Avertir le modérateur

innovation - Page 2

  • Spécialistes et consommateurs diffèrent dans leurs appréciations.

    La revue américaine Dairy Foods Magazine a réalisé un sondage pour sélectionner le nouveau produit laitier 2012.

    Parmi des centaines de produits, les journalistes spécialisés Sarah Kennedy et Jim Carper ont présélectionné 25 produits selon leur originalité, leur goût et le conditionnement.

    Pour eux, les 10 nouveaux produits les plus innovants étaient : des Babybel à la mozzarela, des barres lactées de Kraft, le yaourt grec crémeux de Ilios, des sauces au beurre aromatisées de Land O’Lakes, le café crème glacé de WhiteWave Food, des yaourts à boire vitaminés de Skyland Foods, des barres pâtissières glacées indiennes de Kaurina, des barres de yaouts glacés de Yasso, un plat fromager cuisiné à cuire de Kraft et un yaourt glacé de Unilever

    Les consommateurs n’ont retenu que 3 de la sélection des journalistes : des barres pâtissières glacées indiennes de Kaurina, les sauces au beurre aromatisées de Land O’Lakes etles yaourts à boire vitaminés de Skyland Foods.

    kefir,chia,omega3,Safeway

    Leur premier choix c’est porté sur un kefir probiotique à boire, allégé, aromatisé au coco et enrichi en omega3 par des graines de chia créé par Lifeway Foods. Après les barres de Kaurina, le 3ème choix des consommateurs s’est porté sur un dessert chocolaté à la crème fouettée ultra-pasteurisé proposé sous la marque Lucerne du distributeur Safeway.

  • Principales tendances et opportunités en 2013 pour l’agroalimentaire

    LFR,Leatherhead Food Research
    Selon les analyses de Leatherhead Food Research (LFR), les mauvaises récoltes en 2012 dans l'hémisphère Nord signifient que les prix des matières premières vont continuer à grimper. La pression sur les ressources va être aggravée par la demande des marchés émergents dont le nombre d’habitants, l'espérance de vie, la production économique et le pouvoir d’achat continueront à progresser plus vite que sur les marchés développés.

    L’accroissement du nombre d’obèses incite à une réglementation plus sévère pour l'utilisation du sel, des graisses, du sucre et pour l’étiquetage des aliments « sains ». LFR prévoit l’examen cette année du cadre alimentaire européenne PARNUTs ainsi que de nouvelles règles d'étiquetage nutritionnel aux Etats-Unis.

    La durabilité est intégrée dans les stratégies des leaders mondiaux de la grande distribution. Ce critère de nombreux éléments tels que la consommation d'énergie, l’origine des matières premières, l’environnement, le bien-être des humains et des animaux, le traitement des déchets, la consommation d'eau, etc.

    Malgré tout, les attentes en termes de santé et de mieux-être offre des opportunités pour les entreprises agroalimentaires qui sauront innover dans les domaines suivants :

    -Les produits « naturels »

    Les fabricants devraient poursuivre leur politique liée au « naturel » ou réviser leurs étiquettes.

    -Les aliments fonctionnels

    La mise en œuvre juridique des allégations santé (article 13,1) annoncée par l’EFSA le 14 décembre aura peu d'impact sur le marché qui continuera à croître. Les fabricants qui peuvent démontrer aux consommateurs, avec une preuve vérifiée par des scientifiques indépendants, que le produit tient sa promesse bénéficieront d’une croissance continue du marché

    - Les produits « sans »
    « Sans » a été la « success story » de 2012. La croissance des produits alimentaires arguant de cette allégation se poursuivra en 2013, en particulier pour les produits de grandes marques

    -Les taux réduits de sel, graisses et sucre
    L’intérêt des efforts pour réduire les taux de sel, de graisses et de sucre perdurera. L’enjeu réside dans les innovations technologiques pour réaliser des réductions radicales

    -Le vieillissement population

    L’augmentation progressive de l'âge moyen de la population mondiale créée une opportunité pour les fabricants qui mettent au point des produits qui atténuent les préoccupations croissantes de santé et qui proposent des emballages adaptés. LFR estime que le moment est venu de segmenter l’offre en séparant les besoins des plus 55 ans de ceux des 75 ans et plus.

    -Aucun compromis sur l'éthique

    Les ventes d'aliments du commerce équitable ont continué à croitre durant la crise économique mondiale. Les labels correspondants sont par ailleurs utilisés pour désigner des qualités faisant référence à des normes de bien-être plus élevés, à une garantie de provenance et de respect de la biodiversité. Ceci prouverait que les consommateurs ne transigeront pas sur les questions éthiques.

    -Les ingrédients

    LRF pense que certains ingrédients auront, aux yeux des consommateurs, une plus grande influence sur leur préférence d’achat et que ces ingrédients peuvent apporter une réelle valeur ajoutée.

    Source : http://www.leatherheadfood.com/leatherhead-issues-global-food-industry-outlook-for-2013
    Leatherhead Food Research, est un institut de recherche anglais créé en 1919 dans la ville de Leatherhead, Surrey.

     

    Vers une R&D plus collaborative ?

    Dans un article sur FoodNavigator, Caroline Scott-Thomas met en exergue les 5 facteurs principaux d’évolution du secteur agroalimentaire européen en 2013. Outre la hausse des prix alimentaires qui pourrait être compensée par un mix taxes/subventions, la réduction du nombre d’ingrédients dans les aliments et les questions d’éthique, la journaliste relève une évolution dans la stratégie de gestion de la R&D de plusieurs grands groupes.

    La compression des coûts imposée par le ralentissement économique a conduit à une réflexion sur la gestion de l'innovation. Des multinationales comme Unilever, Kraft Foods et General Mills ont montré la voie de l'externalisation de la R&D à l’image de ce qu’on fait les constructeurs automobiles avec leurs sous-traitants équipementiers au bénéfice de tous. Des entreprises agroalimentaires de taille moyenne suivront probablement l’exemple des grands, en particulier dans le cadre de partenariats avec es producteurs d’ingrédients, pour accroitre encore leur flexibilité.

     

  • La valorisation des insectes à l’honneur du 19ème concours de la création agroalimentaire

     

    Animée par l’Agropole d’Agen, le 19ème concours national de la création d’entreprises agroalimentaires a récompensé 3 projets innovants en 2012 contre deux habituellement, "tant les candidatures étaient innovantes et sérieuses", a souligné le 24 septembre, Alain Rousset, le président de la région Aquitaine et président du jury.

    innovation,création d'entreprise,insectes
    Une mention spéciale a été attribuée cette année à la société Ynsect, créée par Alexis Angot et Jean-Gabriel Levon, ayant pour but de valoriser les insectes comme source de protéines pour l’homme, mais aussi pour les animaux d’élevage et comme transformateurs de déjections animales.

    "Nous sommes partis d’un rapport de la FAO  expliquant qu’à l’horizon 2050, les besoins en protéines seraient multipliés par deux. Pour répondre à ce défi, une des pistes était de travailler sur la valorisation des insectes" a expliqué Jean-Gabriel Levon, diplômé X-HEC

    Créée en 2011, la société Ynsect emploie aujourd’hui 4 personnes hébergées à l’incubateur d’Agoranov à Paris. Elle est soutenue également par Aquimer, Industries & Agro-Ressources, Nova Green, Valorial, Vitagora, Elle a mis au point différentes techniques d’élevage et de broyage pour exploiter cette nouvelle source de protéines en Europe, dans différentes préparations comme des chips par exemple à base de poudres issus de larves de ténébrion.

    Autre projet récompensé, celui de Cinq degrés ouest. La jeune PME bretonne implantée à Riec-sur-Belon obtient le prix dans la catégorie Développement, avec un processus de décorticage sous pression avant surgélation et conditionnement sous vide des fruits de mer (coquillages et homards) pour conserver les mêmes qualités organoleptiques et microbiologiques que les produits frais.

    Dans la catégorie création, c’est la société Jypaï, à Bourg-en-Bresse, qui a décroché la distinction pour son brevet de fabrication de pâtes à tartes prêtes à garnir pour la restauration, à base de crèmes de riz.

    Les trois lauréats ont notamment reçu un chèque de 10 000 euros et la possibilité d’exposer gratuitement sur un stand dédié lors de l’édition 2014 du Salon International de l'Agroalimentaire (SIAL) à Paris et rencontrez les professionnels de l'alimentaire.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu