Avertir le modérateur

exportations

  • La valeur de la viande en fait une cible de choix pour les fraudeurs

    Le 30 mai, le procureur de la république de Quimper a rendu public une escroquerie portant sur l’exportation de viande au sein d'une entreprise d'agroalimentaire de Trégunc, sans la nommer.

    Très rapidement, les journalistes ont identifié qu’il s’agit de la société SFV (Sté de Fabrication de Viande), une entreprise employant 40 salariés.

    SVM,viande séparée mécaniquement
    L’objet de la fraude porte sur 6.000 tonnes de SVM (ou VSM, viandes séparées mécaniquement qui utilisée dans la fabrication de nuggets, hot-dogs et autres plats cuisinés) d’
    une valeur marchande de près de trois millions d'euros,destinée à l'exportation vers Russie et l'Afrique du Sud.

    Ces viandes sont extrêmement fragiles et les exigences sanitaires très strictes. Pour ce faire, SFV aurait utilisé des produits désinfectants, voire aurait procédé à leur irradiation. Ces traitements supprimaient l’essentiel des risques d’intoxication à court terme. Les résultats d’analyses microbiologiques étaient, par contre, falsifiés depuis plusieurs années par l’entreprise pour être conformes aux exigences sanitaires réglementaires.

    La société SFV avait déjà été condamnée à une amende de 7.000 euros en 2012 pour tromperie sur la nature, la qualité et la quantité d'une marchandise décelée en 2010 lors d'un contrôle dans l’entreprise. Il s’agissait alors d’une simple caisse contenant des abats interdits tels que des trachées, poumons, caillots de sang...

    Cette nouvelle affaire souligne l’attrait de la fraude et de l’importance des enjeux économiques. 

    Après la médiatisation excessive de l’incorporation de viande de cheval dans de la viande hachée surgelée de bœuf, les responsables politiques ont enfin choisi de ne pas faire de commentaires.

    Les premières victimes de ces fraudes sont les salariés. C’est ainsi que, le 28 mai, l'administrateur judiciaire de Spanghero a annoncé la suppression de 240 emplois, sans compter l'impact sur les sous-traitants locaux. Les soutiens publics à leur égard auront été d’un piètre secours. En effet, les clients étant partis, l’entreprise était vouée à la disparition…

  • L’agroalimentaire, une activité industrielle qui résiste à la crise

    FoodDrinkEurope, agroalimentaireLe rapport sur la compétitivité publié en décembre par Food & Drink Europe, la fédération européenne des industries alimentaires, souligne que ce secteur industriel résiste globalement aux effets de la crise économique.

    Toujours au premier rang des secteurs industriels avec un chiffre d’affaires de 956 milliards d’euros en 2011 et une production en croissance de 2.2%, les 274.000 entreprises européennes emploient 4.100.000 salariés dans le secteur. Néanmoins, dans le même temps, le volume de la production de l’industrie américaine a cru de 2,6% .

    Si la productivité des ouvriers européens a progressé de 4% entre 2009 et 2010, celle des brésiliens a cru de 30% et celle des mexicains de 12%. Ceci explique probablement pourquoi la part des exportations européennes, qui se sont élevées à 76,2 milliards d’euros, s’est réduite en 2011 de 0,4% à 17,4% dans les échanges mondiaux.

    Pour maintenir sa place face à ses concurrents, l’Europe doit élaborer et développer une stratégie industrielle ambitieuse, en particulier en faveur des PME innovantes.

    Source : FDE’s 2012Report

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu