Avertir le modérateur

bien-etre

  • Le bien-être ressenti pourrait être optimisé par l’alimentation

    alimentation, bien-être,VitagoraLe bien-être via l’alimentation est une recherche croissante des consommateurs français. Cette recherche explique probablement le succès des compléments alimentaires.

    Quatorze partenaires industriels se sont entourés de scientifiques indépendants (1) pour lancé le programme de recherche Bali, labellisé par le pôle de compétitivité bourguignon Goût-Nutrition-Santé Vitagora. Initié lors de l’édition 2010 du Congrès Goût-Nutrition-Santé (CGNS) de Vitagora et d’une durée de 36 mois, le projet va nécessiter 2 millions d’euros d’investissement.

    Dans une première phase, un questionnaire de 178 items élaboré avec le soutien de la société Mapi, spécialiste reconnu dans la mise en place de questionnaire type PRO (Patient Reported Outcomes) est en cours de validation.

    La seconde phase validera ce questionnaire d'un point de vue mathématique. Une population de 500 personnes a été divisée en 3 groupes, l'un de 100 personnes ayant une alimentation totalement saine, l'autre de 300 personnes ayant une alimentation moyenne, et le dernier groupe de 100 personnes à l'alimentation assez déséquilibrée. "Il s'agit de tester la sensibilité du questionnaire en observant des différences entre les différents groupes de consommateurs et de voir l'utilité de tous les items". 
    Utilisable en version complète, ce questionnaire le sera aussi en version simplifiée, par module, afin de focaliser le bien-être sur certaines dimensions.

    Dans la troisième phase, il s'agira de détecter des bio-marqueurs liés à certaines caractéristiques de bien-être pour le consommateur. "C'est l'une des originalités de ce projet. Nous allons essayer de mesurer au niveau physiologique tout changement en termes de bien-être verbalisé par le consommateur", indique Michel Rogeaux du groupe Danone.

    Parallèlement et mené conjointement par l'entreprise dijonnaise Lara Spiral et l'Unité Mixte de Recherche NutriNeuro (Inra/Université de Bordeaux), deux études précliniques vont être lancées par CEN Nutriment, en partenariat avec Merck Médication Familiale et Senoble. L’objectif est "d’observer, chez des personnes ayant un certain style de vie associé à un mode de consommation alimentaire, si le fait de leur donner un type de produit et de leur faire suivre certaines pratiques entraîne une modification de leur perception de leur qualité de vie".

    [1] CEN Nutriment, CEN Biotech, Danone, ESC-Lessac, Lara Spiral, Lu-Mondelez, Mapi, Merck Médication Familiale, Lesieur, Roquette, Senoble, Seb, Sodexo, UMR NutriNeuro

    Source : Vitagora  

  • Principales tendances et opportunités en 2013 pour l’agroalimentaire

    LFR,Leatherhead Food Research
    Selon les analyses de Leatherhead Food Research (LFR), les mauvaises récoltes en 2012 dans l'hémisphère Nord signifient que les prix des matières premières vont continuer à grimper. La pression sur les ressources va être aggravée par la demande des marchés émergents dont le nombre d’habitants, l'espérance de vie, la production économique et le pouvoir d’achat continueront à progresser plus vite que sur les marchés développés.

    L’accroissement du nombre d’obèses incite à une réglementation plus sévère pour l'utilisation du sel, des graisses, du sucre et pour l’étiquetage des aliments « sains ». LFR prévoit l’examen cette année du cadre alimentaire européenne PARNUTs ainsi que de nouvelles règles d'étiquetage nutritionnel aux Etats-Unis.

    La durabilité est intégrée dans les stratégies des leaders mondiaux de la grande distribution. Ce critère de nombreux éléments tels que la consommation d'énergie, l’origine des matières premières, l’environnement, le bien-être des humains et des animaux, le traitement des déchets, la consommation d'eau, etc.

    Malgré tout, les attentes en termes de santé et de mieux-être offre des opportunités pour les entreprises agroalimentaires qui sauront innover dans les domaines suivants :

    -Les produits « naturels »

    Les fabricants devraient poursuivre leur politique liée au « naturel » ou réviser leurs étiquettes.

    -Les aliments fonctionnels

    La mise en œuvre juridique des allégations santé (article 13,1) annoncée par l’EFSA le 14 décembre aura peu d'impact sur le marché qui continuera à croître. Les fabricants qui peuvent démontrer aux consommateurs, avec une preuve vérifiée par des scientifiques indépendants, que le produit tient sa promesse bénéficieront d’une croissance continue du marché

    - Les produits « sans »
    « Sans » a été la « success story » de 2012. La croissance des produits alimentaires arguant de cette allégation se poursuivra en 2013, en particulier pour les produits de grandes marques

    -Les taux réduits de sel, graisses et sucre
    L’intérêt des efforts pour réduire les taux de sel, de graisses et de sucre perdurera. L’enjeu réside dans les innovations technologiques pour réaliser des réductions radicales

    -Le vieillissement population

    L’augmentation progressive de l'âge moyen de la population mondiale créée une opportunité pour les fabricants qui mettent au point des produits qui atténuent les préoccupations croissantes de santé et qui proposent des emballages adaptés. LFR estime que le moment est venu de segmenter l’offre en séparant les besoins des plus 55 ans de ceux des 75 ans et plus.

    -Aucun compromis sur l'éthique

    Les ventes d'aliments du commerce équitable ont continué à croitre durant la crise économique mondiale. Les labels correspondants sont par ailleurs utilisés pour désigner des qualités faisant référence à des normes de bien-être plus élevés, à une garantie de provenance et de respect de la biodiversité. Ceci prouverait que les consommateurs ne transigeront pas sur les questions éthiques.

    -Les ingrédients

    LRF pense que certains ingrédients auront, aux yeux des consommateurs, une plus grande influence sur leur préférence d’achat et que ces ingrédients peuvent apporter une réelle valeur ajoutée.

    Source : http://www.leatherheadfood.com/leatherhead-issues-global-food-industry-outlook-for-2013
    Leatherhead Food Research, est un institut de recherche anglais créé en 1919 dans la ville de Leatherhead, Surrey.

     

    Vers une R&D plus collaborative ?

    Dans un article sur FoodNavigator, Caroline Scott-Thomas met en exergue les 5 facteurs principaux d’évolution du secteur agroalimentaire européen en 2013. Outre la hausse des prix alimentaires qui pourrait être compensée par un mix taxes/subventions, la réduction du nombre d’ingrédients dans les aliments et les questions d’éthique, la journaliste relève une évolution dans la stratégie de gestion de la R&D de plusieurs grands groupes.

    La compression des coûts imposée par le ralentissement économique a conduit à une réflexion sur la gestion de l'innovation. Des multinationales comme Unilever, Kraft Foods et General Mills ont montré la voie de l'externalisation de la R&D à l’image de ce qu’on fait les constructeurs automobiles avec leurs sous-traitants équipementiers au bénéfice de tous. Des entreprises agroalimentaires de taille moyenne suivront probablement l’exemple des grands, en particulier dans le cadre de partenariats avec es producteurs d’ingrédients, pour accroitre encore leur flexibilité.

     

  • Les distributeurs belges imposent la primauté du bien être des animaux sur celle des hommes

    Après les autres grandes chaînes de supermarchés belges Colruyt, Lidl et Delhaize, la filiale locale de Carrefour va interdire les viandes fraîches provenant des porcelets castrés.

    Ces nouvelles règles, qui seront imposées aux fournisseurs d’ici la fin 2013, ont été élaborées en lien avec l'organisation belge de bien-être animal « Global Action dans l'intérêt des animaux » (GAIA). Celle-ci estime qu’environ un demi million de porcs échapperont ainsi à la castration.

    L'interdiction des animaux abattus sans étourdissement préalable entre en vigueur dès cette année et s'applique à toutes les viandes, « y compris la viande certifiée halal ». Les responsables religieux juifs et musulmans ont-ils été consultés avec la même attention que celle portée à Michel Vandenbosch, président de GAIA. Sachant que le porc est une viande interdite pour les musulmans, on se demande pourquoi Carrefour fait ici allusion à la viande hallal ! A moins que l’entreprise envisage la même interdiction pour les moutons et les bovins… Ce qu’elle ne dit pas.

    carrefour,belgiqueDans le même esprit, Carrefour Belgium a entamé des négociations avec ses fournisseurs pour s'assurer que, dès 2013, seuls les oeufs de pondeuses élevées en liberté seront utilisés pour les produits sous sa marque.

    Si la filiale belge sert de laboratoire marketing pour Carrefour, ce positionnement serait une manière pour le groupe de distribution qui tend à perdre des parts de marché de se démarquer de ses grands concurrents.

    Mais est-ce une stratégie globale durable ? L’élimination de la source de testostérone favorise le gain de poids et donc la productivité de l’élevage. Par ailleurs, tous les consommateurs accepteront-ils le goût très marqué de la viande de porcs entiers ? In fine, ces règles qui prônent le retour aux pratiques extensives entraînent des coûts. Les consommateurs sont-ils prêts à les accepter ? Une proportion encore plus grande de consommateurs à faible revenu devra encore restreindre ses achats de produits animaux qui deviendront progressivement des produits de luxe.

    De toutes manières, il faudra bien que quelqu’un les assume l’élévation des coûts unitaires de production… On imagine aisément que, compte tenu de la puissance du distributeur, celui-ci tentera de les faire supporter par les fournisseurs, c’est-à-dire in fine par les éleveurs… Mais, à long terme, y en aura-t-il encore pour exercer un métier contraignant et de moins en moins rémunéré ?…

    Source : Globalmeatnews.com

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu