Avertir le modérateur

durabilité

  • Principales tendances et opportunités en 2013 pour l’agroalimentaire

    LFR,Leatherhead Food Research
    Selon les analyses de Leatherhead Food Research (LFR), les mauvaises récoltes en 2012 dans l'hémisphère Nord signifient que les prix des matières premières vont continuer à grimper. La pression sur les ressources va être aggravée par la demande des marchés émergents dont le nombre d’habitants, l'espérance de vie, la production économique et le pouvoir d’achat continueront à progresser plus vite que sur les marchés développés.

    L’accroissement du nombre d’obèses incite à une réglementation plus sévère pour l'utilisation du sel, des graisses, du sucre et pour l’étiquetage des aliments « sains ». LFR prévoit l’examen cette année du cadre alimentaire européenne PARNUTs ainsi que de nouvelles règles d'étiquetage nutritionnel aux Etats-Unis.

    La durabilité est intégrée dans les stratégies des leaders mondiaux de la grande distribution. Ce critère de nombreux éléments tels que la consommation d'énergie, l’origine des matières premières, l’environnement, le bien-être des humains et des animaux, le traitement des déchets, la consommation d'eau, etc.

    Malgré tout, les attentes en termes de santé et de mieux-être offre des opportunités pour les entreprises agroalimentaires qui sauront innover dans les domaines suivants :

    -Les produits « naturels »

    Les fabricants devraient poursuivre leur politique liée au « naturel » ou réviser leurs étiquettes.

    -Les aliments fonctionnels

    La mise en œuvre juridique des allégations santé (article 13,1) annoncée par l’EFSA le 14 décembre aura peu d'impact sur le marché qui continuera à croître. Les fabricants qui peuvent démontrer aux consommateurs, avec une preuve vérifiée par des scientifiques indépendants, que le produit tient sa promesse bénéficieront d’une croissance continue du marché

    - Les produits « sans »
    « Sans » a été la « success story » de 2012. La croissance des produits alimentaires arguant de cette allégation se poursuivra en 2013, en particulier pour les produits de grandes marques

    -Les taux réduits de sel, graisses et sucre
    L’intérêt des efforts pour réduire les taux de sel, de graisses et de sucre perdurera. L’enjeu réside dans les innovations technologiques pour réaliser des réductions radicales

    -Le vieillissement population

    L’augmentation progressive de l'âge moyen de la population mondiale créée une opportunité pour les fabricants qui mettent au point des produits qui atténuent les préoccupations croissantes de santé et qui proposent des emballages adaptés. LFR estime que le moment est venu de segmenter l’offre en séparant les besoins des plus 55 ans de ceux des 75 ans et plus.

    -Aucun compromis sur l'éthique

    Les ventes d'aliments du commerce équitable ont continué à croitre durant la crise économique mondiale. Les labels correspondants sont par ailleurs utilisés pour désigner des qualités faisant référence à des normes de bien-être plus élevés, à une garantie de provenance et de respect de la biodiversité. Ceci prouverait que les consommateurs ne transigeront pas sur les questions éthiques.

    -Les ingrédients

    LRF pense que certains ingrédients auront, aux yeux des consommateurs, une plus grande influence sur leur préférence d’achat et que ces ingrédients peuvent apporter une réelle valeur ajoutée.

    Source : http://www.leatherheadfood.com/leatherhead-issues-global-food-industry-outlook-for-2013
    Leatherhead Food Research, est un institut de recherche anglais créé en 1919 dans la ville de Leatherhead, Surrey.

     

    Vers une R&D plus collaborative ?

    Dans un article sur FoodNavigator, Caroline Scott-Thomas met en exergue les 5 facteurs principaux d’évolution du secteur agroalimentaire européen en 2013. Outre la hausse des prix alimentaires qui pourrait être compensée par un mix taxes/subventions, la réduction du nombre d’ingrédients dans les aliments et les questions d’éthique, la journaliste relève une évolution dans la stratégie de gestion de la R&D de plusieurs grands groupes.

    La compression des coûts imposée par le ralentissement économique a conduit à une réflexion sur la gestion de l'innovation. Des multinationales comme Unilever, Kraft Foods et General Mills ont montré la voie de l'externalisation de la R&D à l’image de ce qu’on fait les constructeurs automobiles avec leurs sous-traitants équipementiers au bénéfice de tous. Des entreprises agroalimentaires de taille moyenne suivront probablement l’exemple des grands, en particulier dans le cadre de partenariats avec es producteurs d’ingrédients, pour accroitre encore leur flexibilité.

     

  • Alerte sur les étiquetages des produits bio ou équitable !

    Les produits issus du commerce équitable ou respectueux de l’environnement sont apparus au cours des 20 dernières années. Les pays développés sont les principaux marchés de ces produits très souvent originaires des pays en voie de développement.

    omc,usa,label,dolphin safe,origin,organisation mondiale du commerce
    L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) a reconnu l’importance du rôle de l’étiquetage de ces produits dans les négociations commerciales mais son organe d'appel vient de condamner les États-Unis pour deux labels de ce type.

    Stephan Marette, chercheur de l’Inra-Grignon et Anne-Celia Disdier de Paris-Jourdan Sciences Economiques ont évalué auprès des consommateurs leur acceptation à payer un prix plus élevé pour des crevettes d’élevage décortiquées apposant ces labels.

    Avant le test, les 160 participants ont été éprouvés sur leur sensibilité à l’égard des informations. S’ils attachent une grande importance à la protection de l’environnement et aux droits des travailleurs, en revanche, ils ne se sentent pas bien informés sur la sécurité des produits. Ils expriment un degré de confiance élevé dans les produits biologiques et/ou issus du commerce équitable.

    Les résultats montrent que seules des informations précises ont un effet réel sur la disposition à payer des consommateurs. Les labels environnementaux et sociaux ont, en outre, une influence positive sur cette disposition à payer. L’importance de cette influence est similaire pour les deux types de labels. En revanche, le consommateur n’est pas réceptif à une accumulation de labels.

    L’amélioration de la qualité des produits agricoles, indiquée via l’apposition d’un label, apparaît donc comme un moyen d’augmenter les revenus des producteurs des pays en développement. Néanmoins, les résultats de l’expérience soulignent aussi les difficultés liées aux développements et signalement de nouveaux attributs des produits, dès lors qu’un label a déjà une réputation bien établie sur le marché. Les producteurs des pays en voie de développement ont donc intérêt à choisir prudemment le label à apposer sur leurs produits pour capter cette disposition à payer supplémentaire du consommateur.

    L’OMC condamne 2 labels américains et introduit un risque global sur l’étiquetage

    omc,usa,label,dolphin safe,origin,organisation mondiale du commerce
    L'organe d'appel de l'OMC vient de condamner les États-Unis pour deux labels alimentaires emblématiques de la politique américaine d'information aux consommateurs. Le premier cas oppose depuis 10 ans les États-Unis au Mexique au sujet du label «Dolphin-safe», censé garantir au consommateur que le thon a été pêché sans causer de dommages aux dauphins.
    Les juges ont considéré que le label discriminait en particulier les techniques de pêche mexicaines.

    omc,usa,label,dolphin safe,origin,organisation mondiale du commerceLe deuxième cas concerne l'étiquetage obligatoire de l'origine des viandes de bœuf et de porc. Obligés de différencier les viandes selon leur origine, les industriels sont incités à privilégier des animaux nés, élevés et abattus aux États-Unis, ce qui là aussi est considéré par l'OMC comme une discrimination.

    Cependant, les juges ont considéré comme légitime l’objectif de fournir au consommateur une information sur l'origine, et celui de garantir que le marché intérieur américain n'encourage pas des techniques de pêche dommageables pour les dauphins.

    Pour la première fois, un label facultatif est ainsi condamné par l'OMC. Plusieurs ONG ont alerté sur le fait que désormais, les produits biologiques ou équitables pourront être attaqués à leur tour.

    En outre, cette jurisprudence pourrait avoir des implications sur les normes européennes concernant la durabilité des biocarburants ou encore le bien-être animal.

  • L’affichage environnemental, une attente consommateur difficile à satisfaire

    La traduction en anglais d’un article en français est souvent un indicateur de l’importance qui lui est attribuée. Ainsi en est-il de l’article d’Antonin Vergez diffusé ce mois-ci par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement. Il fait la synthèse de la problématique de l’affichage environnemental pour les produits alimentaires.

    L’attente des consommateurs est très forte puisque 85 % des Français souhaitent une information sur les étiquettes concernant l’impact environnemental des produits ! Mais la question est extrêmement complexe, en particulier pour des produits dont les conditions de production sont très variées. Toute information simple peut rapidement est erronée. Ainsi que le souligne M. Vergez, l’évaluation environnementale des produits agricoles et alimentaires ne peut être représentative de la durabilité globale qu’à la double condition d’être à la fois multicritères et basée sur une approche « cycle de vie ».

    La majorité des 44 méthodes d’analyse d’impact recensées est consacrée à l’impact « carbone » des produits (cf. en particulier le Guide des Bonnes Pratiques X30-323 de 2008). Des expériences pilotes d’affichage sont en cours en Europe et en Asie alors même qu’il n’y a pas consensus sur la méthode d’analyse ! Or, une réponse prématurée à l’attente d’information des consommateurs risque de discréditer pour longtemps toute démarche objective.

    Certaines associations britanniques ont ainsi promu le concept des kilomètres alimentaires (food miles) pour défendre les circuits courts et proposent même un calculateur en ligne ! Abstraction faite de tout autre aspect, en particulier socio-économique, M. Vergez démontre « qu’il s’agit, en définitive, d’un indicateur peu pertinent des impacts environnementaux des chaînes alimentaires».

    Antonin Vergez a eu la précaution de soumettre son article à de nombreux experts (1). Pourtant, l’eau est toujours présentée comme "un environnement" en tant que tel et non comme un élément de base à l’image du carbone, alors qu’il serait plus exact de parler de milieu aquatique. Les termes utilisés sont le symptôme d’une erreur conceptuelle dominante à propos de "l'empreinte sur l'eau". 

    A la différence des émissions de gaz à effet de serre qui impactent le climat, il n’existe pas d’indicateur consensuel pour calculer l’impact d’un produit sur la biodiversité. Les indicateurs d'eutrophisa­tion et d'écotoxicité aquatiques pourraient, à terme, être regroupés au sein d’un seul indica­teur. 

    La mesure d’un volume d’eau est par contre aisée. Serait-ce la raison pour laquelle le volume de "consommation" d’eau est identifié par le référentiel français comme étant l’un des 5 enjeux environnementaux les plus pertinents ? Faut-il rappeler que s’il y a des stress hydriques locaux et de l’eau polluée, le « bilan quantitatif global du cycle de vie » de l’eau est constamment équilibré ? 

    Au-delà des multiples usages de l’eau la restauration éventuelle de son employabilité est finalement un problème de coûts d’usage et de gestion de l’énergie. Seule la question énergétique impacte de manière durable l'environnement. J’y reviendrai.

    -----------

    M.Foucault 

    (1) Martin Bortzmeyer, Philippe Rogier, Nadia Boeglin, Jérôme Mousset, Florence Scarsi, Gaetan Dubois, Sylvain Chevassus, Doris Nicklaus, Yvan Aujollet et Gabrielle Pollet, ainsi que les relecteurs de la revue Notes et Études Socio­Économiques).

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu