Avertir le modérateur

Une étude remet en cause la crédibilité du label MSC "pêche durable"

 

MSC,produits de la mer,durable,envrironnement

Une étude scientifique américaine parue dans la revue Biological Conservation annonce que le label "MSC pêche durable" est trop indulgent.

Or, ce label a été créé en 1997 afin de proposer le meilleur choix aux consommateurs en produits de la mer pour lutter contre les problèmes générés par la pêche intensive.

 

Jennifer Jacquet, professeur adjoint en environnement à l’université de New York et l’une des onze auteurs de l’étude, s’explique: "Quand les consommateurs veulent du poisson durable, il existe deux options pour répondre à cette demande: la pêche peut devenir plus durable ou la définition de durable peut être édulcorée jusqu’à devenir pratiquement dénuée de sens. Avec le label MSC, c’est la seconde option qui a été maintes fois choisie".

 

Les chercheurs ont analysé 19 objections émises par des ONG, à propos en particulier des pêches de légine australe et de krill antarctique.

 

1 produit sur 3 sont en cause

 

MSC utilise trois principes pour certifier une pêche comme durable: la durabilité des stocks ciblés, l’impact faible des pêches sur l’écosystème et une gestion efficace.

 

Selon leurs analyses, les chercheurs estiment que 12% des allégations représentant 35% du volume des produits de la mer qui portaient ce label ne répondraient pas à ces normes.

 

"La définition de la durabilité du MSC est totalement déphasée par rapport à la perception du grand public de ce que signifie ce terme. Lorsque le MSC labellise durable une pêche à l’espadon qui capture plus de requins que d’espadons, il est temps de réévaluer les normes", déclare Claire Christian, analyste politique auprès de l’Antarctic and Southern Ocean Coalition et l’une des auteurs de l’étude.

 

Le label Marine Stewardship Council (MSC) a été créé en 1997 et a pour but de proposer le meilleur choix environnemental en produits de la mer aux consommateurs afin de lutter contre les problèmes engendrés par la pêche intensive.

Cette mise en cause de la rigueur de la certification du Marine Stewardship Council doit inciter tous les organismes certificateurs à faire preuve d'une grande transparence sur leurs critères d'évaluation. Le risque est de faire douter les consommateurs du sérieux des labels et de détruire leur confiance pour ne plus choisir que le critère du prix…

 

 

Sources: LSA, Jacquet

Commentaires

  • L’enjeu de la confiance en ce label est très important : en 2012, le nombre de produits portant le label MSC (Marine Stewardship Council) progresse rapidement. Il atteint 1.020 références en France contre 165 en 2009, signe de l’engagement massif des marques et des distributeurs, mais aussi de la réelle demande en poissons ne contribuant pas à l’extinction des espèces concernées.

    Une quarantaine de nouvelles marques de produits certifiés MSC ont lancé sur le marché français, soit une augmentation de près de 30% par rapport à 2011. Findus propose par exemple 100% de colin d’Alaska certifié MSC. Et du côté de la Restauration Hors Domicile (RHD) en France, après McDonald’s et son filet-O-Fish fait de 100% de poisson labellisé MSC, c’est au tour de KFC de s’engager en proposant, dans tous ses sandwichs au poisson, du poisson 100% certifié MSC.

    Cette augmentation de références MSC se retrouve également en Europe.
    Ce label comptait en 2012 près de 15.000 références de produits labellisés dans le monde vendus dans 84 pays, soit 62% de produits labellisés en plus, avec 9 pays supplémentaires par rapport à 2011.

    A l’amont, l’adoption du label MSC progresse: alors qu’elles n’étaient que 22 pêcheries certifiées dans le monde en 2007, elles maintenant 147 et 128 autres sont en cours de labellisation.

  • L’enjeu de la confiance en ce label est très important : en 2012, le nombre de produits portant le label MSC (Marine Stewardship Council) progresse rapidement. Il atteint 1.020 références en France contre 165 en 2009, signe de l’engagement massif des marques et des distributeurs, mais aussi de la réelle demande en poissons ne contribuant pas à l’extinction des espèces concernées.

    Une quarantaine de nouvelles marques de produits certifiés MSC ont lancé sur le marché français, soit une augmentation de près de 30% par rapport à 2011. Findus propose par exemple 100% de colin d’Alaska certifié MSC. Et du côté de la Restauration Hors Domicile (RHD) en France, après McDonald’s et son filet-O-Fish fait de 100% de poisson labellisé MSC, c’est au tour de KFC de s’engager en proposant, dans tous ses sandwichs au poisson, du poisson 100% certifié MSC.

    Cette augmentation de références MSC se retrouve également en Europe.
    Ce label comptait en 2012 près de 15.000 références de produits labellisés dans le monde vendus dans 84 pays, soit 62% de produits labellisés en plus, avec 9 pays supplémentaires par rapport à 2011.

    A l’amont, l’adoption du label MSC progresse: alors qu’elles n’étaient que 22 pêcheries certifiées dans le monde en 2007, elles maintenant 147 et 128 autres sont en cours de labellisation.

  • L’article de Christian et al. (2013) cité ci-dessus et paru dans la revue Biological Conservation démontre une compréhension erronée de l’objectif de la procédure d’objection et ne reflète pas les nombreux bénéfices associés.
    De plus, les co-auteurs omettent de souligner leur intérêt personnel dans cette étude : plus d’un tiers des objections déposées et listées dans leur étude ont été déposées par des co-auteurs ou par les institutions qui les emploient.
    Le MSC est favorable aux études indépendantes sur son programme et sollicite constamment des conseils pour l’améliorer, de la part de parties prenantes très diverses. Malheureusement, les conclusions faites par Christian et al. (2013) sont focalisées sur des critiques antérieures de certaines pêcheries certifiées MSC, par des organisations environnementales, qui se sont révélées fausses, au lieu de s’intéresser aux faiblesses et aux forces de la procédure d’objection et du programme MSC dans son ensemble. Pour en savoir plus, consultez la réponse du MSC sur : http://www.msc.org/salle-de-presse/communiques/explications-sur-la-procedure-d-objections-du-msc-reponse-a-christian-et-al-2013

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu