Avertir le modérateur

  • Les scientifiques proposent des solutions pour réduire les émissions de méthane des animaux

    Les émissions de méthane (CH4) dans l’atmosphère sont un enjeu important car c’est un gaz à effet de serre au potentiel de réchauffement climatique 21 fois supérieur à celui du CO2 et qu’elles augmentent rapidement !

    Au niveau mondial, la concentration en méthane s'accroît d'environ 1 % par an et celle du gaz carbonique d'environ un demi %. Certains craignent que le méthane ne devienne un jour le problème le plus important.

    Le taux de CH4 atmosphérique a plus que doublé ces 2 derniers siècles, surtout en raison d’activités humaines comme l'élevage de ruminants.
     

    Tous les animaux qui se nourrissent de végétaux produisent naturellement du méthane. Presque 0,5 % du total des émissions animales est attribuable aux humains. La faune sauvage en produit environ 5 %.

     

    elevage, vaches laitières,alimentation, methaneAvec 1,3 milliards de têtes de bétail, l’élevage des gros bovins représente à lui seul 71 % du total des émissions 

    En effet, les ruminants tels que les bovins ont un estomac compartimenté dans lequel - plus précisément dans le rumen - les bactéries décomposent les aliments et génèrent du CH4 en tant que sous-produit.

     

    Un seul bovin peut en produire environ 65 kg et une vache laitière 90 kg de CH4 par an, essentiellement rejeté par voie orale (95%). Ce rejet représente une perte de 7% de l’énergie ingérée par l’animal.
     

    Des propositions scientifiques concrètes

     

    À l'Université du Manitoba, les chercheurs canadiens ont découvert que le niveau de méthane baisse dès que la vache mange des aliments de haute qualité, faciles à digérer. Ils ont ainsi observé que les émissions de méthane diminuent de 10 % lorsqu'on mélange de la luzerne au fourrage.

    Des scientifiques de l’INRA ont mis au point une méthode pour réduire encore plus la production de CH4 en utilisant un complément alimentaire issu de la fermentation d’un substrat par au moins un champignon appartenant au genre Monascus.
     

    Ces champignons sont sans danger pour l’Homme et l’animal. Ils sont traditionnellement utilisés dans la gastronomie chinoise et leur consommation a été autorisée par l’EFSA et la FDA.

     

    Les chercheurs de l’INRA ont montré qu’un substrat organique (grains de céréales et dérivés) fermenté par une souche de l’espèce Monascus ruber et ajouté à la ration d’ovins réduit de 30% la production de méthane.

     

    Protégée par un brevet, cette technologie nécessite encore des travaux de R&D avant la commercialisation d’un complément alimentaire ou ingrédient alimentaire bioactif pour les ruminants d’élevage.

     

    En tout état de cause, il y a là une voie intéressante pour maitriser l’augmentation du taux de méthane dans l’atmosphère, une voie d’autant plus intéressante que les besoins en produits laitiers devraient s’accroitre rapidement, en particulier dans les pays émergents.

    Source : INRA 

  • Le rappeur Mos Def manifeste sa solidarité avec les grévistes de la faim de Guantanamo

    Mos Def,gréviste de la faim,Guantanamo,alimentation de forcePour manifester sa solidarité et sensibiliser l’opinion publique, le rappeurMos Def(Yasiin Bey) a été alimenté de force à l’image de ce qui est pratiqué pour les grévistes de la faim de la prison deGuantanamo à Cuba où 120 détenus sur 166 sont engrève de la faim.

    Une note militaire qui a fuité mentionne que 44 détenus y sontalimentés de force.

     

    Source : SpinOn.com

  • La hausse prévisible de la production céréalière mondiale en 2013 ne règlera pas tout

    La production céréalière mondiale de 2013 est en hausse de 6.8% d’après les estimations de la FAO, soit 2.479 millions de tonnes en total. Ceci permettra de reconstituer les stocks mondiaux et d’espérer des perspectives de marchés plus stables en 2013/14, d’après le  rapport trimestriel de la FAO‘’Perspectives de récoltes et situation alimentaire’’.

     

    FAO,céréales,importation,consommation

     

    10 pays importent plus de 75% de leurs besoins alimentaires en céréales ! Leur population est donc particulièrement sensible aux prix sur le marché international. Or, les prix du blé et du maïs sont toujours à un niveau supérieur à ceux de 2012…

     

    Par ailleurs, 34 pays dont la Syrie, l’Irak, le Yémen, l’Afghanistan, le Kirghizistan et la Corée du Nord, 27 pays africains sont dans une situation telle qu’une aide alimentaire internationale est indispensable pour y lutter contre la faim massive des populations.

     

    Le site de l’Economiste Maghrebin relève qu’une augmentation des importations céréalières est prévue pour des pays comme l’Indonésie et le Nigéria et l’Egypte, pays où les désordres sociaux et la baisse des réserves de devises engendrent de sérieuses inquiétudes pour la sécurité alimentaire,

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu