Avertir le modérateur

imc

  • Le taux d’obésité s’accroit avec l’importance des inégalités sociales dans les pays en développement

    D'après une étude de chercheurs de l'Université de Toronto et de l'école de Santé Publique d'Harvard publiée dans PLOS Medecine le 15 janvier, dans les pays en développement, les personnes obèses et en surpoids ont eu une tendance croissante à le devenir encore plus, contrairement à celles qui souffrent de sous-nutrition.

    On pourrait s'attendre à ce qu’au fur et à mesure du développement économique, la majorité des personnes maigres évoluent vers un indice de masse corporelle (IMC) moyen. Or, cette étude montre l'inverse : les personnes de poids moyen tendent à disparaître !

    Un défi pour les dirigeants politiques et des systèmes de santé  

    Cette tendance croissante de poids extrêmes va constituer un défi pour les dirigeants politiques et des systèmes de santé. Ils devront équilibrer leurs priorités entre les problèmes de santé liées aux populations en sous-poids qui sont généralement les plus pauvres, et les problèmes liés au surpoids et à l'obésité présents dans les classes moyennes supérieures et aisées.

     

    IMC,indice de masse corporelle, obesite,sous poidsL'IMC est un indicateur calculé par la division du poids d'une personne en kilogrammes par sa taille en mètres au carré. En comparaison avec un IMC considéré comme sain (arbitrairement entre 18,5 et 24,9 kg/m²), les individus en surpoids (IMC entre 25,0 et 29,9 kg/m²) et obèses (IMC supérieur à 30kg/m²) présentent des risques accrus de diabète, de maladies cardiaques et ont tendance à mourir plus jeunes. De l'autre côté de l'échelle, les individus en sous-poids (IMC inférieur à 18,5 kg/m²) présentent également un risque sanitaire accru, probablement dû aux complications liées à la malnutrition.

    L’étude a utilisé des informations collectées dans le cadre de Demographic and Health Surveys (DHS), un projet Américain de suivi de la santé et des tendances des populations dans les pays en développement. Les chercheurs ont analysé l'IMC de 730.000 femmes vivant dans 37 pays entre 1991 et 2008. Ils ont observé qu’au fur et à mesure que l'IMC moyen d'une population augmente, le nombre de femmes en surpoids et obèses augmente à un rythme bien plus important que la diminution du nombre de femmes en sous-poids.

    C’est la première fois qu’une étude met en évidence que l'augmentation de l'IMC ne se fait pas de façon homogène mais qu’au contraire celle-ci concerne surtout les populations déjà en surpoids ou obèses, avec très peu de changements au niveau de ses populations en sous-poids. Ces divergences au sein des populations semblent corrélées avec les évolutions de plus en plus contrastées des revenus et de la richesse dans ces pays.

    Reste à savoir si ces motifs de distribution de l'IMC peuvent également être observés dans des pays plus développés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu