Avertir le modérateur

r&d

  • Le regard du consommateur est épié à Dijon pour comprendre son comportement

    L'oculométrie, également appelée "Eye-tracking", permet d'enregistrer les mouvements oculaires grâce à deux caméras infrarouge associées à un logiciel. Elle mesure avec précision la zone visée par l’œil et permet d’analyser ensuite ce qu’une personne a regardé, quand et pendant combien de temps.

    oculometrie,eye-tracking,R&D

    Une paire de lunettes équipées d’un oculomètre permettent de réaliser des tests en tout environnement. Les tests se déroulent le plus souvent dans des magasins et permettent de repérer les produits qui attirent le regard sur les rayons. Cette technique est également utilisée dans la recherche et le développement de produits.

    Son utilisation reste encore anecdotique en France en dehors des études de marketing, notamment pour optimiser les pages des sites web. Cependant, elle peut intéresser des entreprises agroalimentaires pour mieux connaître et comprendre le comportement des consommateurs, mais aussi pour découvrir le contenu émotionnel de leurs produits.

    Cependant, souligne Ali Farokhian de la société Stralfors, « il est toujours important de compléter une étude d’oculométrie avec d’autres sources, par exemple des entrevues. En effet, on ne sait pas toujours pourquoi les gens regardent un endroit de votre message. En effet, cela peut provenir d’une aversion ».

    L’oculométrie à Dijon

    Reconnue Plateforme Nationale Stratégique par l'Inra, codirigée par Pascal Schlich, directeur de recherche à l'Inra, et Olivier Berdeaux avec une vingtaine de chercheurs et techniciens, ChemoSens mène ses travaux méthodologiques en physico-chimie en analyse sensorielle au sein du Centre des Sciences du Goût et de l'Alimentation (CSGA).

    La plateforme collabore avec des entreprises et conçoit même à concevoir des méthodes qui sont ensuite commercialisées telles que "TimeSens". Cette méthode dite de "Dominance Temporelle des Sensations" est commercialisée sous la forme d'un logiciel dédié à l'acquisition et au traitement des données d'analyse sensorielle.

    L'oculométrie a été utilisée d’un projet de recherche sur les VDQA (Vins De Qualité à teneur réduite en Alcool) labellisé par Vitagora et soutenu par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR). Son objectif : évaluer l'impact de la réduction d'alcool sur la perception sensorielle des vins et sur l'acceptabilité par le consommateur. Et Pascal Schlich commente : "Nous avons pu ainsi mieux comprendre comment le consommateur regardait une étiquette de vin sur laquelle était indiqué le taux d'alcool et réagissait".

    Source : Timensens

  • Le régime alimentaire du père avant la conception aurait un rôle crucial dans la santé de ses enfants

    Le régime alimentaire d'un père avant la conception jouerait un rôle crucial dans la santé de ses enfants, selon une étude de l'Université McGill.

    Les mères monopolisent toute l'attention. Cependant, publiée dans la revue Nature, une étude menée par Sarah Kimmins, chercheuse de l'Université québécoise McGill, indique que le régime alimentaire d'un père avant la conception de l'enfant pourrait jouer un rôle aussi important dans la santé future de ses enfants.

    Cette étude s'est concentrée sur la vitamine B9, également appelée folate, qui est présente dans quantité de légumes verts ainsi que dans les céréales, les fruits et la viande. Il est établi que pour prévenir les fausses couches et les anomalies congénitales, les mères doivent ingérer des quantités suffisantes de folate.

    En revanche, peu ou pas d'attention a été portée à la façon dont l'alimentation paternelle peut affecter le développement embryonnaire de ses enfants. L'étude du groupe de recherche de la professeure Kimmins démontre pour la première fois que les taux de folate présents chez le père peuvent être aussi importants pour le développement et la santé des enfants que ceux de la mère.

    "Bien que de l'acide folique soit ajouté en supplément à de nombreux aliments, les pères qui ont une alimentation riche en gras ou en produits de restauration rapide ou qui sont obèses, courent le risque de ne pas pouvoir métaboliser les folates aussi efficacement que des personnes qui ont des taux normaux de cette vitamine" précise Sarah Kimmins.

    De graves malformations congénitales potentielles

    L'équipe de chercheurs est arrivée à ces conclusions en travaillant sur des souris et en comparant la progéniture de pères soumis à un régime alimentaire comportant des quantités réduites de folate avec celle de pères dont le régime comportait des quantités suffisantes de folate. Ils ont en effet observé que la carence en folate chez le père était associée à une augmentation de diverses anomalies congénitales chez sa descendance.

    nutrition,pré-conception,père, santé,régime alimentaire,R&D"Nous avons été très surpris d'observer une augmentation de près de 30 pour cent des anomalies congénitales chez les portées dont le père avait des taux réduits de folate, ajoute Romain Lambrot, du Département de sciences animales de l'Université McGill, l'un des chercheurs qui a travaillé sur cette étude. Nous avons détecté des malformations squelettiques très sévères au niveau cranio-facial et à la colonne vertébrale." (sur la photo : cotes non-alignées)

    Cette étude de l'équipe de Sarah Kimmins démontre que certaines régions de l'épigénome du sperme sont sensibles à certains facteurs auxquels nous sommes exposés, notamment par notre alimentation. Ces facteurs extérieurs peuvent ainsi altérer l'information épigénomique, qui influence à son tour le développement des descendants d'une personne, mais aussi, à plus long terme, leur métabolisme et les maladies qui pourraient les toucher.

    Il faut rappeler que l'épigénome est une sorte d'interrupteur moléculaire qui peut donc être modifié par des facteurs environnementaux et qui est impliqué dans l'apparition de nombreuses maladies, telles que le cancer et le diabète. L'épigénome contrôle si un gène est exprimé ou non; ainsi il détermine si une information potentiellement transmissible le sera.

    Nous savions que la majorité de l'épigénome est effacée puis ré-établie lors de la formation du sperme. Or, cette étude démontre qu'en plus de contenir l'information nécessaire au développement de l'embryon, le sperme conserve également en mémoire les facteurs auxquels un père a été exposé par son environnement, son alimentation et son mode de vie. "Notre étude suggère que les pères devraient réfléchir à ce qu'ils mangent, à ce qu'ils boivent, à ce qu'ils fument et se souvenir qu'ils sont les garants de la santé des générations futures" conclut la professeure Kimmins.

    Cette étude suscite des inquiétudes quant aux effets à long terme des régimes alimentaires des pays occidentaux, ainsi que ceux qu'entraîne l'insécurité alimentaire. La prochaine étape du projet de recherche consistera donc à déterminer les liens qui peuvent exister chez les hommes entre le régime alimentaire, le surpoids et la santé de leurs enfants."

    Source : Nature

  • Les scientifiques proposent des solutions pour réduire les émissions de méthane des animaux

    Les émissions de méthane (CH4) dans l’atmosphère sont un enjeu important car c’est un gaz à effet de serre au potentiel de réchauffement climatique 21 fois supérieur à celui du CO2 et qu’elles augmentent rapidement !

    Au niveau mondial, la concentration en méthane s'accroît d'environ 1 % par an et celle du gaz carbonique d'environ un demi %. Certains craignent que le méthane ne devienne un jour le problème le plus important.

    Le taux de CH4 atmosphérique a plus que doublé ces 2 derniers siècles, surtout en raison d’activités humaines comme l'élevage de ruminants.
     

    Tous les animaux qui se nourrissent de végétaux produisent naturellement du méthane. Presque 0,5 % du total des émissions animales est attribuable aux humains. La faune sauvage en produit environ 5 %.

     

    elevage, vaches laitières,alimentation, methaneAvec 1,3 milliards de têtes de bétail, l’élevage des gros bovins représente à lui seul 71 % du total des émissions 

    En effet, les ruminants tels que les bovins ont un estomac compartimenté dans lequel - plus précisément dans le rumen - les bactéries décomposent les aliments et génèrent du CH4 en tant que sous-produit.

     

    Un seul bovin peut en produire environ 65 kg et une vache laitière 90 kg de CH4 par an, essentiellement rejeté par voie orale (95%). Ce rejet représente une perte de 7% de l’énergie ingérée par l’animal.
     

    Des propositions scientifiques concrètes

     

    À l'Université du Manitoba, les chercheurs canadiens ont découvert que le niveau de méthane baisse dès que la vache mange des aliments de haute qualité, faciles à digérer. Ils ont ainsi observé que les émissions de méthane diminuent de 10 % lorsqu'on mélange de la luzerne au fourrage.

    Des scientifiques de l’INRA ont mis au point une méthode pour réduire encore plus la production de CH4 en utilisant un complément alimentaire issu de la fermentation d’un substrat par au moins un champignon appartenant au genre Monascus.
     

    Ces champignons sont sans danger pour l’Homme et l’animal. Ils sont traditionnellement utilisés dans la gastronomie chinoise et leur consommation a été autorisée par l’EFSA et la FDA.

     

    Les chercheurs de l’INRA ont montré qu’un substrat organique (grains de céréales et dérivés) fermenté par une souche de l’espèce Monascus ruber et ajouté à la ration d’ovins réduit de 30% la production de méthane.

     

    Protégée par un brevet, cette technologie nécessite encore des travaux de R&D avant la commercialisation d’un complément alimentaire ou ingrédient alimentaire bioactif pour les ruminants d’élevage.

     

    En tout état de cause, il y a là une voie intéressante pour maitriser l’augmentation du taux de méthane dans l’atmosphère, une voie d’autant plus intéressante que les besoins en produits laitiers devraient s’accroitre rapidement, en particulier dans les pays émergents.

    Source : INRA 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu