Avertir le modérateur

patisseries

  • Le lien entre fast-food et le risque de dépression est confirmé

    La dépression touche 121 millions de personnes dans le monde. C’est l'une des principales causes mondiales en nombre d'années d'incapacité. C’est même la principale cause dans les pays à revenu faible ou moyen.

    fast-food,nutrition,depression,patisseries,habitudes alimentaires,obesite,cardiovasculaireUne nouvelle étude, dirigée par 6 scientifiques espagnols de l'Université de Las Palmas de Gran Canaria et de l'Université de Grenade, confirme le lien entre le fast-food et un plus grand risque de souffrir de dépression. Elle a été publiée par le journal américain Public Health Nutrition Journal (volume 15, Issue 03, March 2012, pp 424-432).

    Elle révèle que la consommation de pâtisseries (gâteaux, croissants, beignets, etc.) et la restauration rapide (hamburgers, hot-dogs et pizzas) entrainent un risque accru de dépression par rapport à ceux qui mangent peu.

    En outre, une relation dose-effet a été observée. En d'autres termes, cela signifie que « plus vite vous mangez, plus le risque de dépression est élevé » explique Almudena Sánchez-Villegas, auteur principal de l'étude. Il précise « Même manger des petites quantités est lié à un risque nettement plus élevé de développer une dépression, »

    L'étude relève que les personnes qui mangent en fast-food sont plus susceptibles de vivre seules, d’être moins actives et d’avoir de mauvaises habitudes alimentaires, notamment de manger moins de fruits, noix, poisson, légumes et huile d'olive. Fumer et travailler plus de 45 heures par semaine sont d'autres caractéristiques fréquentes de ce groupe.

    Durant 6 mois, l’étude a concerné 8.964 personnes qui n'avaient jamais été diagnostiqués dépressives ou pris des antidépresseurs et sur 493 dépressives ou ayant commencé à prendre des antidépresseurs. Elle complète les résultats du projet SUN de 2011 publiés dans la revue PLoS One et qui portait sur 12.716 personnes dont 657 dépressives. 

    Sánchez-Villegas en vient à conclure : « Bien que de plus amples études soient nécessaires, l'apport de ce type de nourriture rapide doit être contrôlé à cause de ses répercussions sur la santé (obésité, maladies cardiovasculaires) et de bien-être mental ».

    On connaît encore mal le rôle que le régime alimentaire joue dans le développement de troubles dépressifs. Des études suggèrent que certains nutriments jouent un rôle préventif. Il s'agit de vitamines de groupe B, acides gras oméga-3 et huile d'olive. En outre, il y a une corrélation entre une alimentation saine telle que l’alimentation traditionnelle des pays de la Méditerranée et un risque plus faible de développer une dépression.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu