Avertir le modérateur

margarine

  • La guerre des huiles végétales est engagée

    Palm oil fruits

    Les critiques à l’égard de l’huile de palme sont restées longtemps du domaine des idées. A titre d’exemple, on peut citer l’intervention d’Alain Rival, chercheur du CIRAD, qui titrait son intervention en 2010 lors d’un symposium international à Montpellier « Huile de palme, les idées reçues ont la peau dure…».

    Le 20 mars 2012, l’agence de presse Ecofin a publié un article intitulé « La guerre de l’information autour de l’huile de palme ». A la lecture du communiqué de lAssociation interprofessionnelle du palmier à huile de Côte d’Ivoire (AIPH) et au vu d’un spot publicitaire du Malaysian Palm Oil Council, le journaliste se demandait s’il s’agissait d’une nouvelle phase dans la guerre de l’information autour de l’huile de palme.

    Dans les colonnes d’Agro-Media, la chronique de Jean Tatouin du 18 avril était intitulée «Bientôt la fin de l’huile de palme ?». Il concluait en remarquant que « les arguments sont nombreux afin de renoncer à l’huile de palme ou, au moins, privilégier une huile durable et certifiée ».

    Ces débats alimentent maintenant une véritable guerre économique contre cette huile qui, en quelques décennies, est devenue la première au monde devant celles de soja, de colza, de tournesol et autres huiles alimentaires. Après un débat médiatique vigoureux, les adversaires ont en effet trouvé des alliés institutionnels aux Etats-Unis, alliés qui veulent protéger le marché intérieur des biocarburants évalué à 25 millions de tonnes en 2012.

    Pour ne pas être en infraction avec les règles de l’OMC, la meilleure arme réside dans les normes. C’est ainsi que l’Agence américaine pour la Protection de l’Environnement (EPA) a prévu que les émissions de gaz à effet de serre des biodiesels doivent être au moins inférieures de 20% à celles du pétrole. Estimant que celles de l’huile de palme ne seraient que de 17%, l’EPA l’a écartée de la liste des biocarburants répertoriés au Renewable Fuels Standard (RFS).

    Si l’EPA a clos sa consultation publique le 27 avril, le débat entre scientifiques ne l’est pas pour autant. Certains relèvent que l’estimation américaine se fonde sur la transformation de tourbières en plantations spécialisées. L’observation est exacte à court terme. Mais c’est oublier qu’un palmier est productif durant 25 ans, avec un maximum de rendement entre 8 et 13 ans. L’impact doit être évalué sur l’ensemble du cycle. La hauteur des arbres en production interdit par ailleurs l’exploitation mécanisée. Une étude au Cameroun en 2009 a montré ainsi qu’il faut compter 2 à 4 personnes par hectare. On comprend l’enjeu pour les pays producteurs, tous situés en zone tropicale : c’est ainsi que 5 millions d’indonésiens vivent de la production d’huile de palme

    De même, les grandes organisations non-gouvernementales de protection de l’environnement (symbolisé dans le cas particulier par l’orang-outang de Sumatra) adoptent des stratégies différentes vis-à-vis des entreprises : Rainforest veut protéger de manière radicale la forêt et la biodiversité alors que WWF promeut un management de la filière responsable et durable (RSPO), celui-ci incluant donc des critères socio-économiques. A court terme, le WWF pousse le gouvernement indonésien à faire cesser la conversion des tourbières et forêts primaires en plantations de palmiers à huile, et à planifier l'utilisation des terres déjà défrichées. Le succès de la stratégie de WWF est encore limité puisque la part de l’huile de palme sous logo RSPO ne représente encore que 11% des utilisations en Europe. Néanmoins, il atteint déjà 35% pour la fabrication de margarine et plusieurs grands groupes tels qu’Unilever se sont engagés à ce que toutes leurs utilisations soient certifiées en 2015.

    En fait, on peut s’interroger sur les mobiles des différents acteurs et les grands enjeux. La production mondiale a atteint le record de 50,3 millions de tonnes en 2011 dont 23,9 millions en Indonésie, 18,9 en Malaisie, 15 millions en Chine. Si les échanges internationaux représentent 70% de la production, le marché à 90% alimentaire est essentiellement asiatique puisque les principaux utilisateurs sont dans l’ordre l’Inde avec 6,7 millions de tonnes, l’Indonésie etla Chine 6,2 chacun, l’Europe 5,4 etla Malaisie 2 millions de tonnes. En Afrique, berceau du palmier à huile, la production y reste majoritairement traditionnelle et artisanale hormis au Nigeria, au Cameroun et en Cote d’Ivoire.

    Le palmier à huile dispose d’un atout agronomique majeur : son efficacité pour transformer l’énergie solaire en calorie nutritionnelle. En Indonésie, un hectare produit en moyenne 3,6 tonne/ha d’huile et le rendement y progresse du seul fait de la jeunesse des plantations, les surfaces plantées étant passée en 10 ans 2,2 à 6,6 millions d’hectares et devraient atteindre 7,3 millions ha en 2013.

    Si on ajoute les projets de raffineries pour le biocarburant en Malaisie et à Singapour, le dynamisme de la demande asiatique est tel qu’il entraînera le développement de la production de l’huile de palme. Il y a même là une opportunité pour les pays africains qui commencent à être prospectés par les grandes firmes asiatiques. Aux responsables de ces pays de faire en sorte de saisir cette opportunité de manière responsable. Il n’y a certes pas d’orangs-outangs dans la forêt équatoriale africaine humide, mais il faudra gérer les territoires dans une perspective durable et de manière responsable à l’égard des populations locales.

    MF 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu