La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

19/06/2014

La spéculation sur les prix des aliments est scandaleuse pour le pape François

Justice et Paix,pauvres,investissements sociaux« La spéculation sur les prix des denrées alimentaires est un scandale qui compromet gravement l'accès des plus pauvres à la nourriture », dénonce le pape François le 16 juin 2014 en rencontrant les participants au Congrès « Investir pour les pauvres » ("Investing for the Poor") organisé au Vatican par le Conseil pontifical Justice et Paix avec l'agence humanitaire des États-Unis Catholic Relief Services (CRS) et le « Mendoza College of Business » de South Bend.

Le pape a notamment encouragé l'« impact investing » où les investisseurs financent des entreprises à caractère social, acceptant un moindre rendement par rapport à d'autres investissements, « afin de lutter contre l'économie de l'exclusion et des rejets ».

Il s'agit de « promouvoir le développement économique et social » de groupes plus pauvres en investissant notamment dans « les besoins fondamentaux tels l'agriculture, l'accès à l'eau, la possibilité d'accéder à des logements décents et à un prix raisonnable, ainsi que les soins de santé primaires et les services éducatifs ».

Insistant sur « le lien ultime entre le profit et la solidarité », le pape a plaidé pour « que l'éthique retrouve sa place dans le monde de la finance et que les marchés servent les intérêts des peuples et le bien commun de l'humanité ».

 

Pape François,protecteur des pauvres

Discours du pape François

 

"Des représentants de la Curie romaine participent à ces journées d'étude visant à évaluer de nouvelles formes d'investissement au bénéfice des communautés locales et de l'environnement, en plus de fournir un rendement raisonnable.

Les investisseurs de l'« impact investing » sont conscients de l'existence de situations injustes graves, de cas de profondes inégalités sociales et d'inacceptables conditions de pauvreté affectant des communautés et des peuples entiers. Ces investisseurs se tournent vers des instituts financiers qui utiliseront leurs ressources pour promouvoir le développement économique et social de ces groupes à travers des fonds d'investissement destinés à satisfaire les besoins fondamentaux tels l'agriculture, l'accès à l'eau, la possibilité d'accéder à des logements décents et à un prix raisonnable, ainsi que les soins de santé primaires et les services éducatifs.

Les investissements de ce type sont destinés à avoir des répercussions sociales positives sur les communautés locales, tels que la création d'emplois, l'accès à l'énergie, la formation et l'augmentation de la productivité agricole. Le rendement financier des investisseurs a tendance à être plus modéré que dans d'autres types d'investissement.

La logique qui sous-tend ces nouvelles formes d'intervention "reconnaît le lien ultime entre le profit et la solidarité, la circularité féconde entre le gain et le don... Les chrétiens sont appelés à redécouvrir, à vivre et à annoncer à tous le lien originel entre le profit et la solidarité. Le monde contemporain a tant besoin de redécouvrir cette belle vérité !"

Il est important que l'éthique retrouve sa place dans le monde de la finance et que les marchés servent les intérêts des peuples et le bien commun de l'humanité. Il est de plus en plus intolérable que les marchés financiers façonnent le destin des peuples plutôt que de servir leurs besoins, ou qu'un petit groupe prospère par la spéculation financière alors que le grand nombre en subi lourdement les conséquences.

Les progrès de la technologie ont augmenté la vitesse des transactions financières, mais cela n'a de sens que dans la mesure où le bien commun est mieux servi. À cet égard, la spéculation sur les prix des denrées alimentaires est un scandale qui compromet gravement l'accès des plus pauvres à la nourriture. Il est urgent que les gouvernements du monde entier s'engagent à établir un cadre international capable de promouvoir le marché des investissements à fort impact social afin de lutter contre l'économie de l'exclusion et des rejets."

Source : Zenith

08/02/2014

Les OGM sont d’abord une question politique

Selon Marcel Kuntz, biologiste directeur de recherche au CNRS, auteur de nombreuses publications scientifiques, vient de publier un nouveau livre «OGM, la question politique» aux Presses Universitaires deGrenoble.

Il n'existe actuellement en France aucune culture transgénique. Selon certains, il faudrait évaluer davantage les OGM. Cependant, la recherche publique y est aujourd’hui quasiment impossible et les entreprises doivent réaliser leur recherche à l’étranger. Pourquoi un tel paradoxe ? Selon l’auteur, après plus de quinze ans de polémiques, il n'y a plus de doute : la querelle des OGM est avant tout politique.

Un débat très vif aux USA

OGM,label,étiquetage,produits alimentaires,FDA,USDAHasard du calendrier ? Une campagne est actuellement orchestrée auprès du Congrès américain par les grands groupes industriels et de distribution à propos de l’étiquetage des aliments. Ils demandent que l’agence fédérale de sécurité sanitaire des aliments et des médicaments (FDA) soit la seule autorité nationale sur l'étiquetage des produits avec OGM.

Le premier organisme génétiquement modifié mis sur le marché américain a été une tomate, en 1994. La modification visait à ralentir le pourrissement du fruit, dans le but de préserver la fermeté, la couleur et le goût plus longtemps après cueillette. Cette tomate s'est rapidement révélée être un échec commercial, notamment du fait de son coût élevé par rapport à ses concurrentes, sans valeur ajoutée organoleptique particulière. Les homologations d'organismes génétiquement modifiés aptes à la consommation humaine se sont ensuite concentrées sur les filières céréalières.

De vifs débats ont été relancés par la demande de la société Okanagan Specialities Fruits auprès de l’USDA d’homologuer une pomme transgénique qui ne brunit pas à l’air libre. Actuellement, aux USA, les règles sanitaires sont définies au niveau de chaque Etat et des projets de loi se sont multipliés dans une vingtaine d'États en faveur de labels signalant au consommateur que tel ou tel produit en contient. Un véritable casse-tête pour les grands groupes lorsqu’on sait que 80% des aliments contiennent des céréales et que la plupart sont des OGM

D'un côté, les associations scientifiques telles que l’American Medical Associationet l’American Association for the Advancement of Science s'opposent à l'étiquetage systématique, en arguant, notamment, que les résultats scientifiques ne mettent pas en évidence un danger pour la santé humaine.

De l'autre côté, les consommateurs s'inquiètent vis-à-vis du contenu de leur assiette. Selon un sondage du New York Times publié fin 2013, 93% des Américains sont favorables à l'étiquetage des OGM. Les responsables politiques ne peuvent rester insensibles à une telle majorité dans l’opinion…

Pour compliquer la situation pour les responsables politiques, certaines études attestent de la nécessité des cultures OGM pour répondre à la demande alimentaire mondiale dans les années à venir et cette question est un point épineux dans les discussions entre les États-Unis et l'Union européenne sur la création d'une zone de libre-échange transatlantique…

27/12/2013

Les soupçons sur la qualité du lait maternisé chinois alimente la contrebande depuis Hong Kong

Baisse en Chine de l’allaitement maternel, remplacé par des poudres infantiles

Chine,allaitement maternel,lait maternisé, lait infantile,Hong KongMalgré les scandales liés à l’alimentation infantile, dont celui de la mélanine en 2008 qui avait entraîné la mort de 6 nourissons, la proportion de mères chinoises optant pour de l’alimentation recomposée s’accroît d’année en année. D’après le ministère de la santé chinois, 30 % seulement des mères choisissent l’allaitement maternel comme seule source de nourriture des nourrissons.

Outre les contraintes de la vie urbaine et professionnelle, les vastes campagnes de publicité des marques d’aliments pour nourrissons (arguments santé avancés par ces marques et la distribution d’échantillons gratuits) pousseraient les parents à acheter du lait en poudre.

Début 2013, à la veille des festivités du nouvel an chinois, les parents de Chine continentale se sont rués dans les magasins pour faire provision de poudres de lait infantile. Le sud de la Chine, aux alentours des villes de Canton et Shenzhen, a été particulièrement touché.

En conséquence, un trafic s’est organisé entre les régions déficitaires et Hong-Kong, où les produits se trouvaient en quantité et pouvaient traverser la frontière sans avoir à payer les droits de douanes comme la plupart des produits jugés personnels en provenance de Hong-Kong en application du principe « un pays, deux systèmes ». Elles étaient ensuite revendues en Chine continentale où les prix sont en moyenne deux fois plus élevés.

Pour préserver l’approvisionnement des mères Hongkongaises, le gouvernement local a décidé de limiter, depuis le 1er mars 2013, le volume de poudre infantile autorisé à quitter le territoire à deux boîtes par personne, soit 1,8 kg. Cette décision permet aux familles de Chine continentale de s’approvisionner lors de leur passage à Hong-Kong, mais limite l’action des revendeurs.

Avec cette interdiction controversée , les autorités de Hong Kong expliquent vouloir étouffer dans l'œuf des réseaux de commerce parallèle, qui achètent à Hong Kong pour revendre avec un large profit en Chine. 200 agents ont été recrutés pour contrôler transport de lait infantile.

Une femme condamnée à 5 semaines de prison ferme pour 2 boites de lait de trop

Un tribunal de Hong Kong a condamné pour la première fois à de la prison ferme une femme pour avoir enfreint la loi sur l'interdiction d'exporter du lait infantile.

La femme de 37 ans, dont la nationalité n'a pas été précisée, a écopé de cinq semaines de prison, après avoir été arrêtée le 22 décembre à la frontière entre Hong Kong et la Chine avec quatre boites de lait maternisé d'un total de 3,2 kg.

La femme condamnée a plaidé coupable pour "exportation illégale de poudre de lait pour enfants (...) depuis Hong Kong", selon le gouvernement. D'après une porte-parole, il s'agit de la première peine de prison ferme pour ce délit. "Elle a été condamnée à 35 jours, avec effet immédiat".

La femme avait été arrêtée trois fois pour ce même délit et condamnée à du sursis en novembre. Les peines pour ce délit peuvent atteindre une amende de 500.000 dollars de Hong Kong (47.000 euros) et deux ans de prison.

 

Source : Le Figaro 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu