Avertir le modérateur

larves

  • La valorisation des insectes à l’honneur du 19ème concours de la création agroalimentaire

     

    Animée par l’Agropole d’Agen, le 19ème concours national de la création d’entreprises agroalimentaires a récompensé 3 projets innovants en 2012 contre deux habituellement, "tant les candidatures étaient innovantes et sérieuses", a souligné le 24 septembre, Alain Rousset, le président de la région Aquitaine et président du jury.

    innovation,création d'entreprise,insectes
    Une mention spéciale a été attribuée cette année à la société Ynsect, créée par Alexis Angot et Jean-Gabriel Levon, ayant pour but de valoriser les insectes comme source de protéines pour l’homme, mais aussi pour les animaux d’élevage et comme transformateurs de déjections animales.

    "Nous sommes partis d’un rapport de la FAO  expliquant qu’à l’horizon 2050, les besoins en protéines seraient multipliés par deux. Pour répondre à ce défi, une des pistes était de travailler sur la valorisation des insectes" a expliqué Jean-Gabriel Levon, diplômé X-HEC

    Créée en 2011, la société Ynsect emploie aujourd’hui 4 personnes hébergées à l’incubateur d’Agoranov à Paris. Elle est soutenue également par Aquimer, Industries & Agro-Ressources, Nova Green, Valorial, Vitagora, Elle a mis au point différentes techniques d’élevage et de broyage pour exploiter cette nouvelle source de protéines en Europe, dans différentes préparations comme des chips par exemple à base de poudres issus de larves de ténébrion.

    Autre projet récompensé, celui de Cinq degrés ouest. La jeune PME bretonne implantée à Riec-sur-Belon obtient le prix dans la catégorie Développement, avec un processus de décorticage sous pression avant surgélation et conditionnement sous vide des fruits de mer (coquillages et homards) pour conserver les mêmes qualités organoleptiques et microbiologiques que les produits frais.

    Dans la catégorie création, c’est la société Jypaï, à Bourg-en-Bresse, qui a décroché la distinction pour son brevet de fabrication de pâtes à tartes prêtes à garnir pour la restauration, à base de crèmes de riz.

    Les trois lauréats ont notamment reçu un chèque de 10 000 euros et la possibilité d’exposer gratuitement sur un stand dédié lors de l’édition 2014 du Salon International de l'Agroalimentaire (SIAL) à Paris et rencontrez les professionnels de l'alimentaire.

     

  • Serons-nous tous demain des entomophages ?

    L’entreprise brésilienne Nutrinsecta veut produire des insectes pour la consommation humaine. Elle vient de solliciter une licence des autorités sanitaires pour créer une ligne de production d’aliments pour la consommation humaine.

    Nutrinsecta produit 2 tonnes/mois d’aliments pour poissons d’aquariophilie et oiseaux à base de grillons, coléoptères, blattes, mouches et fourmis. Elle a créé à Betim, ville du Minas Gerais (sud-est brésilien), un stand de dégustation d’insectes mélangés avec du chocolat et des macaronis ou préparés à la milanaise. Cependant, selon cette société, la plus forte demande dans les années à venir pour la consommation humaine sera sous forme de farine, présentation qui peut « minimiser » le dégoûtcausé par des insectes.

    Parallèlement à la demande d'autorisation du gouvernement brésilien, le fondateur de la société, Luiz Otávio Possas, a reconnu, le samedi 14 juillet dans les déclarations accordées à quotidien virtuel Folha de Sao Paulo, que les « barrières culturelles » doivent être surmontées pour conquérir le marché des pays occidentaux.

    entomophage,insectes,larves,alimentationContrairement à ce que pensent les consommateurs de ces pays, l’entomophagie est courante dans de nombreux pays. Pour environ 2,5 milliards de personnes, principalement en Afrique, en Asie et en Amérique latine, se nourrir d'insectes fait partie du quotidien, de la même manière que manger de la viande ou du poisson. Plusieurs espèces d'insectes telles que les larves de charançon ou les termites grillées, sont même en fait considérées comme des mets délicieux.

    Les données sur le nombre d’insectes comestibles consommés et leur contribution aux moyens de subsistance sont rares. Vu la saisonnalité des insectes, la majorité des insectes comestibles récoltés ne fournissent de la nourriture et des revenus que pour une courte période de l'année. Toutefois, dans certaines régions d’Afrique, la consommation d'insectes est estimée entre 2 à 30 % de la consommation de viande au cours d'une année, en fonction de la disponibilité des espèces d'insectes, ce qui représente un revenu comparable à celui généré par la vente de légumes..

    entomophage,insectes,larves,alimentation,sanitaire,nutrinsecta,charançon,termites,grillons,criquets,scorpions,blattes,abeilles,viande,proteines,vitamine,acides amines,gaz a effet de serreDans des régions comme le Bassin du Congo, l’Afrique de l'Ouest et l'Asie du Sud-Est, les insectes contribuent de manière significative à la sécurité alimentaire et aux moyens de subsistance de millions de personnes en constituant une source fiable de protéines, glucides, vitamines, et de ressources pour les médecines traditionnelles. La récolte d’insectes, qui requiert une main-d'œuvre abondante mais ne nécessite aucun investissement majeur ni propriété foncière, comme leur transformation et vente sur les marchés locaux, est à la portée des populations pauvres, en particulier des femmes et des enfants qui peuvent ainsi générer de l’argent comptant.

    La chenille de mopane est l'un des insectes les plus connus et les plus importants en terme économique des produits récoltés dans les forêts du sud du Zimbabwe, au Botswana et au nord du Transvaal. Il a été estimé que chaque année, 9,5 milliards larves de mopane sont récoltées dans les 20 000 km2 de forêts de Mopane d’Afrique du Sud pour une valeur de 85 millions $.

    entomophage,insectes,larves,alimentation
    Dans certains pays comme la Thaïlande, le Laos, le Vietnam et la Chine, plusieurs types d’insectes sont «élevés» pour les revenus financiers qu’ils génèrent. Au Laos, les grillons sont traditionnellement piégés avec du riz gluant collé sur les bambous qui poussent dans les cours d’eau. En Chine, les scorpions grillés sont particulièrement prisés…

    On peut se demander pourquoi les insectes ne sont pas consommés dans le monde occidental comme sous les tropiques. La plupart des espèces d'insectes tropicales sont de tailles bien supérieures à celles vivant dans des climats froids et tempérés. En outre, les régions tropicales possèdent une plus grande diversité d'insectes et certains, comme les essaims de criquets, s’y reproduisent pas en grand nombre. De plus, la plupart des espèces comestibles peuvent se récolter toute l'année. Ce n'est pas le cas dans les régions froides et tempérées où les populations d'insectes cessent de se développer lorsque les températures sont trop basses et hibernent.

    entomophage,insectes,larves,alimentation,sanitaire,nutrinsecta,charançon,termites,grillons,criquets,scorpions,blattes,abeilles,viande,proteines,vitamine,acides amines,gaz a effet de serre
    La teneur en protéines des insectes est comparable à celle de la viande conventionnelle
    . Les acides aminés indispensables sont souvent présents, mais la qualité des protéines de chaque insecte doit être considérée par rapport à l'aliment de base. La teneur en fibres (la chitine de l'exosquelette) est plus élevée que dans la viande conventionnelle, mais comparable à celle des céréales. Tous les insectes comestibles sont une source importante d'acides gras polyinsaturés et d’acide linoléique, une bonne source de fer, de zinc, de calcium et de vitamines B. Les insectes, en général, sont des aliments nutritifs, riches en protéines et en lipides, et fournissent de grandes quantités de minéraux et de vitamines. Leur composition en acides aminés est, dans la plupart des cas, meilleure que celle des céréales et des légumineuses.

    La FAO estime que plus de 1.400 espèces de larves et d’insectes sont consommées dans 90 pays. Les insectes sont une source d’alimentation très abondante et les besoins en eau et nourriture sont infiniment moins importants que pour les élevages traditionnels. Passé le stade du dégoût (dans les cultures occidentales), celui qui mange des insectes mange sain : les larves d’abeilles ont une très forte teneur en vitamine D et la chair du criquet offre bien plus de glucide et de calcium que n’importe quelle viande de bœuf.

    entomophage,insectes,larves,alimentation
    En termes d’impact sur l’environnement, les insectes ont un taux de conversion élevé en denrées alimentaires du fait que ce sont des animaux à sang froid. Ainsi, les grillons ont besoin de 6 fois moins de nourriture que les bovins, 4 fois moins que les moutons, et 2 fois moins que les porcs et les poulets de chair pour produire la même quantité de protéines. Ils émettent aussi moins de gaz à effet de serre que le bétail traditionnel. Le méthane, par exemple, n'est produit que par quelques insectes comme les termites et les blattes. Dans de nombreux cas, les insectes peuvent être élevés à partir de déchets organiques. Le rendement en viande après transformation est beaucoup plus élevé pour les insectes (criquets par exemple 80%) que pour la viande bovine (55%), le porc (70%) ou l'agneau (35%).

    Les insectes comestibles sont donc une alternative sérieuse à la production conventionnelle ou à d’autres sources de protéines animales, soit pour la consommation humaine directe, soit indirectement en tant que matière première pour fabriquer des aliments pour le bétail. Reste la barrière culturelle...

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu