Avertir le modérateur

burkina faso

  • Les filières animales devraient être plus soutenues par les pays africains du Sahel

    Les filières animales devraient être plus soutenues dans les grands pays d’élevage du Sahel comme le Niger, le Mali ou le Burkina Faso en proportion du budget général de l’Etat et en comparaison des soutiens accordés à l’agriculture végétale. Or, ces filières sensibles pourraient devenir un socle de l’intégration régionale ou une sérieuse pomme de discorde. 

    Selon l’OCDE, si on comptabilisait la contribution de l’élevage à l’agriculture (fumure, attelage), ainsi que d’autres services (sous produits, épargne), la contribution au PIB agricole s’élève à 50% au Mali, Burkina Faso, Niger,  Mauritanie et Tchad.

    Mais, dans l’ensemble de l’économie dans ces pays, certaines analyses notent que « le poids relatif de l'élevage dans les économies nationales est en baisse constante. Il ne représenterait plus aujourd'hui que 10 à 15% du PIB au Burkina et au Niger. Or, c’est le principal produit échangé entre les pays sahéliens et les pays côtiers. Il représente donc un important facteur d’intégration régionale.

    Une réalité surprenante et diverse

    sahel,politique agricole,élevage,consommation de produits animaux,produits laitiers,sécurité alimentaire,éthnique,niger,mali,burkina fasoElle est surprenante dans des pays qui respectent leurs engagements à dédier 10% du budget national à l’agriculture.

    C’est surtout étonnant quand leurs  filières animales sont dites par tous comme stratégiques, porteuses ou prioritaires.

    On distingue traditionnellement dans les pays sahéliens les populations d’éleveurs (ou de pasteurs) situées plutôt au Nord, des agriculteurs sédentaires établis au Sud dans les zones plus humides. Cette « spécialisation » économique correspond aussi à des modes de vie et des traditions ethniques différentes. Elle est aussi liée à des causes climatiques : les grands espaces arides au Nord sont impropres à l’agriculture et sont principalement mis en valeur par les grands troupeaux et la pratique de l’élevage transhumant.

    De plus en plus d’éleveurs traditionnels développent des activités agricoles et deviennent des «agropasteurs». De même, de plus en plus d’agriculteurs traditionnels investissent dans l’élevage (certains parlent de « pastoralisation »), qui fournit des services agricoles importants (fumure et attelage) et constitue une activité rentable.

    De « nouveaux acteurs », grands propriétaires disposant de milliers de têtes de bétail, sont arrivés dans le secteur, en particulier après les grandes sécheresses, et profitant de la dégradation continue des termes de l’échange bétail/céréales et de l’appauvrissement des pasteurs. Il existe quelques fermes dites « modernes » laitières ou mixtes, en périphérie des villes, pratiquant l’élevage sédentaire, semi intensif voire hors sol et fortement encouragées par les autorités locales 

    Une offre qui ne suit pas une demande africaine dynamique

    La production animale est tirée par une demande urbaine des pays côtiers en forte croissance. Les dépenses alimentaires se divisent en trois part équivalentes : 1/3 de produits animaux, 1/3 de produits de sauce, 1/3 d’amylacées de base. On estime que la demande urbaine africaine en produits carnés aura plus que triplé entre 2005 et 2025 (OCDE), surtout celle des viandes blanches qui progresse la plus vite 

    Bien que la consommation de produits laitiers soit globalement en hausse, la filière lait peine à se développer dans les quatre pays. L’offre ne suit pas la demande urbaine et les importations de poudre augmentent à un rythme soutenu. Ces importations croissantes sont à la fois une réponse de court terme au déficit de l’offre et une cause de celle-ci, puisque le prix du lait en poudre importé défie toute concurrence sur les marchés et  décourage ainsi la production et la structuration de filières locales. D’autres facteurs permettent d’expliquer ce problème du lait, parmi lesquels l’insuffisance d’alimentation pour le bétail en saison sèche et des difficultés structurelles, notamment au niveau de la collecte et de la conservation de ces produits périssables. Avec la mise en place du tarif extérieur commun de la zone Cedeao (Tec) et la fin des quotas laitiers en Europe, les importations vont encore croitre.

    De faibles soutiens publics à l’élevage

    sahel,politique agricole,élevage,consommation de produits animaux,produits laitiers,sécurité alimentaire,éthnique,niger,mali,burkina fasoLes pays du Sahel respectent les engagements de Maputo de consacrer 10% de leur budget à l’agriculture, mais la part de l’élevage ne représente que le dixième des soutiens agricoles publics et de l’aide internationale.

    Les produits animaux sont considérés comme des produits « de luxe », touchant les populations aisées, et n’intervenant pas dans une problématique de sécurité alimentaire.


    Les différentes politiques sont surtout axées sur la promotion des techniques de production dites (semi) intensives (insémination artificielle, stabulation…). L’accent est mis sur la santé animale, l’amélioration génétique, le développement de « fermes modernes » péri-urbaines en lien avec l’aval et à la transformation.

    Par ailleurs, les politiques publiques cherchent à réduire la mobilité des éleveurs par la réalisation d’ouvrages hydro-pastoraux et par l’organisation de zones et d’unités pastorales. Cette politique de sédentarisation vise à taxer une filière considérée comme prospère, limiter les conflits agriculteurs/éleveurs attribués aux transhumants, en finir avec un mode de production réputé incapable de répondre à la demande sur le long terme, limiter les impacts réels ou supposés de l’élevage sur l’environnement. Or, la plupart des fermes modernes basées sur l’exploitation des parcours et des ranchs d’Etat sont des échecs.

    Malgré tout, on observe une tendance à la hausse de la part de l’élevage dans les dépenses agricoles, en particulier au Mali, au Niger et au Sénégal

    Des préjugés persistants 

    Pendant longtemps, les élites au pouvoir se sont méfiées des éleveurs, en particulier des éleveurs transhumants considérés comme des populations incontrôlables parce que mobiles, indisciplinées et privilégiées.

    Les éleveurs sont considérés comme des populations nanties, que la possession d’un cheptel place hors du danger de la faim. C’est omettre leur vulnérabilité particulière aux aléas climatiques et la différentiation croissante entre une population de petits éleveurs précaires aux côtés de grands éleveurs « nantis » ; dans les régions sahéliennes « 15% des ménages peuvent posséder à eux seuls environ 47% des terres cultivées, 54% du cheptel petit ruminant et 70% du gros cheptel » selon l’expert Seidou Bakari (2013).

    Le mode de production pastoral ou agro-pastoral est assimilé à une catégorie ethnique alors que si les bergers appartiennent souvent à la communauté peul, la propriété du bétail, y compris du bétail transhumant est beaucoup moins identifiable, et concerne la quasi-totalité des groupes ethniques.

     

    Source : Inter-reseaux.org

  • Les interprofessions agricoles africaines doivent être adaptées au contexte local

    Les interprofessions françaises ont fait la preuve de leur efficacité pour développer les filières agroalimentaires. Les interprofessions agricoles africaines ont beaucoup de mal à se mettre en place alors que celles qui existent au Benin, au Burnika Faso, au Mali et au Sénégal ont bénéficié d’un appui très significatif tant des organisations agricoles françaises que des bailleurs de fonds (Banque Mondiale, FMI, USAID).

    farm
    Pour favoriser le transfert d’expérience et sans chercher à imposer le modèle français, la Fondation FARM a organisé en décembre un voyage d’études auquel ont participé Ablaye DIENG, président du Comité national de concertation sur la filière tomate industrielle du Sénégal (CNCFTI), Lionel GUEZODJE, président de la Fédération des unions de producteurs du Bénin (FUPRO), Bintou GUINDO, présidente de l’Interprofession de la filière échalotes/oignon du Mali (IFEO), Salif Ayéfoumi OLOU ADARA, président de la Centrale  des producteurs de céréales du Togo (CPC) et Soumaïla SANOU, président du Comité interprofessionel des filières céréales et niébé du Burkina Faso (CICB).

    Trois défis pour les Africains

    Un défi législatif : le cadre législatif des interprofessions agricoles ouest-africaines est soit relativement récent, soit inexistant. Les lois d’orientation agricole du Sénégal et du Mali, qui évoquent les interprofessions, datent respectivement de 2004 et 2005. Au Burkina Faso, l’interprofession céréalière existe depuis près de dix ans, mais la loi régissant les interprofessions n’a été promulguée qu’en octobre 2012. Surtout, le principe de subsidiarité et de co-gestion qui fait la force du dispositif français, à savoir de réelles délégations de pouvoir de l’Etat, qui permet d’imposer à tous les opérateurs les règles édictées par l’organisation interprofessionnelle n’est pas acquis en Afrique, notamment dans le secteur céréalier.

    Un défi financier : le système de financement des interprofessions « à la française » est mis en œuvre après une forte concertation avec les pouvoirs publics. Ce système repose sur le principe de « cotisations volontaires obligatoires » (CVO), qui implique de réaliser des prélèvements financiers auprès de certains acteurs de la filière selon des modalités bien définies et reconnues par la loi. Pour les filières intégrées, telles que la tomate destinée à la conserverie au Sénégal, le point de prélèvement est identifiable. Par contre, la plupart des autres marchés sont plus ou moins formels, avec de nombreux intermédiaires, rendant beaucoup très difficile les prélèvements. Ainsi, après sept années d’existence, les cotisations des membres de l’interprofession céréalière d’Afrique de l’Est ne représentent que 2% des recettes…

    Un défi structurel : les interprofessions agricoles ouest-africaines ont du mal à impliquer les autres acteurs des filières (transporteurs, commerçants, etc.). Néanmoins, le Réseau ouest-africain des céréaliers (ROAC) est sur le point de voir le jour avec le soutien de l’agence américaine de développement international, USAID.

    Source : FARM 

  • Les consommateurs européens ne sont pas les seuls influencés par la météo

    La rigueur hivernale qui perdure a incité CLIMPACT, leader européen dela Business Intelligence  Climatique, à analyser l’impact de la météo du mois d’avril 2012 sur 305 catégories de produits de grande consommation. Par rapport aux ventes lors de la semaine 16 d’avril 2011 qui avait été doux, les écarts de volume sont très importants, en particulier en forte hausse pour les fromages à consommer chaud (jusqu’à +91%), les soupes (+66%), les légumes secs (+22%) ; en forte baisse les saucisses fraîches (-42%) et les crèmes glacées (-25%).

    Mais ces écarts de volume ont peu d’influence en Europe sur les prix de vente du fait que les entreprises des filières agroalimentaires négocient entre elles des contrats pluri-mensuels, voire annuels. Il n’en est pas de même pour les produits alimentaires de base dans les pays les moins développés.

    Les tensions liées à l’insécurité alimentaire nourrissent l’instabilité politique des pays d’Afrique sahélienne et tropicale (Guinée Bissau, Mali, Soudan/Soudan du Sud…). Le nouveau président sénégalais Macky Sall et son Premier Ministre l’ont bien compris en décrétant la semaine dernière une forte baisse des prix du riz, de l'huile et du sucre.

    climpact,meteo,climat,fromages,soupes,légumes secs,pain,glaces,filière,agroalimentaire,saucisses,guinée bissau,sénégal,mali,soudan,niger,macky sall,tchad,burkina faso,ethiope,somalie,réfugiés,sécheresse,crise alimentaire,insécurité alimentaire,egypte,le caire,empereurs,frontières,affamésCette région du monde est en effet confrontée à une forte instabilité climatique qui, en l’absence d’irrigation, entraîne des variations très importantes du volume des récoltes.

    Ainsi, au Niger, la campagne agricole 2011/2012 s’est achevée par un déficit céréalier d’environ 520.000 tonnes soit 14% des besoins. Le bilan fourrager est déficitaire d’environ 10.000.000 tonnes de matières sèches. Toutes les régions du pays sont déficitaires à des degrés différents, toutefois les régions de Tillabéry, Tahoua, Diffa et Niamey sont les plus fortement touchées et 1.324.435 personnes sont en insécurité alimentaire sévère.

    Dans l’ouest du Tchad, les populations doivent une nouvelle fois se préparer à une période de soudure difficile entre la fin des précédentes récoltes et l’épuisement des stocks. A Mao, « Ça fait plus de dix ans qu’il n’y a pas de bonne pluie, explique une femme de paysan découragée. Même pour les animaux, il n'y a pas les herbes qu'ils doivent manger pour donner le lait, etc. Et des fois, ils meurent de faim ». Du fait de sa rareté, le prix du mil a triplé sur le marché depuis la récolte.

    Au Burkina Faso, la récolte céréalière de 2011-2012 est en baisse de 19,6% par rapport à la campagne agricole précédente et de 5,1% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Le bilan céréalier national brut dégage un déficit de 152 462 tonnes. La tension alimentaire qui s’annonce est aggravée par la crise au nord du Mali qui a entraîné un afflux massif de réfugiés maliens et de leur cheptel qu’il faut également nourrir…

    Les Egyptiens s’inquiètent des conséquences de la sécheresse qui a frappé l’Ethiopie etla Somalieoù le Nil prend sa source. Si l’eau vient à manquer, l’irrigation sera réduite dans le delta du Nil et les conséquences seront immédiates sur le volume de production agricole. D’ores et déjà, la production du pain est subventionnée par l’État pour pérenniser la distribution de cette denrée alimentaire de base. Selon un boulanger du Caire, une « nouvelle révolution » guette l’Égypte, si le gouvernement retire sa subvention.

    Comme on le voit, le monde entier est confronté aux incertitudes météorologiques, mais avec des incidences plus ou moins graves à court terme. S’il est vrai que le genre humain est encore soumis aux contraintes climatiques, il se distingue des autres espèces animales par une dignité qui lui est propre : il peut décider volontairement de faire preuve de solidarité et de générosité. Il appartient aux responsables politiques d’avoir le courage d’en faire prendre conscience à leurs électeurs. L’Histoire démontre que les murailles aux frontières ne résistent pas aux voisins affamés… Les antiques empereurs de Rome et Pékin pourraient en témoigner...

    M.F. 

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu