Avertir le modérateur

prix - Page 3

  • Les conséquences de la flambée des prix de 3 produits agricoles majeurs sont encore imprévisibles

    prix,corn,maïs,Globex
    Les prix du blé, du maïs et du soja flambent sur les marchés internationaux. La cause initiale en est simple : les stocks de report de ces produits agricoles sont faibles alors qu’une sécheresse centennale sévit aux USA (principal producteur mondial de maïs et de soja) et dans l’ensemble des pays qui exportent habituellement leur blé par les ports de la Mer Noire (Russie, Ukraine et Kazakhstan).

    Les cris d’alarme se multiplient et augurent d’une crise alimentaire comparable à celle de 2008 qui fut à l’origine de dizaines d’émeutes de la faim et de révolutions en chaine sur les rives sud de la Méditerranée.

    La réalité est différente et plus complexe qu’en 2008

    Outre les effets conjugués de la demande croissante des pays émergents, de catastrophes naturelles (sécheresse et inondations) et de décisions gouvernementales limitant les échanges, nombre d’analystes avaient accusé les spéculateurs financiers et les industriels producteurs de biocarburants d’avoir amplifié la première flambée des prix agricoles.

    Les causes initiales de la hausse des prix du blé, du maïs et du soja sont encore les perspectives de récoltes en forte diminution chez les principaux exportateurs. Par ailleurs, les produits agricoles sont toujours présentés par les financiers comme des placements avec des potentiels de hausse intéressants.

    Par contre, plusieurs acteurs ont tiré les leçons de la crise précédentes :

    -          les gouvernements de pays importateurs réglementent le prix du pain et le maintiennent à un bas prix par une politique de subvention. C’est ainsi qu’en Tunisie, j’ai pu acheter au début août 0,2 dinar (0,1 €) une baguette de pain de 220 gr, soit quasiment le même prix qu’en février 2011

    -          les industriels américains ont réduit de 20% leur production d’éthanol dès le mois d’avril 2012 et ceux du Kansas ont déjà annoncé qu’ils vont suspendre leur production à compter du 1er octobre

    -          Les réserves financières des éleveurs de productions intensives (volailles, porcs, gros bovins en feedlots) n’ayant pas été reconstituées depuis la crise de 2008-2009, nombre d’entre eux sont confrontés à des difficultés de trésorerie et décapitalisent en vendant prématurément leurs animaux. Ce surcroit d’offre limite à court terme la hausse des prix de la viande, mais la hausse devrait à moyen terme être d’autant plus importante que l’offre va ensuite se réduire et que l’alimentation du bétail (principalement à base de maïs/blé/soja/drèches) sera plus coûteuse. Quant aux transformateurs des filières animales, leur rentabilité est déjà si faible qu’ils n’ont guère de marge de manœuvre et risquent d’être eux-mêmes la proie de prédateurs

    -          Les négociants et transformateurs vont tenter de garantir un minimum d’approvisionnements physiques pour pérenniser l'activité de leurs outils e production, au risque d’être soupçonnés d’alimenter la spéculation à la hausse, à l’exemple des fabricants d’aliments du bétail indonésiens qui font l’objet d’une enquête gouvernementale…

    Plusieurs pays s’étant opposés à la création de stocks régionaux de régulation qui seraient aujourd’hui bien utiles, le dernier G20 a seulement décidé de mettre en place un système de supervision des marchés et un forum de réaction rapide. Cette mise en place est d’autant plus urgente que les populations des pays les plus pauvres, en particulier du Sahel, vont être les plus durement frappées par cette nouvelle flambée des prix qui, par contagion, va se propager sur tous les marchés régionaux.

  • Les prix agricoles seront en hausse sur les 10 prochaines années

    Selon les nouvelles Perspectives de l’OCDE et de la FAO (1), les prix des produits agricoles de base vont se maintenir à un niveau élevé pendant toute la décennie qui vient, sous l’effet de la poursuite de la hausse des prix nominaux et réels du pétrole envisagée parmi les hypothèses.

     
    prix,agricoles,ocde,fao,volatilité des prix,biocarburant,intrants,chaine alimentaire,céréales,oléagineux,viande,sucre,ethanol,poisson,biodieselLa volatilité des prix demeure préoccupante, la variabilité des rendements imputable aux conditions météorologiques étant en l’occurrence la principale menace tant que les stocks restent faibles. Le principal enjeu auquel l’agriculture mondiale est confrontée consiste à accroître la productivité de manière plus durable pour répondre à la hausse de la demande d’aliments pour l’homme et pour le bétail, de carburant et de fibres.


    L’agriculture est de plus en plus étroitement liée aux marchés de l’énergie. La hausse des prix du pétrole est un facteur déterminant de l’augmentation prévue des prix des produits agricoles de base, car elle rejaillit sur certains coûts de production (corrélation prix de 0,6 pour les engrais), mais favorise aussi un accroissement de la demande de biocarburants (corrélation prix de 0,5 pour l’éthanol) et des produits agricoles utilisés pour les fabriquer.

     

    L’éventuelle accélération de la croissance économique mondiale et le renforcement de la demande de produits agricoles, malgré les prix élevés et en hausse du pétrole et de l’énergie, conjugués à l’augmentation de la demande de biocarburants et au ralentissement de la croissance de la productivité, devraient contribuer à maintenir les prix des produits agricoles à des niveaux relativement élevés pendant les dix prochaines années.

    La hausse du coût des intrants (engrais, produits chimiques), consécutive à celle des prix du pétrole, aura tendance à ralentir la croissance des rendements et de la productivité et, conjuguée aux pressions exercées sur les ressources en eau et au manque de terres disponibles pour accroître les superficies agricoles, inhibera la réaction des producteurs, réduira le rythme de la progression de la production et limitera l’accumulation de stocks.
    La progression de la production agricole mondiale a été supérieure à 2 % par an au cours des dernières décennies, mais elle va se tasser pendant les dix ans à venir pour s’établir à 1.7 % par an.

     

    Ces dernières années, la production de produits de base a progressé plus vite dans les économies en développement et émergentes que dans le monde développé, ces économies ayant investi davantage dans leur secteur agricole. D’après les projections, cette tendance devrait se maintenir au cours des dix ans qui viennent. S’agissant de la viande (bovine, porcine et de volaille), des produits laitiers (beurre, fromage et lait en poudre), des huiles végétales et du sucre, la croissance annuelle de la production devrait être nettement plus élevée dans les pays en développement. La production de la zone de l’OCDE ne restera prépondérante que pour les fromages, le lait en poudre, les biocarburants et l’huile de poisson.

     

    Comme la chaine agroalimentaire est essentiellement une activité commerciale, le secteur privé devra jouer un rôle moteur dans le développement et l’adoption de l’innovation. Cependant, davantage de partenariats public-privé dans les domaines de la recherche et les services de vulgarisation peuvent faciliter le progrès. La réduction des pertes et des gaspillages alimentaires pourrait considérablement atténuer le caractère impératif des efforts visant à accroître la productivité.

     

    Les principales perspectives par produits

     

    Les ratios stocks/consommation de céréales resteront faibles et la forte variabilité de la production dans les pays exportateurs à partir de la Mer Noire alimentera la volatilité des prix mondiaux. Les exportations de riz des pays les moins avancés d’Asie devraient s’accroître et les importations de cette céréale devraient augmenter en Afrique.

     

    La Chine, devrait représenter plus de la moitié des importations mondiales de graines oléagineuses alors que la production brésilienne devrait ralentir et passer de 4.9 % par an à moins de 2 % par an.

     

    La production de lait des pays en développement dépassera celle des pays développés en 2013, moyennant une forte augmentation en Chine et en Inde. . La viande de volaille jouera en l’occurrence un rôle de premier plan, étant la source de protéines animales la moins chère et la plus accessible, et elle détrônera la viande porcine avant dix ans. Compte tenu de la position dominante du Brésil dans le secteur des plantes sucrières, la répartition de leur valorisation en production d’éthanol et de sucre reste un facteur déterminant du marché

     

    La production de poisson est l’une des sources de protéines animales qui se développe le plus vite. Avec une croissance de 33 % de sa production, l’aquaculture surclassera la pêche et deviendra la principale source de poisson pour la consommation humaine dès 2018.

     

    La production mondiale de bioéthanol et de biodiesel va presque doubler d’ici 2021. Elle sera fortement concentrée au Brésil, aux États-Unis et dans l’Union européenne. Les biocarburants seront fabriqués principalement avec des produits agricoles et ils devraient absorber une part croissante de la production mondiale de canne à sucre (34 %), d’huile végétale (16 %) et de céréales secondaires (14 %) d’ici 2021.

     

    Les prix de l’éthanol et du biodiesel devraient rester soutenus par les prix élevés du pétrole brut, ainsi que par le déploiement et la poursuite de mesures axées sur l’utilisation de biocarburants. Dans beaucoup de pays en développement, la production de biocarburants ne dépassera pas, dans la plupart des cas, le stade du projet ou d’activités à petite échelle, et les prix élevés des produits agricoles n’inciteront pas à les utiliser comme matières premières pour obtenir des biocarburants. Leur commerce devrait d’autant plus croître que les principaux pays producteurs et consommateurs suivent des politiques différentes, celles-ci pouvant être réorientées au cours de la période (cf. Energy Independence and Security Act de 2007 et les interrogations de l’Agence de protection de l’environnement des USA). Les produits étant écoulés là où ils atteignent la valeur la plus élevée, l’éthanol et le biodiesel pourraient faire l’objet d’un commerce croisé.

     

    (1) http://www.agri-outlook.org/document/12/0,3746,en_36774715_36775671_48168716_1_1_1_1,00.html

  • Le commerce apporte plus de valeur que l’agriculture et les industries agroalimentaires dans les aliments

    prix,dépenses alimentaires,analyse de la valeur,valeur ajoutée,agriculture,iaa,comptabilité nationale,chaine alimentaire,importations,commerce,alimentationL'observatoire des prix et des marges de FranceAgriMer a publié fin juin un document de travail provisoire réalisé par Philippe Boyer, de l'Observatoire, et Jean-Pierre Butault, de l'INRA, sur la décomposition de "l'euro alimentaire" en revenus des différents facteurs de production en France. 

    L’année 2005 a été choisie par commodité pour l’analyse.

     

    Cette année-là, 100 € de dépenses alimentaires effectuées dans les commerces de détail généraient 65 € de valeur ajoutée répartie comme suit :

    -   8,30 € en agriculture

    - 11,30 € dans les IAA (industries agro-alimentaires)

    -   4,00 € dans les autres industries

    - 20,40 € dans les commerces de gros et de détail

    - 18,50 € dans les services

    -   2,40 € dans les transports

    - 13,00 € pour les importations

    - 12,00 € dans les produits intermédiaires

    -   9,80 € dans les taxes

     

    Ces travaux s'inspirent d'une méthode de calcul de décomposition du dollar alimentaire développée par le Service de recherche économique du Département de l'agriculture américain (USDA/ERS), à partir des tableaux entrée-sortie de la comptabilité nationale.

     

    Cette méthode permet également de calculer le nombre d'emplois induits le long de la chaine par les dépenses alimentaires. Elle a certes l’inconvénient d’être très globale, la situation étant très variable selon les filières, en particulier pour les produits frais, et selon le degré de concentration des acteurs. Elle a néanmoins l’avantage de donner une cohérence à l’ensemble et d’indiquer le poids relativement faible des importations dans la valeur des aliments consommés en France.

     

    Cette analyse de la valeur, qui devraient être actualisée, souligne surtout le poids des services (commerces et autres) dans la valeur des aliments achetés. Elle confirme que l’alimentation n’est pas qu’une affaire de calories et de protéines…

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu