Avertir le modérateur

compétences

  • Le fast-learning serait aussi néfaste que le fast-food

    Si le fast-food est décrié pour ses méfaits potentiels sur la santé, des neuropsychiatres pointent les effets néfastes d’une utilisation précoce dans un but pédagogique des outils numériques. Comme le reste du corps, le cerveau et l’intelligence ont besoin de temps pour se construire. 

    Après enquête auprès de 62 professeurs d’universités allemandes, le professeur en psychiatrie Manfred Spitzer se prononce contre un contact précoce et fréquent des enfants avec les ordinateurs et l'Internet.

    Dans son article publié le 10 août dans Tagesspiegel (1), le chercheur écrit "Les médias numériques sont nuisibles au développement de la mémoire, ne sont pas adaptés à l'encouragement de l'apprentissage et provoque des dépendances".

    fast learning,pédagogique,numérique,apprentissage,mémoire,over-dose,dépendance,medias,competences,zapping,stress,ordinateurIl remet donc en question l'utilisation des médias numériques dans les processus d'apprentissage, soutenant que "si l'ordinateur prend en charge une part du travail mental traditionnel, travail mental qui est à la base de développements cognitifs du cerveau, alors il peut arriver que l'utilisation trop fréquente de l'ordinateur nuise au développement de mécanismes cognitifs importants, comme ceux de la concentration et de la mémoire".

    Les études PISA, dans lesquelles les données de près de 300.000 élèves de 15 ans avaient été recueillies, ont montré que les adolescents ayant le plus accès à un ordinateur personnel à l'école étaient également ceux ayant en moyenne les moins bonnes notes.

    Si le développement de nouvelles compétences informatiques ne saurait être mesuré dans le système scolaire traditionnel, le "zapping" d'information généré par les technologies numériques est pour les études citées le facteur le plus marquant de perte de concentration prolongée. 

    Le neuroscientifique, dont le livre intitulé "La démence numérique. Comment pouvons-nous apporter un nouvel apprentissage à nos enfants" vient de paraître, se base sur les résultats d'une enquête récente menée par 62 professeurs d'universités allemandes. Selon cette étude, des compétences importantes comme la logique argumentative, la capacité de saisir ou résumer un texte et la capacité de concentration seraient amoindries chez les plus jeunes étudiants universitaires ayant grandi avec l'avènement de l'Internet.

    Selon les chercheurs en neurosciences, ces déficits seraient dus à une sorte d'overdose numérique, un mécanisme chimique de stress cérébral causé par le zapping informationnel.

    Le professeur Spitzer ne se prononce pas en faveur du principe généralisé du travail rapide et multitâche, pourtant valorisé dans le monde professionnel. Selon lui, les recherches récentes montrent que cette tendance développe surtout chez l'individu un mécanisme de "saut" rapide entre diverses informations peu ou mal traitées, individu qui s'entraînerait ainsi lui-même à un trouble de l'attention.

    (1) "Computer schaden dem Gedächtnis - Wissenschaftler warnt vor digitaler Demenz", article repéré par Charles Collet, conseiller scientifique auprès de l’ambassade de France en Allemagne

  • Le travail est un gagne-pain, mais pas seulement...

    baccalauréat, philisophie, travail

    Les lycéens français candidats en série générale du baccalauréat ont eu à choisir hier entre deux thèmes de dissertation sur le travail : «Que gagne-t-on à travailler ?» ou «Travailler, est-ce seulement utile ?»

    Aujourd’hui vivant d’une pension de retraite, je continue à exercer une activité bénévole à temps plein dans le prolongement de ce que fut mon activité professionnelle salariée dédiée à l’agroalimentaire pendant plus de quarante ans (1). Je me retrouve ainsi dans la position de ces aristocrates de l’Ancien Régime qui faisaient de la serrurerie, de la ferronnerie, de la littérature ou de la recherche scientifique. En pratique, mon activité me donne un statut, indépendamment de toute considération financière, hormis celle que mes frais soient remboursés. Elle me permet en outre, en utilisant mes compétences et mon réseau de relations, de défendre des préoccupations d’intérêt général et d’entretenir ma capacité créatrice alors que des retraités développent une activité artistique.

    travail,bénévole,gagne-pain,pain,statut,compétences,enfants,étudiants,employeur,baccalauréat,sueur,philosophe,éducation,politique
    Par contre, pour d’autres personnes, même si l'homme ne vit pas que de pain (2), le travail est essentiellement un gagne-pain. Je pense en particulier aux mères seules qui doivent loger et nourrir leur famille, au risque d’être exploitées par leur employeur. Je pense également à ces millions d’enfants qui, en Afrique, en Asie et en Amérique latine, travaillent pour aider leur famille. Sans parler de ces étudiants sans ressources qui se prostituent pour boucler leur budget…

    Les candidats au baccalauréat pourront s’appuyer sur des philosophes référents tels que Spinoza ou George Berkeley. Mais ceux, peu doués pour les exercices intellectuels, qui s’échinent à gagner leur pain quotidien à la sueur de leur front auraient-ils la chance d’avoir jamais lu de tels auteurs ? On peut en douter, hormis dans les pays où l’éducation générale est une réelle priorité politique.

    (1) j'ai validé mon premier trimestre de cotisation durant l'été de mes 16 ans comme magasinier chez un grossiste en produits d'épicerie, entreprise aujourd'hui disparue.

    (2) cf. ma note du 16 avril dernier 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu