Avertir le modérateur

agriculture

  • 10 principes pour un investissement responsable en agro-alimentaire

    Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale va adopter 10 principes pour un investissement responsable dans l’agriculture et les systèmes alimentaires

    FAO,CSA,investissement responsable,agriculture,agro-alimentaireCréé en 1974 et réformé en 2009, le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) est la plateforme internationale et intergouvernementale œuvrant à la sécurité alimentaire et à une meilleure nutrition pour tous.

    Les 10 Principes visent à promouvoir des investissements responsables dans l'agriculture et les systèmes agro-alimentaires, essentiels pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle à tous les niveaux, réduire la pauvreté et réaliser un développement durable.

    Volontaires et non-contraignants, les principes «rai» sont reconnus comme universellement légitimes et ils s'adressent autant aux Etats qu'aux investisseurs privés en accordant une attention particulière aux défis affrontés par les petits producteurs.

    Les 2 sécurités à assurer

    4    La sécurité alimentaire est concrétisée lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, un accès physique, économique et social à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active.

    Les quatre piliers de la sécurité alimentaire sont la disponibilité, l'accès, la stabilité et l'utilisation par l'organisme.

    Bien que cela ne soit pas toujours explicite, chaque dimension comporte des considérations et des éléments relatifs à la nutrition qui sont essentiels pour les liens qui existent entre les économies alimentaires nationales, les ménages et le bien-être des individus.

    4    La sécurité nutritionnelle est garantie lorsque tous les êtres humains peuvent, à tout moment, consommer en quantité calorique suffisante une nourriture de qualité appropriée en termes de variété, de diversité, de teneur en nutriments et de sécurité sanitaire pour satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires et ainsi mener une vie saine et active, tout en bénéficiant d'un environnement sanitaire et de services de santé, d'éducation et de soins adéquats.

    Les 10 principes pour un investissement responsable

    4    1- Contribuer à la sécurité alimentaire et à la nutrition

    4    2- Contribuer à un développement économique durable et sans exclusion

    4    3- Favoriser l'égalité entre les sexes et l'autonomisation des femmes

    4    4- Faire participer les jeunes et renforcer leur autonomie

    4    5- Respecter les régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches, aux forêts et à l'eau

    4    6- Conserver les ressources naturelles et contribuer à l'adaptation au changement climatique et à l'atténuation de celui-ci

    4    7- Respecter le patrimoine culturel et le savoir traditionnel

    4    8- Promouvoir des systèmes pour une production sûre et saine

    4    9- Intégrer des structures de gouvernance, des procédures et des mécanismes de recours qui soient ouverts et accessibles

    4    10- Examiner les incidences et garantir l'obligation de rendre compte  et la transparence

    Des principes adoptés après un long processus participatif

    Depuis 2012, un large processus participatif et transparent animé par la Suisse a permis d’aboutir le 8 août à cette proposition de 10 Principes. Outre les délégués des pays membres de la FAO, ont participé à ce processus les représentants de la société civile, du secteur privé, des organisations internationales et du monde de la recherche.

    Les dix  principes seront soumis à l’approbation du Comité de la Sécurité Alimentaire (CSA) lors de sa 41e session en octobre prochain.

     

    Source : Office fédéral suisse de l'agriculture

  • Les écologistes suédois proposent de taxer la viande

    Alors que la moitié des pays européens se focalise sur une fraude sur la composition étiquetée, les autorités agricoles de Suède suggèrent de créer une taxe pour réduire la consommation de viande, afin de réduire les gaz à effet de serre et de protéger l’environnement

    Le Suédois moyen a consommé 87 kilos de viande en 2012, principalement de bœuf et de veau. Marit Paulsen, vice-présidente de la Commission de l'agriculture du Parlement européen, a déclaré qu'elle préférerait que la consommation de viande suédoise retrouve son niveau d’il y a vingt ans à 45-50 kilos par personne et par an.  

    Le volume d’aliments du bétail, d’engrais et de pesticides utilisé par l’agriculture est corrélé avec  la quantité de viande consommé. Les consommateurs peuvent donc contribuer à une production alimentaire durable en diminuant leur consommation. Pour les écologistes, l'étiquetage est le moyen le plus facile pour aider les consommateurs à choisir les viandes dont la production a le moins d’impacts sur l'environnement.

    vache pie rouge de Suède
    D’un autre côté, les animaux au pâturage, en particulier les bovins, sont nécessaires afin de préserver les pâturages semi-naturels, ceux-ci étant importants pour la biodiversité et les paysages ruraux. D’où le conflit d'intérêts entre la préservation des pâturages et des emplois avec la réduction des émissions de gaz à effet de serre. 

    Source : AllAboutFeed 15 Feb 2013

  • 80 ministres de l’agriculture confirment à Berlin leurs engagements pour assurer la sécurité alimentaire

    Berlin, Agriculture Ministers Summit 2013
    Lors du salon international de la Semaine verte (International Grüne Woche ou IGW) s’est tenu à Berlin le 5ème Sommet des Ministres de l'Agriculture. La Semaine verte est l’équivalent du salon de l'agriculture en France.

    La 78ème édition de la Semaine verte s'est déroulée du 18 au 27 janvier 2013 avec 1600 exposants, dont environ 600 étrangers et près de 40 français, qui ont accueilli 420.000 visiteurs. La majorité des innovations présentées concernaient les biocarburants.

    En marge du salon s'est tenu du 23 au 24 janvier le "Global forum for food and agriculture 2013" (GFFA). Ce Forum mondial pour l'alimentation et l'agriculture est un événement international qui a lieu chaque année à Berlin lors de cette semaine verte.

    Les ministres de 80 pays, représentant près de cinq milliards de personnes (70% de la population mondiale), se sont une nouvelle fois engagés à lutter contre la faim. Ils ont appelé à une augmentation significative des investissements publics et privés dans le secteur alimentaire, et en particulier dans les pays en développement.

    Un souhait particulier a été émis pour le développement économique durable, tout en tenant compte des intérêts des petits exploitants, des femmes et des jeunes générations en milieu rural. En outre, l'investissement doit permettre une répartition plus équitable des bénéfices générés dans le but de réduire la pauvreté dans les régions rurales du monde.

    Enfin, le Sommet a reconnu que le capital nécessaire pour développer une agriculture et une industrie agroalimentaire durable afin de garantir la sécurité alimentaire mondiale est considérable, mais néanmoins disponible. L'accent doit donc être mis sur la garantie des conditions de financement et les instruments de suivi.

    Source : http://www.bmelv.de/SharedDocs/Downloads/Ministerium/Veranstaltungen/GFFA2013/Abschlusskommunique_Agrarministergipfel2013_EN.pdf?__blob=publicationFile

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu