jouant sur les différentes températures de solidification) pour orienter les acides gras saturés vers une valorisation sous forme de biocarburant et les acides gras insaturés avec ses vitamines liposlubles vers les huiles alimentaires qui ne présenteraient plus alors de risques pour la santé

    - promouvoir le label de certification RSPO de responsabilité sociale et environnementale avec la traçabilité tout le long de la filière jusqu'au produit élaboré

  • Les insectes, des sources durables de protéines pour l’alimentation animale

    Les insectes peuvent être un élément permanent dans l’alimentation du porc et des volailles selon une étude de faisabilité réalisée par l'Université de Wageningen avec le financement du ministère néerlandais de l'Economie, de l'Agriculture et de l'Innovation.

    Sur le plan technique, les insectes et/ou leurs larves sont des animaux à sang froid. Déjà utilisés comme aliments traditionnels dans de nombreuses régions du monde, en particulier en zone tropicale, ils peuvent être utilisés comme source durable riche en protéines dans la ration du porc et des volailles. Les principaux obstacles ressortent de la réglementation, de la vitesse avec laquelle serait développée une production intensive et la réduction des coûts.

    Les principales sources de protéines dans les aliments pour porcs et volailles sont la farine de poisson, le tourteau de soja, la farine de graines de tournesol et de colza. Étant donné que la demande mondiale de protéines animales pour la consommation humaine augmente, le prix de ces produits est également en hausse. Les insectes peuvent constituer des sources alternatives de protéines, en particulier lorsqu'ils sont produits sur des substrats de sous-produits et de déchets organiques.

    Aux Pays-Bas, environ 18 sociétés produisent des insectes à petite échelle pour les zoos et animaleries. Le produit final peut être de la "farine d'insecte", ou une fraction de protéine insoluble dans l'eau.

    Les espèces les mieux adaptées pour la production à grande échelle sont : la mouche noire soldat, la mouche domestique et la ténébrion.

    La teneur en protéines brutes d'insectes varie significativement selon les espèces et le stade de la vie. La plus forte teneur en protéines brutes a été trouvée dans la chrysalide de la mouche domestique (65,7 %) et les plus faibles chez les larves de la mouche soldat noire (38,9 %).

    insectes,alimentation animale,proteines,GMP+ international,HACCP
    En ce qui concerne la législation, les insectes sont considérés comme des sources de protéines animales et, par conséquent, l'actuelle législation européenne « ESB » n’autorise pas leur utilisation dans l'alimentation des porcs et des volailles.

    Par ailleurs, la certification GMP+ International devrait être également adaptée. Cette certification reconnue au niveau mondial rassemble des référentiels basés sur l'analyse de risques HACCP, dans le domaine de la nutrition animale.

    Source : AllAboutFeed  17 Oct 2012

  • Des chinois jeûnent volontairement 24 heures pour lutter contre les gaspillages de céréales

    Chine,céréales,sécurité alimentaire,gaspillage
    Selon Radio Chine Internationale, des responsables chinois du secteur des céréales ont participé le 16 octobre à la campagne "Faire l'expérience de la faim durant 24 heures" afin de sensibiliser le public à la sécurité alimentaire et pour lutter contre le gaspillage de céréales. Un exemple à suivre dans d'autres régions du globe alors que l'obésité progresse dans les pays dits développés ?..

    La campagne de sensibilisation a été organisée par le Bureau national des céréales (BNC), qui a invité le personnel de ses branches locales à travers la Chine à jeûner volontairement pour marquer la Journée mondiale de l'alimentation.

    Shu Gang, directeur de l'administration des céréales de Chengdu, capitale de la province du Sichuan (sud-ouest), a déclaré qu'il espérait que cette activité pourrait corriger l'idée fausse qu'ont de nombreux citoyens que la Chine est autosuffisante du point de vue céréalier.

    M. Shu qui a participé au jeûne de 24 heures, a indiqué que chaque personne en bonne santé devrait participer à l'événement pour apprécier la valeur des céréales.

    Le BNC a également indiqué que l'expérience du jeûne avait pour but de rappeler aux citoyens de ne pas oublier l'importance du stockage des céréales pendant les années de bonnes récoltes.

    Des événements de ce genre ont également été organisés dans la province orientale du Shandong, l'une des principales régions céréalière du pays. Plus de 300 étudiants, ouvriers, paysans et fonctionnaires y ont pris part.

    Selon des analystes, quelque 85 millions de tonnes de céréales ont été gaspillées en Chine soit à cause d'un mauvais stockage, soit à cause d'un gaspillage à la consommation. De plus, environ 10% de la nourriture est gâchée quotidiennement sur les tables des familles chinoises.

    Le gouvernement attache une importance particulière à la sécurité alimentaire, alors que le pays compte une population de plus de 1,3 milliard d'habitants. Bien que davantage de familles rurales et urbaines vivent plus aisément après trois décennies de rapide développement économique, une petite proportion de la population des régions rurales ou montagneuses vit encore dans la pauvreté et n'a pas assez de nourriture.

    Zhang Bingde, l’un des responsables du BNC, a averti que la forte demande en céréales augmentera avec la croissance de la population. Selon lui, "La sécurité alimentaire demeure un des grands défis de la Chine."

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu