Avertir le modérateur

complements alimentaires

  • La nutrigénomique à l'honneur lors du XXe Congrès international de Nutrition

    FIAB,nutritionLors du XXe Congrès International de Nutrition réuni à Grenade (Espagne) qui a réuni 4.000 experts du monde entier, la Fédération espagnole des industries agroalimentaires et des boissons (FIAB) a organisé une journée sur le thème :
    "la nutrition, un parcours tout au long de la vie".

    De nombreux experts espagnols et étrangers ont présenté leurs travaux dans les domaines anthropologique, génétique, ou de l’impact de la nutrition sur l’activité cérébrale et cardiovasculaire ou la génétique..

    Tous les participants ont été d'accord pour affirmer que la santé dépend de beaucoup de facteurs, puisqu'elle est influencée par l'environnement, les habitudes de vie, l'alimentation, l’hérédité, l’éducation, l'économie, etc.

    Le Dr. Andreu Palou, Directeur du LBNB (Laboratoire de Biologie Moléculaire, Nutrition et Biotechnologie de l’Université des Iles Baléares (UIB) et du Centre de Recherche Biomédicale en Réseau sur l'Obésité et la Nutrition (CIBERObn), a souligné que «actuellement, nous avons un des niveaux de sécurité alimentaire le plus important de la planète » et que, grâce à la science, les messages nutritionnels sont plus solides.

    Ensuite, José Enrique Campillo, Professeur Émérite de Physiologie de l'Université d'Estrémadure, a partagé avec les participants sa préoccupation devant le grand nombre de recommandations diététiques existantes et auxquelles le consommateur arrive à donner du crédit sans preuves scientifiques. Pendant son exposé, il a commenté comment l'être humain a évolué et a modifié son régime en fonction son environnement et à nouvelles nécessités.

    De son côté, le Dr. Saúl Martínez Horta, neurologue à l'Institut de Recherche Biomédicale Saint Pau, a expliqué le lien entre l'alimentation et la « santé cérébrale », et souligné la corrélation entre le respect du régime méditerranéen et la diminution du risque de détérioration cognitive légère. Il a précisé que beaucoup reste à faire pour « identifier des compléments alimentaires susceptibles d’agir comme neuroprotecteurs et concevoir des essais cliniques pour tester scientifiquement leurs effets ». Dans ce but, son Institut travaille avec la société Gallina Blanca Star pour mieux connaître le lien entre la neuroinnovation et l'alimentation.

    Pour conclure, José María Ordovás, Directeur du Laboratoire de Nutrition et Génétique de l'Université de Tufts (Boston), Directeur scientifique de l'Institut Madrilène d'Études Avancées et chercheur au Centre National de Recherches Cardiovasculaires (CNIC) espagnol, a intitulé sa présentation «Nutrigénomique, vers une nutrition personnalisée ». Il s’est dit préoccupé du fait de la confusion créée par les multiples affirmations sur ce qu'il est plus ou moins recommandable d'ingérer. En effet, il a affirmé que « ce qui est optimal pour une personne ne doit pas l'être pour une autre ». Il a insisté sur l'importance d’une nutrition personnalisée vu le nombre de facteurs qui conditionnent la santé humaine. Enfin, José María Ordovás estime que la prévention de l'obésité doit être entamée depuis le ventre maternel

    Source : FIAB

  • Les compléments alimentaires soutenus par les scientifiques américains

    L’ambassade de France aux USA fait écho de 4ème rapport du Centre de Nutrition (Council for Responsible Nutition) sur les bénéfices des compléments alimentaires nutritionnels, y compris les compléments multivitaminés, sur la santé de l'homme. Rédigé par le Dr Annette Dickinson,  il fait le bilan des résultats de recherche.

    La loi Alimentation, Médicament et Cosmétique (Food, Drug and Cosmetic Act) caractérise un complément alimentaire comme un produit destiné à compléter le régime alimentaire et contenant un ou plusieurs des composés suivants : vitamine, minéral, plante, acide aminé, substance alimentaire utilisée par l'homme pour compléter le régime alimentaire en augmentant l'apport alimentaire total, ou un concentré, un métabolite, un constituant, un extrait ou une combinaison de ces ingrédients.

    Les ventes de compléments alimentaires ont atteint 28,1 milliards de dollars au Etats-Unis en 2010 dont 34%pour les compléments vitaminiques et 8% pour ceux à base de minéraux. Les autres catégories sont les compléments à base de plantes, pour les sportifs, en remplacement des repas ou pour un autre usage spécifique.

    Les institutions américaines favorisent l'usage des compléments alimentaires

    complements alimentaires,vitamines,multivitamines,fda,guide,recommandations nutritionnelles,acide amine,mineraux,dietary guidelines,academy of nutrition and dietetics,benefices,risques
    La FDA édite tous les 5 ans un guide de recommandations nutritionnelles (Dietary Guidelines for American) sur les besoins journaliers nécessaires pour rester en bonne santé pour les américains âgées de 2 ans et plus. http://health.gov/dietaryguidelines/dga2010/DietaryGuidelines2010.pdf

    En 2000, les nutriments à favoriser étaient le calcium, le potassium, les fibres, le magnésium, et les vitamines A, C et E. En 2005, il a été rajouté la vitamine B12 pour les personnes de plus de 50 ans, l'acide folique et la vitamine D.

    Dans sa 4ème édition de 2010, le guide précise que "dans certains cas, les aliments enrichis et les compléments alimentaires peuvent être utiles pour amener un ou plusieurs nutriments qui, sinon, seraient consommés en quantité insuffisante par rapport aux recommandations établies".

    L'Académie de Nutrition et Diététique (The Academy of Nutrition and Dietetics) soutient ces recommandations en ajoutant que les compléments alimentaires "peuvent aider certaines personnes à atteindre les besoins nutritionnels spécifiés dans les standards de valeurs nutritionnelles tels que les Dietary References Intakes".

    Une forte consommation des compléments alimentaires

    Les études américaines soulignent l'impact négatif des déficits nutritionnels sur la vie quotidienne (fatigue, faiblesse du système immunitaire, ...) et sur le bien-être en général.

    1/3 des américains ingèrent des doses insuffisantes en vitamine C, 2/3 des femmes en fer et 90% de la population américaine en vitamine E. Cependant, le pourcentage de personnes utilisant des compléments alimentaires est passé de 27% en 1972 à 66% en 2010. Les principaux compléments alimentaires utilisés sont les multivitaminés, la vitamine C et la vitamine E.

    A toitre de comparaison, la vente des compléments alimentaires est également en pleine croissance en France. L'Agence Nationale de Sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'Environnement et du travail (ANSES) a pour la première fois recueillie des informations sur l'usage des compléments alimentaires dans la population française au travers de l'étude INCA-2 menée entre 2005 et 2007. Même si la consommation reste inférieure qu’aux Etats-Unis (23% contre 66%), le marché des compléments alimentaires y est en développement.

    Les bénéfices des compléments alimentaires

     Les fonctions et les actions des vitamines (13 au total) et des minéraux (15 au total) sont aujourd'hui connues. Les principales actions bénéfiques concernent la prévention des maladies cardiaques, des cancers et des maladies du cœur.

     => La vitamine A : est utilisée dans l'organisme pour la vision, l'expression des gènes, la reproduction, la croissance et les fonctions immunitaires.

     => La vitamine B : permet à l'organisme de convertir les glucides, les graisses et les protéines en énergie utilisable par le corps.

     => Le calcium et la vitamine D : utilisés en combinaison car la vitamine D permet l'absorption du calcium. Celui-ci est utile pour les fonctions métaboliques de l'organisme, la santé osseuse, les fluides intra et extra cellulaire, le collagène (car il entre dans son processus de fabrication) et il a un rôle antioxydant.

     => Le zinc : est lié au fonctionnement de plus de 300 enzymes qui ont des rôles sur la croissance et les fonctions immunitaires principalement.

    Les vitamines favoriseraient le fonctionnement des enzymes, qui lors d'une déficience du système enzymatique, contribueraient au développement de plus de 50 maladies génétiques. L'augmentation des doses vitaminiques journalières pourrait permettre de réguler l'activité du cycle enzymatique et donc éviter ces maladies.

    Lorsque les personnes consomment 200 IU de vitamine E par jour pendant deux ans, au travers de compléments alimentaires, le risque d'être atteint d'une maladie cardiaque diminuerait de 40% par rapport aux personnes qui ne prennent pas ce complément alimentaire.

    Cependant, des risques pour le foie

    Cependant, si ces compléments alimentaires sont utiles, les risques ne sont pas nuls. En 2008, l'Institut National du Diabète et des maladies du Système Digestif et du rein (National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases) a relevé que sur 300 cas de lésions du foie, 9% serait potentiellement dus à l'usage de compléments alimentaires.

    Les compléments alimentaires à base de plantes sont également mis en cause dans les problèmes liés au foie, comme le montre l'étude en 2007 réalisée par l'Institut National de la santé (National Institutes of Health) et publiée dans le journal Clinics in Liver Disease.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu