Avertir le modérateur

gestion des risques

  • La cyber-guerre peut elle concerner la chaine agroalimentaire ?

    Le dernier n° daté du 28 juillet de Micro Hebdo publie un article de Loïc Duval intitulé «La cyber-guerre est déclarée» avec pour sous-titre « Les Américains auraient envoyé trois virus informatiques ultrasophistiqués contre l’Iran ». L’hebdomadaire fait suite à des enquêtes menées par les journalistes du New Yok Times et du Washington Post.

    Trois virus ont été identifiés depuis 2010 plusieurs mois, voire plusieurs années après leur apparition, par les sociétés de sécurité informatiques éditrices d’antivirus F-Secure, Kaspersky et Symantec.

    Les virus Stuxnet, DuQu et Flame, véritables cyberarmes, auraient été mis au point par les services américains pour prendre le contrôle à distance des outils industriels nucléaires de l’Iran. Ils avaient surtout pour but de récupérer à distance des fichiers spécialisés qui assurent l’automatisation de la production (gestion de la température et des robots, vitesse des systèmes…) mais aussi des certificats numériques cryptés, des fichiers images et son, les plans de conception en 3D des installations... Ils auraient permis de bloquer pendant plusieurs mois la centrale d’enrichissement d’uranium de Natanz.

    gestion des risques,informatique,automatisation,scada,cyberguerre,cyberarme,sabotage,f-secure,kaspersky,symantecC’est la première fois que des services de sécurité informatique basculent dans le cyber-sabotage en s’attaquant aux systèmes Scada qui pilotent tous les systèmes automatiques (ascenseurs, métro, signalisation routière, robots…). Jusqu’où pourraient-ils aller ?
    Les installations militaires sont certes stratégiques.
    Mais il y en a bien d’autres tout aussi vitales pour les Etats et pour les entreprises qui reposent sur les systèmes d’information.

    Dans les sociétés développées, l’essentiel de l’activité est assujetti à la maîtrise des systèmes d’information. Pour aller de la fourche à la fourchette, les produits alimentaires sont stockés, transportés, transformés, conditionnés, distribués… Chaque maillon entre le pis de la vache et le bol de lait ou entre le blé récolté et le pain acheté chez le boulanger peut devenir un point critique…

    Or, ces virus ont l’avantage sur toutes les autres armes d’être beaucoup moins coûteuses et moins risquées pour l’agresseur qui peut intervenir incognito de n’importe où, simplement relié au reste du monde par une connexion Internet.

    Interviewé par Micro Hebdo, Eugène Kaspersky reconnaît que «les protections antivirales ne suffiront pas à épargner les systèmes des cyberarmes… Notre rôle est de sensibiliser et d’accélérer les changements de pensée en matière de gestion des risques».

  • Agritrade actualise sa synthèse sur le projet de réforme de la PAC

    pac,politique agricole commune,commission européenne,aide directe,quotas,sucre,stabilisation,innovation,developpement rural,competitivite,chaine alimentaire,gestion des risques,ecosysteme,efficacite energetique,changement climatique,qualite,etiquetage
    Agritrade, qui s’intéresse particulièrement au commerce entre l’Union Européenne et les pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique), vient à nouveau d’actualiser sa note de synthèse de 2008.

    Le détail de l’analyse d’Agritrade et d’autres publications peuvent être trouvées en ligne sur http://agritrade.cta.int/fr

    En tant que plus grand importateur et deuxième plus grand exportateur de produits alimentaires, l’UE est un acteur majeur dans le commerce agricole mondial.


    Par conséquent, les décisions sur l’avenir de la politique agricole commune (PAC) initiées en 1992 avec un nouveau cycle de réformes prévu en 2014, impactera fortement tous les pays tiers. 

    Les propositions de la Commission Européenne:

    -la réforme du système des paiements de l’aide directe avec un système de paiement de base à partir de 2014;

    -la réforme des mécanismes de gestion du marché avec la suppression des quotas de production pour le sucre, l’UE continuant à être importateur net de sucre. Alors que le système des paiements d’aide directe reste au cœur de la politique européenne de type filet de sécurité, l’UE continuera à utiliser ses outils de stabilisation du marché mais de façon plus systématique et adaptée « aux besoins spécifiques de chaque secteur », via des modifications spécifiques (par ex. pour le bœuf, le beurre ou le lait écrémé en poudre).
     La Commission Européenne va vers un système d’aides renforcées pour les assurances et la création d’un outil de stabilisation des revenus

    -la réforme des instruments de développement rural avec 6 priorités :
    * favoriser le transfert des connaissances et l’innovation ;
    * renforcer la compétitivité ;
    * promouvoir l’organisation de la chaîne alimentaire et la gestion des risques ;
    * restaurer, préserver et renforcer les écosystèmes ;
    * promouvoir l’efficacité énergétique et la transition vers une économie faiblement émettrice de dioxyde de carbone ;
    * promouvoir l’insertion sociale, la réduction de la pauvreté et le développement économique des zones rurales.
     Les États membres devront déployer 25 % de leur enveloppe nationale « sur les questions liées à la gestion foncière et à la lutte contre le changement climatique ».

    -les autres initiatives politiques telles que celles sur la qualité des produits et les exigences d’étiquetage

    La commissaire à l’agriculture Dacian Cioloş soutient que les réformes ne signifieront pas l’abandon complet des mesures de gestion du marché, mais qu’elles établiront « un cadre pour des instruments de gestion du marché modernisés avec de réels filets de sécurité, un rôle plus clair et renforcé pour les organisations de producteurs et des contrats obligatoires entre les producteurs et les transformateurs, conclus avant les semailles.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu