Avertir le modérateur

l'oreal

  • Nestlé fait du cosmétofood un axe stratégique de développement

    Nestle,cosmetofoodLe « cosmétofood » est l’alimentation au service de l’esthétique. C’est un secteur en pleine croissance en Asie et le groupe Nestlé a décidé de l’intégrer dans son plan stratégique de développement à long terme.


    L’objectif du groupe : être un leader mondial axé sur la satisfaction des besoins en matière de santé de la peau, des cheveux et des ongles avec une large gamme de produits innovants et scientifiquement éprouvés.

     

    Le premier groupe agroalimentaire mondial a ainsi acquis les parts de 50 % son partenaire L’Oréal dans le laboratoire Galderma, une coentreprise pharmaceutique spécialisée dans la dermatologie et détenue depuis 1981.

    Galderma exploite 5 centres de R&D (France, Japon, Suède, Suisse et USA) et 5 usines au Brésil, Canada, en France, Suède et Suisse). Investissant 18% de son chiffre d’affaires en R&D, la société a déposé 50 nouveaux brevets en 2013 et publié pas moins de 1.800 articles scientifiques

    L’entreprise, qui emploie 5.000 personnes dans 80 pays avec un chiffre d’affaires de 1.653 millions euros, est désormais intégrée dans une nouvelle division du groupe suisse créée le 30 juin 2014 et dénommée Nestlé Skin Health.

     

    Nestlé a également annoncé le rachat de plusieurs activités de l’entreprise canadienne Valeant Pharmaceuticals pour un montant de 1,4 milliard de dollars. Il s’agissait des droits de commercialisation de produits destinés au marché nord-américain : trois produits pour les traitements esthétiques du visage et un traitement anti-rides.

     

    Nestlé a exprimé son intérêt à la parapharmacie dès 2011 avec la création de la division Nestlé Health Science et du Nestlé Institute of Health Sciences dans l'objectif de concevoir des produits de nutrition médicale pour prévenir et traiter le diabète, l’obésité, les maladies cardio-vasculaires ou la maladie d’Alzheimer, mais aussi des produits s’adressant à des personnes âgées souffrant de dénutrition.

    Nestlé Skin Health est gérée comme une filiale à part entière de Nestlé siégeant à Lausanne avec son propre conseil d'administration composé de
    Peter Brabeck-Letmathe, Président
    Paul Bulcke, vice-président
    Humberto C. Antunes, PDG
    Wan Ling Martello
    Stefan Catsicas

    Nestlé Skin Health absorbera la filiale allemande Bübchen spécialisée depuis 50 ans dans les produits de soins de la peau des bébés et jeunes enfants. La filiale Galderma International siège à La Défense.

    Source : Nestle

  • Les entreprises agroalimentaires sélectionnées en 2012 parmi les World’s Most Ethical Companies sont toutes américaines

    L’Institut américain Ethisphere a présenté le 15 mars pour la 6ème année consécutive sa sélection des entreprises qui se distinguent comme les meilleures pou leur gouvernance éthique. 145 entreprises ont été sélectionnées parmi 5.000 multinationales. 43 ont leur siège social hors des USA dont 2 françaises: L'Oréal et Schneider Electric.

    Tous les groupes industriels agroalimentaires sélectionnés ont leur siège aux USA. Deux d’entre eux, PepsiCo et Solae, le sont régulièrement ces trois dernières années.

    Une section « Agriculture » a été inaugurée en 2012 avec l’entreprise britannique Ethical Fruit Company.

    Par contre, parmi les distributeurs détaillants de produits alimentaires, on compte 3 groupes européens en 2012 : Kesko (Finland), Sonae (Portugal) et The Co-operative Group (UK), les américains Wegmans et Whole Foods Market étant sélectionnés ces 3 dernières années.

    23 sociétés sont sélectionnées depuis l’origine de ce classement dont American Express (USA), Rabobank (NL) and Starbucks (USA).

    Sodexo en a été écarté depuis 2010. Alors que les groupes français cotés en Bourse comme Danone et Bongrain doivent inclure un chapitre de leur bilan annuel sur leurs actions dans le domaine de la Responsabilité Sociale et Environnementale, aucun n’a été distingué en 2012 par Ethisphere. Se contenteraient-ils d’« ethic washing » ? ou seraient-ils victimes, là encore, des agences de notation ?

    Ethisphere affiche clairement sa méthodologie. L’Institut ne classe pas les 145 entreprises distinguées. Elle se contente de les lister par ordre alphabétique dans leur secteur d’activité. Sa grille d’évaluation peut être ainsi résumée :
    - conformité avec les meilleures pratiques éthiques (25%) ;
    - réputation de la qualité et de l'innovation de l'engagement avec diverses parties prenantes selon le contexte de la taille de l'entreprise, du secteur et performance par rapport aux autres entreprises du secteur (20%) ;
    - solidité de la gouvernance (définie en particulier par l’U.S. Sentencing Commission, la Securities and Exchange Commission) en tenant compte des évaluations faites par les agences de notation de la gouvernance (10%) ;
    - citoyenneté d'entreprise et responsabilité, performances en matière de durabilité de la RSE, philanthropie d'entreprise, bien-être social interne, engagement de la supply-chain, qualité, transparence et efficacité des initiatives (25%) ;
    - culture de l'éthique vécue en interne par le personnel (20%)

    Mais, à la réflexion, l’absence des groupes français, espagnols et italiens dans ce type de classement est-elle surprenante lorsqu’on sait que les milliardaires américains n’hésitent pas à être des militants de la philanthropie et que les questions éthiques sont largement débattues dans les pays anglo-saxons.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu