Avertir le modérateur

mondialisation

  • Danone et Lactalis toujours sur le podium des principaux fabricants mondiaux de produits laitiers derrière Nestlé

    Selon le classement établi par Rabobank Global Dairy, Danone et Lactalis sont les principaux challengers de Nestlé dans le monde des produits laitiers.

    Sur la base du chiffre d’affaires 2013 évalué en milliards d’euros, le classement est le suivant :

    -          Nestlé (CH)                                 21,3

    -          Danone (F)                                 15,2

    -          Lactalis (F)                                 14,6

    -          Fonterra (NZ)                               11,5

    -          Friesland Campina (NL)                11,2

    -          Dairy Farmers of Am. (USA)         11,2

    -          Arla Foods (Dk-S)                         9,4

    -          Saputo (Canada)                           6,6

    -          Dean Foods (USA)                        6,5

    -          Yili (China)                                    5,7

    -          Unilever (Nl-UK)                             5,6

    -          Meiji (J)                                         5,6

    -          DMK (D)                                        5,3

    -          Mengniu (China)                             5,3

    -          Sodiaal (F)                                   5,0

    -          Bongrain (F)                                 4,4

    -          Kraft Foods (USA)                          4,4

    -          Müller (D)                                       3,8

    -          Schreiber Foods (USA)                    3,8

    -          Morinaga Milk Cy (J)                        3,

    L’ordre du classement est inchangé pour les six premiers par rapport à l’année précédente. On note ensuite la progression du canadien Saputo qui prend la place de Dean Foods. Sur un marché de plus en plus impliqué dans le processus de mondialisation, il faut remarquer la progression du chinois Yili qui accède au top 10 en progressant de deux places ainsi que de son homologue Mengniu. Par contre, l’américain Kraft Foods chute de la 9ème à la 16ème place et le japonais Morinaga de la 13ème à la 20ème place, risquant de disparaitre du Top 20…

    Pour les deux autres français du classement, le groupe coopératif Sodiaal régresse d’une place alors que Bongrain progresse de deux.

    Danone champion de la valorisation du lait

     

    lait,produits laitiers,valorisation,Nestle,Danoe,Lactalis,Sodiaal,Bongrain,Yili

    Sur la base du volume de lait transformé, le classement est différent du fait du positionnement marketing des entreprises. Celles qui savent valoriser leurs marques acquièrent en effet un avantage financier. De plus, elles se protègent ainsi relativement mieux des fluctuations des prix sur les «commodities».

    Le champion de la valorisation en US-$/kg de lait est Danone devant les chinois Yili et Mengniu, Lactalis faisant mieux que Nestlé. Ceci ne vaut que pour la comparaison entre les 20 plus grands mondiaux. Il faudrait compter aussi sur des entreprises plus petites mais spécialisées sur un segment à forte valeur comme les laits infantiles. Il est probable que, là encore des chinois comme Synutra que vient s'approvisonner en France pour garantir la qualité de ses produits, seraient dans le haut du classement...

    Le champion de la valorisation en US-$/kg de lait est Danone devant les chinois mongols Yili et Mengniu, Lactalis faisant mieux que Nestlé.

    Mengniu était le leader en 2010 mais la découverte d’aflatoxines dans ses produits en 2012 l’ont handicapé et favorisé ses concurrents, en particulier Bright.

    Sur la base du volume de lait transformé, deux coopératives sont en tête : le groupe américain Dairy Farmers of América est leader devant le néo-zélandais Fonterra.

    Le marché chinois surpassera celui des USA en 2017

    lait,produits laitiers,valorisation,nestle,danoe,lactalis,sodiaal,bongrain,yili,mondialisation

    Le marché mondial des produits laitiers a progressé de 7% entre 2013 et 2014. Le marché brésilien devrait rapidement dépasser le volume des marchés français et allemand. Lianne van den Bos, analyste d’Euromonitor, estime qu’il atteindra 13 milliards US $ dans 5 ans. L’Australie reste le premier pays consommateur par habitant.

    Au vu de la croissance des principaux marchés des produits laitiers observée par Euromonitor International, le volume en US $ du marché chinois devrait doubler d’ici 2019 pour atteindre 70 milliards US $ et dépasser celui du marché américain dès 2017, un atout supplémentaire pour les opérateurs chinois tirés par la demande intérieure !

    Source : Rabobank, Dairy reporter

  • Mondialisation des circuits alimentaires et santé publique

    Contre protéger la santé publique dans un contexte de mondialisation des circuits alimentaires ?

    Le Centre d’études prospectives du ministère de l’agriculture et de l’agroalimentaire français signale le lancement en juillet 2013 du projet de recherche allemand « Zoonoses et sécurité sanitaire le long de la chaîne alimentaire mondiale » (acronyme ZooGloW).

    BFR,risques sanitaires,sante publiqueLa libre circulation des marchandises en Europe et l'augmentation des importations des pays tiers pose de nouveaux défis pour la sécurité sanitaire alimentaire. Pour Andreas Hensel, président de l'Institut fédéral de l'évaluation des risques (BFR), les importateurs doivent garantir la sécurité des produits importés, surtout pour ce qui concerne les zoonoses alimentaires. Cependant, les systèmes de contrôle alimentaire sont très différents selon les pays d'origine.

    Ce programme de recherche allemand, prévu pour 3 ans, portera essentiellement sur la viande de porc et de poulet. Il est piloté par le BFR et financé par le ministère de la recherche, avec l'appui de différents instituts.

    L'objectif premier est d'aider les autorités à prévenir les contaminations alimentaires et à protéger les consommateurs en cas de contamination avérée. Toutefois, les aspects économiques consécutifs aux crises alimentaires devraient également être pris en compte, et notamment le coût de la surveillance mis en balance avec les répercussions financières des crises.

    Source : Ministère français de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt


    En attendant les résultats de ce programme de recherche, un événement intitulé «Sécurité de la chaîne d'approvisionnement alimentaire NCT: un forum européen» (NCT Food Supply Chain Security: A European Forum) aura lieu les 23 et 24 octobre 2014 à Bruxelles. 

    Des professionnels en sécurité alimentaire et en gestion de la chaîne d'approvisionnement s'y réuniront afin d'évoquer les mesures nécessaires pour atténuer les problèmes liés à la sécurité alimentaire. 

    Les participants évoqueront les meilleures pratiques d'amélioration de la sécurité alimentaire, des droits des consommateurs et du rôle de l'industrie alimentaire.

    Pour plus d'informations: http://ib-consultancy.com/events/event/42-nct-food-supply.html

  • A l’heure de la mondialisation et de la standardisation commerciale, vivre et s’épanouir en français, une utopie ?

    Québec accueille du 2 au 6 juillet le premier Forum mondial de la langue française et accueillera du 8 au 11 octobre le Sommet international des coopératives.

    Les 1.500 jeunes de 18-30 ans qui participent au Forum mondial vont tenter d’apporter une réponse à la question posée par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) : « A l’heure de la mondialisation et de la standardisation commerciale, vivre et s’épanouir en français relèvent-ils de l’utopie ? ». 

    mondialisation, standardisation, français, Québec, Francophonie, Abdou Diouf, Unesco, OIF, diversité culturelle, biodiversité

    Ancien président du Sénégal, aujourd’hui Secrétaire Général de l’Organisation internationale de la Francophonie, Abdou Diouf dénonce dans son interview au quotidien Le Devoir le désintérêt des Français pour leur langue : « Les universitaires et les intellectuels se moquent de la Francophonie. C’est la nouvelle trahison des clercs. Et les hommes d’affaires s’en moquent encore plus… On a l’impression que seule la mondialisation les intéresse. » Alors que le français est théoriquement la langue de travail avec l’anglais dans les organisations internationales, 90% des documents sont écrits d’abord en anglais. Abdou Diouf trouve avec raison anormal que «les Français s’expriment eux-mêmes en anglais alors que leurs homologues hispaniques parlent en espagnol, et les arabes en arabe, par exemple à l’Unesco»

    mondialisation,standardisation,français,francophonie,abdou diouf,oif,diversité culturelle,biodiversité

    Pourtant, le français n’est pas en danger : 220 millions de personnes parlent aujourd’hui la langue de Molière et ils seront plus de 700 millions en 2050 grâce au dynamisme démographique africain.

    C’est d’ailleurs en République démocratique du Congo, à Kinshasa, que se tiendra du 12 au 14 octobre le 14e sommet de la Francophonie auquel participeront les chefs d’Etat et de gouvernement des 56 pays membres de l’OIF.

     

    On ne construit un développement durable qu’en s’appuyant sur ses racines culturelles. De plus, on ne se nourrit pas simplement de calories et de protéines. Les aliments sont également porteurs de symboles culturels. La diversité culturelle est aussi indispensable que la biodiversité. Aux intellectuels et aux dirigeants français d’intégrer cet élément pour penser et construire l’avenir !

     

    Commentaires échangés par mail après lecture de ce sujet :

    Séverin (du Benin) 

    Merci Michel. Je crois que le Français a toujours de l'avenir. 

    Echange avec Jean-Luc (Français)

    - Je ne pense pas que le fait de s'exprimer en français face à des gens qui ne comprennent pas cette langue soit le meilleur moyen de défendre le français.

    --C ertes, mais je connais un Français mis à la disposition de la FAO qui y anime un forum sur la sécurité alimentaire des villes. Tout le forum est en anglais. J'y ai lu une fois le commentaire d'un lecteur africain qui n'était pas "fluent" et écrivait s'être toujours abstenu de contribuer au débat en pensant que toutes les contributions devaient être en anglais... 
    J'ai entendu une autre fois un participant kenyan à un colloque de l'AFD remercier les anglais d'avoir colonisé son pays et de lui faciliter l'expression en public !....
    La monoculture ne conduirait-elle pas à un appauvrissement socio-culturel et ne constituerait-elle pas une incitation à moins faire attention à ce que disent les autres ? Sur ce plan, les Indiens et les Africains semblent avoir choisi une autre voie : inciter les gens à comprendre plusieurs langues.

    - Sur son dernier point, je suis entièrement d'accord.

    Christian

    Pour avoir bien connu ce problème de l'utilisation du français, je suis en mesure de faire le commentaire suivant :
    Ce n'est pas le français et la culture qu'il véhicule, qui est reconnue
    unaniment comme fabuleuse, mais vers quoi ouvre le français ...
    Pourquoi aujourd'hui de plus en plus de jeunes africains préfèrent aller aux USA qu'en France :
    1) pour 10% parce que c'est plus facile d'entrer aux USA
    2) pour 90% parce que l'anglais ouvre les portes du commerce... des affaires, du developpement economique
    Je suis surpris de voir comment le niveau moyen du français baisse chez les jeunes africains de l'Ouest...

    Trente deux années passées au service de la Coopération française, puis de la Banque Mondiale, du Ministère des Affaires Etrangères et de la CEDEAO ... et ce, à tous les niveaux, ca marque 
    Comme tout technicien, je me suis surtout intéressé là où j'avais le plus à apprendre : le culturel et j'y ai retenu une chose : ce ne sont pas les francophones qui abandonnent le français, c'est le français qui n'apporte plus aux francophones ce qu'ils attendent. La langue est un vecteur. Vecteur vers l'autre, vers soi-même en retour. Si la langue n'est pas portée et ne porte pas l'économie, elle reste un luxe pour une élite (russe, irakienne, américaine ou ... africaine). mais cà c'était déjà vrai il y a trois siecles. Qu'avons-nous fait, nous français, à part nous endormir sur nos lauriers d'autosatisfaction...???
    Le grand Diouf a raison sur ce point.

    Gisela (professeure chilienne de français au Chili)

    merci pour partager ton article...je ne suis pas d'accord avec " ce sont les français qui n'apportent plus aux francophones ce qu'ils attendent."....
    le gouvernement français fait de grandes dépenses à la diffusion de la langue ...je vois au Chili comme il y a toujours des cours, expositions, cycles de cinéma et tout ce qui a à voir avec l'apprentissage du francais... il y a même des bourses pour préparer les jeunes gens et les adultes pour passer soit le TCF, le DELF ou le DALF....je suis fière de parler français!...
    vous, les français, êtes trop critiques avec tout. Cela est bon mais, à l'extreme, c'est dangereux  


     
     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu