Avertir le modérateur

  • Des legs indécents et insensés quand tant de personnes ont faim

    Confronté à la question de la sécurité alimentaire, on a du mal à parler argent... Il est surtout fait le parallèle entre les 900 millions de personnes qui souffrent d’une sous-alimentation et le constat qu’un tiers de la nourriture est gaspillé dans le monde.

    Le lien n’est en fait pas aussi évident que cela. En effet, dans les pays très peu développés, le tiers des aliments produits est perdu avant la collecte alors que dans les pays dits développés, le tiers des aliments est gaspillé par le consommateur lui-même. La lutte contre les gaspillages doit donc être adaptée à chaque situation.

    Par contre, il existe un produit très facile à échanger : la monnaie. C’est d’ailleurs le propre de son invention. De plus, avec de la bonne volonté et du courage, ce produit pourrait être alloué de manière équitable ; ce pourrait être un moyen très efficace de solidarité entre les êtres humains. Encore faudrait-il qu’ils soient reconnus comme prioritaires…

    Des millionnaires malgré eux

    Certaines personnes sont tellement éprises de leur animal de compagnie qu’elles en font leur héritier privilégié, voire exclusif. Un Québécois a ainsi recensé douze animaux millionnaires et traités comme tels.

    sécurité alimentaire,legs,animaux,truffes,caviarLe plus riche des animaux : Gunther IV. Ce berger allemand est lui-même l’héritier de Gunther III mort en 1991, un mois après sa maitresse, la comtesse allemande Karlotta Lieberstein. Le legs de Gunther IV est constitué de plusieurs sociétés d’investissement, de plusieurs maisons et hôtels particuliers aux Bahamas. La valeur du legs, multipliée par trois en quelques années, est estimée à 373.000.000 USD (305 millions d'euros).

    Pendant que des enfants souffrent de la faim, Gunther IV ne mange que des plats de luxe, du steak, des truffes et du caviar.

    sécurité alimentaire,legs,animaux,truffes,caviarPour assurer son train de vie de chien millionnaire, il dispose d’une femme de chambre, d'un majordome et d’une limousine avec chauffeur, sans compter une piscine particulière dans sa résidence princière.

    Autre riche héritier : Toby Rimes. Ce caniche est le lointain héritier d’un autre chien du même nom. Dans les années 1900, Ella Wendel était l'héritière d’une famille qui avait fait fortune dans l'industrie de la fourrure et acquis de nombreuses propriétés à New York, en particulier à Manhattan, en raison de leur devise, «Buy, never sell". Lors du décès d’Ella Wendel en 1931, des centaines de personnes ont réclamé une part de l’héritage. Malheureusement pour elles, la défunte avait précisé dans son testament que sa fortune soit placée dans un fonds fiduciaire au bénéfice de son chien Toby Rimes et de ses descendants. Quelques 80 années plus tard, le descendant de ce chien chanceux, également nommé Toby Rimes, est devenu l'héritier d'une fortune de 92 millions de dollars.

    Les chiens sont les animaux les plus riches bénéficiaires. Néanmoins, parmi les chats, Blachie a hérité de Ben Rea une fortune estimée à $ 25 000 000. Par contre Tommaso ne pourra pas bénéficier du legs de $ 13 000 000 de Maria Assunta. En effet, la loi italienne ne permet pas qu’un animal soit héritier et le legs a été confié à une association représentant les intérêts des animaux.

    sécurité alimentaire,legs,animaux,truffes,caviar,pouletPlus étonnant, un poulet millionnaire ! Miles Blackwell, éditeur célèbre à Oxford, était connu pour son activité caritative, son amour des animaux et son sens de l'humour. Lors de sa mort, non seulement une grande partie de sa fortune personnelle a été léguée aux associations de protection animale qu'il avait créées, mais aussi £ 10 000 000 ($14 millions) ont été léguées à Gigoo, son animal de compagnie préféré.

    Je comprends que l’on puisse apprécier la fidélité de certains animaux de compagnie.
    Mais est-il raisonnablement humain de préférer gâter quelques animaux plutôt que de soulager des enfants qui souffrent de malnutrition ? 

    Source : Buzzhunt

  • Reconnaitre le lien entre le changement climatique et la désertification

    La 21ème Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations unies (COP21) sur les changements climatiques à Paris en 2015 devra aboutir à l’adoption d’un premier accord universel et contraignant sur le climat pour maintenir la température globale en deçà de 2°C.

    desertification

     

    Lors de la 20ème Conférence des Parties sur les changements climatiques tenue à Lima 1-12 Décembre 2014, le représentant algérien a souligné les lacunes du 5ème rapport d’évaluation du groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique (GIEC), en particulier en Afrique pour les impacts du changement climatique sur la désertification, sans compter que le rôle de ces poussières désertiques sur le réchauffement global.

    Les impacts du changement climatique sur la désertification sont multiples : dégradation des sols et leurs conséquences sur la sécurité alimentaire, l’avancement du désert, les poussières désertiques qui ont un impact négatif sur la qualité de l’air et sur la santé.

    Que ce soit pour la disponibilité de denrées alimentaires et d’eau en quantité suffisante ou pour la régulation des vecteurs, des nuisibles et des agents pathogènes, la santé et le bien-être des populations dépendent de ces services et de l’état de l’environnement naturel.

    Il est donc indispensable d’installer des stations internationales d’observation et de former des scientifiques africains de l’évaluation du climat.

    De plus, la reconnaissance des répercutions désastreuses des changements climatiques sur la désertification implique évidemment la prise en charge de ces "pertes et dommages des changements climatiques" dans les négociations afin de soutenir les pays affectés par la désertification dans la mise en place de mesures d’adaptation.

    Il serait injuste que les pays où le désert représente une grande partie de leur territoire soient soumis aux mêmes contraintes de réduction d’émission de carbone que les autres.

    La conférence de Paris sur le climat en 2015 permettra d’apprécier si la revendication des pays confronté à l’extension du désert a été prise en considération.

  • Les édulcorants artificiels favorisent l’apparition du diabète et l’obésité

    Les édulcorants sont souvent considérés par les obèses et les diabétiques comme le bon moyen de réduire sa consommation en sucre source de calories sans que cela n'altère le goût des aliments. Or, les travaux de deux équipes de chercheurs israéliens démontrent même leur nocivité sur la santé humaine.

    Selon un article publié dans la revue Nature, l'équipe du docteur Eran Elinav du département d'immunologie et celle de l'équipe du professeur Eran Segal du département d'informatique et mathématiques appliquées de l'Institut des sciences Weizmann ont mis en évidence de troublants effets des édulcorants artificiels sur le métabolisme du glucose.

    saccharine.jpg sucralose.jpg aspartame-edulcorant.jpg  Trois édulcorants utilisés couramment par l'industrie alimentaire ont été testés :
    la saccharine,
    le sucralose et l'aspartame.

    Indirectement, ces désordres métaboliques seraient à l'origine de l'apparition de... diabète et d'obésité !

    Les édulcorants artificiels et l'intolérance au glucose

    Pour déterminer les effets des édulcorants artificiels sur le métabolisme du glucose, les chercheurs israéliens ont comparé ce dernier chez des souris s'abreuvant d'eau, d'eau sucrée ou encore d'eau contenant un édulcorant artificiel.

    Au bout d’une semaine, les souris consommant des édulcorants ont développé une intolérance au glucose qui traduit une incapacité de l'organisme à gérer une trop grande quantité de sucre dans l'alimentation. Ce désordre métabolique est la première étape vers l'apparition d'un diabète de type II (forme du diabète se déclenchant à l'âge adulte). L'apparition de ce phénomène n'a été observé ni chez les souris buvant de l'eau ni chez celles consommant de l'eau sucrée.

    Le rôle des bactéries intestinales

    Alors que les édulcorants artificiels ne sont pas absorbés par l'intestin, les chercheurs ont soupçonné un impact sur la flore intestinale et sur le processus de la digestion. Pour tester cette hypothèse, ils ont traité les souris à l'aide d'antibiotiques. Sous l'effet de ce traitement, les différences entre les souris consommant des édulcorants artificiels et les groupes contrôles ont disparu. Ils ont ensuite transféré la microflore intestinale de souris abreuvées aux édulcorants chez les souris contrôles. Les souris soumises à cette expérience ont développé une intolérance au glucose, confirmant que le développement de désordres métaboliques du à l'ingestion d'édulcorants artificiels résulte de modifications de la microflore intestinale.

    Après ces résultats sur les souris, il convenait de vérifier leur validité sur l'espèce humaine. Les chercheurs ont alors demandé à de jeunes volontaires en bonne santé, ne consommant habituellement aucun édulcorant artificiel, d'ajouter l'un d'entre eux à leur régime alimentaire pendant sept jours. Leur taux de glucose sanguin a été mesuré en continu pendant cette période et des analyses fécales visant à déterminer la composition en bactéries intestinales ont également été effectuées.

    En moins d'une semaine, la majorité des volontaires ont développé une intolérance au glucose. En outre, les analyses fécales ont révélé que cette intolérance était corrélée à un changement dans la composition de la microflore intestinale.

    La corrélation entre une consommation d'édulcorants artificiels et le développement d'une intolérance au glucose, du à des modifications de la microflore intestinale se trouve ainsi avérée. Cette intolérance est la première étape vers l'apparition d'un diabète de type II. Ces modifications de la microflore conduisent ensuite à l'apparition de nouvelles voies métaboliques typiquement associées, chez la souris comme chez l'Homme, à l'obésité.

    Source : Nature (n°514)

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu