Avertir le modérateur

consommation

  • Les écologistes suédois proposent de taxer la viande

    Alors que la moitié des pays européens se focalise sur une fraude sur la composition étiquetée, les autorités agricoles de Suède suggèrent de créer une taxe pour réduire la consommation de viande, afin de réduire les gaz à effet de serre et de protéger l’environnement

    Le Suédois moyen a consommé 87 kilos de viande en 2012, principalement de bœuf et de veau. Marit Paulsen, vice-présidente de la Commission de l'agriculture du Parlement européen, a déclaré qu'elle préférerait que la consommation de viande suédoise retrouve son niveau d’il y a vingt ans à 45-50 kilos par personne et par an.  

    Le volume d’aliments du bétail, d’engrais et de pesticides utilisé par l’agriculture est corrélé avec  la quantité de viande consommé. Les consommateurs peuvent donc contribuer à une production alimentaire durable en diminuant leur consommation. Pour les écologistes, l'étiquetage est le moyen le plus facile pour aider les consommateurs à choisir les viandes dont la production a le moins d’impacts sur l'environnement.

    vache pie rouge de Suède
    D’un autre côté, les animaux au pâturage, en particulier les bovins, sont nécessaires afin de préserver les pâturages semi-naturels, ceux-ci étant importants pour la biodiversité et les paysages ruraux. D’où le conflit d'intérêts entre la préservation des pâturages et des emplois avec la réduction des émissions de gaz à effet de serre. 

    Source : AllAboutFeed 15 Feb 2013

  • Serions nous proches du maximum de surfaces cultivées nécessaires pour l’alimentation ?

    Trois chercheurs de l’université Rockefeller de New York sont beaucoup plus optimistes que les prévisions établies par la FAO et l’OCDE sur les perspectives de sécurité alimentaire.

    farmland,surfaces cultivees,securite alimentaire
    Ils estiment, dans le dernier numéro de la revue Population and Development, que nous sommes près d’atteindre le maximum des surfaces de terres cultivées (« peak farmland ») avec une stabilisation qui précèdera une réduction des superficies nécessaires pour nourrir l'humanité alors qu’en juin 2012, la FAO estimait à 70 millions d’hectares la surface cultivée supplémentaire d’ici 2050.

    Ces chercheurs appuient leurs prévisions sur :

    -          une croissance démographique de plus en plus lente,

    -          une augmentation modérée de la consommation de viande,

    -          des progrès technologiques permettant d'améliorer les rendements à l'hectare,

    -          une « dématérialisation des besoins alimentaires » au fur et à mesure du développement ainsi qu’il ressort d’une analyse rétrospective depuis 1960 des revenus,  la consommation et de la production en Inde, en Chine et aux USA où la croissance démographique et celle des revenus ne se sont pas accompagnées d'une expansion proportionnelle des terres cultivées

    alimentation,agriculture,prospective,surfaces cultivées,biocarburants,consommation,croissance,besoisn alimentaires 

    Ils concluent même à une baisse de 10 % des surfaces cultivées nécessaires pour l’alimentation humaine d'ici 2060, à moins d’un impact accru du changement climatique. Ceci laisserait de la place à la production de biocarburants… 

    --------
    Source : Population and Development n° 38  (Supplement)

  • Les pays qui mangent plus de chocolat ont plus de prix Nobel

    Le CIRAD signale l’article de Martine Perez publié par Le Figaro du 12 octobre qui lui-même commente l’étude publiée la veille par la très sérieuse revue médicale américaine New England Journal of Medecine. Selon cette étude, plus la population d'un pays mange du chocolat, plus ce pays compterait de prix Nobel.

    chocolat,prix nobel,consommation
    L'étude s'appuie sur le constat que les flavonoïdes, puissants antioxydants qu'on trouve en grande quantité dans les fèves de cacao (mais aussi dans le thé vert et dans le vin rouge) améliorent les fonctions mentales. En conséquence, le professeur Franz Messerli (université Columbia à New York), auteur de l'étude, s'est demandé "s'il pouvait y avoir une corrélation entre la consommation de cacao dans un pays et les capacités mentales de ses habitants". Et il a abouti à la conclusion qu' "il y a une corrélation significative surprenante".

    Premier exemple : la Suisse  arrive en tête à la fois en nombre de Nobel et en quantité de chocolat consommé, selon les statistiques de consommation fournies par plusieurs fabricants.

    Le Figaro, qui résume les données de l'étude américaine, signale que le travail de recherche a porté sur 23 pays. Si la Suisse arrive en tête, les Etats-Unis, la France et l'Allemagne sont situés dans la moyenne alors que la Chine, le Japon et le Brésil sont en bas du classement.

    La Suède fait exception : 6,4 kg de chocolat par an et par habitant, soit théoriquement 14 prix Nobel, selon les calculs de Franz Messerli, mais dans la réalité le compte est de 32 prix Nobel. Trois explications :

    - "soit le comité de Stockholm du Nobel favorise ses nationaux", dit l'auteur de l'étude ;

    - "soit les Suédois sont particulièrement sensibles aux effets du chocolat", autre hypothèse du même Franz Messerli ;

    - troisième hypothèse, écrit Le Figaro, mais que l'auteur n'évoque pas,  la corrélation entre chocolat et Nobel est sans lien de causalité et totalement fantaisiste !

    Prudent, le chercheur américain souligne que les données utilisées sont basées sur des moyennes de consommation par pays et que les quantités de chocolat consommées individuellement par des lauréats du Nobel "restent inconnues".

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu