Avertir le modérateur

art culinaire - Page 5

  • Les bouillons cube ont de multiples usages en Afrique de l'Ouest

    Les bouillons cube sont  entrés dans les recettes traditionnelles des plats africains comme exhausteurs de goût. Ils sont utilisés également à d’autres fins moins rationnelles.

    Les usages culinaires

    bouillon cube,MaggiCréé par le suisse Julius Maggi en 1908, le bouillon déshydraté en cube est tombé dans l’escarcelle du groupe Nestlé en 1947 qui l’a développé avec succès dans toute l’Europe. Le bouillon cube a ensuite conquis l’Afrique.

    Dans les cuisines africaines, il est devenu au quotidien partie intégrante des recettes traditionnelles au Sénégal, au Mali, en Guinée, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Bénin, au Cameroun, au Congo, en République démocratique du Congo (RDC)…

     

    Pas cher, l’exhausteur de goût est vendu à l’unité sur les marchés et dans les boutiques. Il est ainsi particulièrement adapté aux pratiques de consommation en Afrique, où les ingrédients s’achètent au jour le jour.

     

    Le bouillon cube se décline sous différentes saveurs: viande, poisson, oignon, légumes, crevettes, etc. Il est devenu l’allié de la cuisinière (les plats étant plutôt préparés par les femmes). Conçu à l’origine comme pour assaisonner potages et bouillons, cet ingrédient est aujourd’hui émietté par les Africaines dans le but de donner plus de goût aux sauces.

     

    bouillon cube,JumboL’affrontement médiatique entre Maggi et Jumbo du groupe espagnol Agrolimen a suscité de nombreux émules locaux (Dolli, Magi nokoss, Joker, Adja, Jongué, Tak, Mami, Khadija, Dior, Tem Tem…), mais aussi de multiples rumeurs pour discréditer cet ingrédient venu d’Europe.

    Ainsi, au Sénégal, des anciens disent que les jeunes d’aujourd’hui sont moins forts et en moins bonne santé qu’autrefois à cause des bouillons cubes. Au Mali, on raconte qu’ils réduisent la libido. A Brazzaville, une rumeur a circulé comme quoi, ajouté dans une bière, le bouillon cube serait un poison…

    Des usages déviants irrationnels

    Après la révélation de vétérinaires de l’usage des bouillons cube par les paysans pour castrer les bœufs de labour, la Ministre malienne de la Santé a demandé en 2008 à l’Agence nationale de la sécurité sanitaire des aliments (Anssa) une étude. Celle-ci a été réalisée publiée l’année suivante sous le titre« L’utilisation des cubes alimentaires dans l’embouche des bovins et des petits ruminants dans le district de Bamako. Evaluation des effets potentiels sur la libido des animaux ».

    L’étude a porté sur le comportement de 20 béliers et 15 brebis en chaleur. Les moutons ont été alimentés avec un régime composé de farine de niébé et tourteau de coton, avec respectivement 0 cube Jumbo le premier lot (témoins), 2 cubes pour le 2e lot et 4 cubes pour les 3 e et 6 cubes pour le 4 e lot.

    Au lieu d’être considéré comme un vecteur d’impuissance sexuelle chez les animaux, l’étude a prouvé que 0,5 % des éleveurs de Bamako utilisent le cube (Jumbo Maggi poulet) pour engraisser leurs ovins. La raison est qu’il augmente l’appétit alimentaire et sexuel de ces petits ruminants. Mieux, les chercheurs ont constaté que les animaux qui ont fait l’objet d’expérience avaient une libido plus élevée. Le mâle attaché à côté de la femelle avait un fort besoin d’accouplement. La conclusion des chercheurs est que ce produit n’a pas d’effets néfastes sur les organes génitaux des animaux mâles. L’étude reste à faire sur les bovins.

    Plus étonnant, est la fonction recherchée par des femmes de République Démocratique du Congo. Certaines utilisent le cube Maggi en l’état comme suppositoire pour rendre leurs fesses plus rondes et plus rebondies ! D’autres le liquéfient afin de l’introduire plus facilement par le biais d’une seringue. « Les femmes se disent que comme le cube Maggi est plein d’élément nutritifs, si on le place à cet endroit, seules les fesses prendront de la masse », résume Kerwin Mayizo, chroniqueur radio sur RFI et France Inter.

    Dans ce pays, la chanson « Ntaba ya Bandundu » devient doucement un vrai tube. Cette rumba du parolier Shiko Mawatu traite de l’infidélité d’une femme. L’introduction évoque en lingala un sujet tabou. « T’en as déjà mis huit sur les dix qu’il y avait à la cuisine, les deux autres pour assaisonner les haricots. ».

    Pour Nestlé interrogé par Jeune Afrique, ces pouvoirs attribués au bouillon cube sont sans fondement.

     

    Source : Cécile Benoist,  Abdrahamane Dicko, Jeune Afrique

  • Les Maliens de Bamako contraints à devenir végétariens

    Les Maliens ont du changer d’habitudes alimentaires avec la crise née de la dévaluation de 50% du Franc cfa en 1994 et entretenue par l'insécurité politique. Ils sont devenus de fait végétariens et ne peuvent plus consommer que des produits de saison agrémentés de bouillons cube. Le salaire moyen est resté à Bamako à 30.000 Fcfa, soit moins de 50 euros/mois et guère plus du double pour un ingénieur. Le sac de 50 kg de mil ou de riz y coûte 20.000 Fcfa.

    Les témoignages recueillis par Boubacar Sankaré

     

    Un vieux marabout qui vit depuis cinq ans sous un manguier de la capitale relève avec humour rappelle avec humour et nostalgie le temps : « Même les mendiants étaient repus. Ils avaient la chance de recevoir de bons restes : ailes intactes de pintade, têtes de poisson, gros morceaux de viande… ». Depuis les maliens oublient de réserver la part du pauvre.

     

    Les prix de certaines denrées alimentaires ont doublé. C’est le cas de la viande de bœuf dont le kilo coûte 1.200 Fcfa et le sucre 500 Fcfa, voire plus. Pendant deux ans les Maliens ont résisté pour rester fidèles à leurs habitudes alimentaires. Mais ils ont dû capituler.

     

    Que mangent-ils à présent ? Difficile de le savoir ; car cette question pour de nombreux Maliens, est un peu déplacée tant le partage de nourritures appartient à l’intimité de la vie familiale. Mais la crise aidant, les langues se délient peu à peu.

    En témoigne cet ingénieur agronome de Bamako : « Avec un salaire de 60.000 Fcfa, avant et après la dévaluation, j’ai voulu maintenir le même niveau de vie mais en 1996 j’ai finalement craqué. Avec ma famille, on mange aujourd’hui peu de viande. On compense avec le niébé (espèce locale de haricot). Pour le poisson, je vais de temps en temps à la pêche ».

    Une jeune ménagère fait un constat similaire : « Que voulez faire avec 500 Fcfa ? On ne peut même pas acheter un demi-kilo de viande ! La cuisine, on la fait seulement à midi. La nuit, on peut se contenter de bouillie ou dormir à jeun. Après tout, le ventre est un bon confident. Il ne dit à personne ce que celui qui le porte a mangé ! ».

    Dans les grandes villes maliennes, la stratégie des ménagères se résume à un principe de base : s’approvisionner le moins cher possible en profitant des saisons où les légumes et autres produits inondent le marché.

    De janvier à mai : salade, choux, carottes, pommes de terre… L’été, de juin à octobre, céréales et légumineuses sont à l’honneur : les ventres bedonnent alourdis de Tô (la bouillie de mil), de couscous et de haricots. Puis vient enfin d’octobre à janvier la période bénie des plats de riz tant prisés des Maliens.

     

    Gargote-Bamako_2012.jpg

    L'ersatz des bouillons cube

    Trop coûteuse, la viande a été remplacée par les bouillons cube, des cache-misère qui trompent le palais. Il suffit de quatre petits cubes, à 25 Fcfa l’unité, pour qu’une famille d’une dizaine de personnes ait l’illusion de la viande ou du poisson. Cette frénésie cubiste a gagné les restaurateurs de Bamako. « Avec ces cubes, mon client a le choix pour son plat de riz à 150 F entre trois sauces : poisson, bœuf ou poulet » déclare avec fierté une gargotière de Bamako. 

    Mais, à terme, la consommation abusive de ces cubes en lieu et place de la viande ou du poisson peut poser des problèmes de santé. Elle risque d’entraîner des carences en protéines car ces ingrédients aromatiques n’ont qu’une faible valeur nutritive. De plus, ils contiennent une proportion importante de sodium. Certains hôpitaux maliens s’alarment déjà d’une progression de l’hypertension parmi les malades.

    Source : Maliweb

  • Coca Cola se lance dans la vente de boissons lactées « premium »

    Coca Cola,sodaFace à la baisse des ventes ( -3% en 2013) de sodas aux USA, Coca Cola mise sur le développement d’autres boissons tels que les jus de fruits et les boissons énergisantes. Le groupe s’est lancé en décembre 2014 dans la commercialisation de lait aux Etats-Unis.

     

    La consommation de lait liquide est globalement en baisse. Mais le groupe se positionne sur une gamme de lait considéré par le groupe comme « premium », à la fois enrichi et light afin de répondre aux attentes des consommateurs américains qui veulent des produits de meilleure qualité et plus naturels.

     

    fairlife,boissons,laitTraité par microfiltration, la gamme dénommée appelée Fairlife présente, en effet, la particularité d’être sans lactose. Ce lait « haut de gamme » contient 50 % de protéine et de calcium en plus que le lait traditionnel, tout en étant allégé en gras et en sucre (de 30 %). Par contre, il est vendu en moyenne deux fois plus cher, d’où son positionnement « premium ».


    Le groupe Coca Cola a noué dès 2012 une joint-venture à 50/50 avec une coopérative de producteurs laitiers, Select Milk Producers, qui s’approvisionne auprès d’une centaine de fermes familiales pratiquant une agriculture dite « durable ».


    Selon le site Fairlife, ces fermes privilégient trois aspects fondamentaux :

    - la traçabilité (les fermes produisent elles-mêmes l’alimentation de leurs bêtes ou microfiltrent elles-mêmes leur lait,
    - le bien-être des animaux
    - la durabilité, en produisant du biocarburant par méthanisation du fumier et des ex-filtrats.


    Parmi les fermes fournissant du lait à Coca Cola, la plus connue aux Etats-Unis est une exploitation laitière géante appelée Fair Oaks Farms dans l’Indiana qui a été acquise par la joint-venture Coca Cola/Select. Son troupeau compte 35.000 vaches laitières qui produisent chacune en moyenne 8.500 litres par an, soit près de 2.000 litres de plus que la moyenne française. Elle pourrait fournir chaque jour un verre de lait à 3,5 millions d’Américains.


    Malgré son gigantisme, Fair Oaks Farms est largement ouverte aux visiteurs, organise des animations interactives et a ouvert un restaurant sur place en juillet 2014. Des visiteurs ont surnommé la ferme les « Duggars » des vaches laitières.


    Coca Cola affirme que son investissement dans le lait s’inscrit dans la durée. Pour le moment, il n’est pas prévu que le lait de la marque Fairlife soit commercialisé en France.


    Il est à noter que Coca Cola est déjà présent aux USA dans le secteur des yaourts avec Chobani, un yaourt grec qui est à la fois riche en protéines et moins sucré que les yaourts grecs classiques.

    Sources : CocaCola, Fair Oaks

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu