Avertir le modérateur

michael carolan

  • Des sociologues s’intéressent aux questions de sécurité alimentaire

    international journal of sociology of agriculture & food,jessica dunca,david barling,sécurité alimentaire,gouvernance,marta rivera-ferre,michael carolan,alia gana,tunisie,behrooz morvaridi,terry marsden,bio-economique
    Les économistes ne sont pas les seuls chercheurs à étudier les problèmes de sécurité alimentaire. Pour certains sociologues, la volatilité des prix ne constitue que le sommet de l’iceberg de cette question stratégique. La revue scientifique  « International Journal of Sociology of Agriculture and Food” vient d’ailleurs d’y consacrer un numéro spécial.
     

    Dans leur article “Renewal through Participation in Global Food Security Governance: Implementing the International Food Security and Nutrition Civil Society Mechanism to the Committee on World Food Security, Jessica Duncan et David Barling du Centre for Food Policy de l’Université de Londres étudient l’impact de l’élargissement de la gouvernance des questions de sécurité alimentaire aux représentants de la société civile. Ces sociologues estiment que cet élargissement lors de la mise en place du Committee on World Food Security (CFS) auprès de l’ONU permettra de corriger les excès –sans la remettre en cause- de l’analyse néolibérale des problèmes de sécurité alimentaire

    Marta G. Rivera-Ferre du Centre de recherche sur l’économie agro-alimentaire et le Développement à Castelldefels (Espagne) décrit le rôle des scientifiques dans l’élaboration des politiques de sécurité alimentaire, et finalement, la réalité de leur pouvoir à travers leurs propositions et l’évaluation des politiques menées...

    international journal of sociology of agriculture & food,jessica dunca,david barling,sécurité alimentaire,gouvernance,marta rivera-ferre,michael carolan,alia gana,tunisie,behrooz morvaridi,terry marsden,bio-economique
    De son côté, Michael Carolan de l’Université du Colorado (USA) propose de repenser l’analyse de la sécurité alimentaire et celle du développement humain durable en les liant dans un nouvel index
    composé de 5 macro-indicateurs nationaux (cf. ma note précédente).

    Alia Gana du CNRS-Université Paris 1 estime que l’insécurité alimentaire avec la flambée des prix de base en 2008 a cristallisé le mouvement de protestation sociale et alimenté la contestation du système socio-politique national en Tunisie.

    Behrooz Morvaridi de l’Université de Bradford (U.K) s’interrogent sur les motivations des capitalistes philanthropes qui, dans le cadre de partenariats avec des structures publiques soutiennent une nouvelle Révolution Verte avec l’adoption des pratiques innovantes plus productives pour assurer la sécurité alimentaire, en particulier en Afrique alors que Terry Marsden de l’Université de Cardiff (UK) met l’accent sur une approche spatiale avec ses aspects environnementaux qu'elle qualifie de bio-economiques..

  • Le Costa Rica, leader pour la sécurité alimentaire et le développement humain selon Carolam

    costa rica,securité alimentaire,développement durable,développement humain,espérance de vie,satisfaction,empreinte sur l'eau,eau potable,consommation,huiles,graisses,sucre,distribution,pays africains,michael carolanMichael Carolan de l’Université du Colorado (USA) propose de repenser l’analyse de la sécurité alimentaire et celle du développement humain durable en les liant dans un nouvel index composé de 5 macro-indicateurs nationaux :

    l’espérance de vie à la naissance comme indicateur de bien-être individuel et collectif ;

    le degré de satisfaction de vie comme indicateur de bien-être individuel et collectif ;

    % d’utilisation d’eau dans le disponible par personne d’eau potable renouvelable comme indicateur écologique durable et d’indépendance alimentaire ;

    la consommation journalière par personne d’huiles, graisses et sucres comme indicateur de bien-être individuel et collectif , durabilité environnementale et diète nutritionnellle équilibrée 

    la concentration de la distribution commeindicateur de concentration de la chaîne alimentaire 

     
    Ce classement aboutit à une géographie différente de l’habituelle dichotomie Nord-Sud. 
    costa rica,securité alimentaire, développement durable, développement humain,espérance de vie, satisfaction, empreinte sur l'eau, eau potable, consommation,huiles, graisses, sucre, distribution, pays africains, Michael Carolan
    En effet, avec un score de 77,7 le premier des 126 pays classés n’est autre que le Costa Rica où les nouveaux nés ont une espérance de vie de 78,5 ans. Les costaricains expriment le meilleur taux de satisfaction (85%), n’utilisent que 4,9% des disponibilités renouvelables d’eau potable et ne consomment chaque jour que 923 calories sous forme d’huiles, graisses et sucres. Par ailleurs, les 5 premiers distributeurs d’alimentaires ne contrôlent que 20% du marché national.

    Le Costa Rica précède l’Islande suivie par la Finlande, l’Irlande, la Norvège, Panama, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Slovénie, la Suède, l’Argentine, la Colombie, la Guatemala, le Nicaragua, le Brésil, le Canada, le Chili, le Paraguay, la Malaisie et le Honduras. Le Mexique se classe 28e et l’Indonésie 31e devant le Japon au 33e rang, le Royaume Uni 36e, la France au 41e rang juste devant la Grèce, la Chine 52e, les USA 55e juste devant l’Italie, l’Espagne 62e, l’Inde 75e et l’Allemagne seulement au 82e rang !

    Sans surprise cependant, on compte 12 pays africains parmi les 14 derniers du classement.

    Il faut par ailleurs noter que M. Carolan a oublié le Danemark, pays pourtant classé 1er par d’autres chercheurs comme Adrian White de l'Université de Leicester (UK)

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu