Avertir le modérateur

recherche

  • Les priorités de la Commission Européenne définies pour la recherche en agroalimentaire

    Avec le rapport « Tomorrow’s Healthy Society – Research Priorities for Foods and Diets », la Commission Européenne a identifié ses priorités pour mettre en œuvre le programme de recherche Horizon 2020 dans le secteur agroalimentaire

    A la demande de la Direction générale de la recherche et de l’innovation, le Joint Research Center (JRC) s’est projeté à l’horizon 2050.

     

    Centrée sur le consommateur européen, la réflexion du groupe a retenu comme hypothèses globales communes : changement climatique modéré (augmentation de la température de 2°), faible taux de croissance, population mondiale de 9 milliards de personnes, population européenne stable avec augmentation à 28% des personnes âgées et immigration continue pour renforcer la population active, développement des applications digitalisées.

     

    recherche,agroalimentaire,horizon 2020En s’appuyant sur une analyse factorielle des habitudes alimentaires et de ce qui peut les influencer (équilibre temps de travail/loisirs, références sociales individuelles, acceptabilité des évolutions technologiques, évolution des structures de la chaine agro-alimentaire, politiques en termes d’environnement, de nutrition et de santé appliquées à l’agroalimentaire),

     

    Elle décrit quelle pourrait être la situation de l’Union européenne en 2050 avec deux facteurs discriminants : les prix agricoles (bas ou élevés) et les valeurs sociales dominantes (sens communautaire ou individualisme).


    recherche,agroalimentaire,horizon 2020

     


    4 scénarios ont servi de base pour identifier les priorités de recherche :

    - « Healthy new world », caractérisé notamment par des efforts importants de prévention des maladies,

    - « Heal the world », avec une chaîne alimentaire européenne plus durable sur le plan environnemental),

    - « Eat to live » où les inégalités sociales s’accroissent encore de manière significative, 

    - « Me, myself and I », où l’individualisme et les nouvelles technologies règnent.

    10 thème prioritaires

    10 thèmes prioritaires de recherche ont été identifies pour répondre aux challenges et aux opportunités qui découlant de ces scénarios, Ils peuvent être regroupés en 4 domaines

    1. Vers une alimentation plus saine : élaboration de politiques intégrées;

    . Améliorer les bases scientifiques pour l'adoption de comportements alimentaires sains

    . Développer une démarche scientifique pour appréhender les politiques alimentaires et de la nutrition

    . Fournir un cadre pour concevoir, suivre et évaluer les politiques

    2. Alimentation, de nutriments et la santé: interactions croisées et les risques émergents;

    . Approfondir la compréhension de la nutrition humaine et de sa complexité

    . Anticiper les risques émergents

    3. Faire des régimes alimentaires individualisés une réalité

    . Créer et développer les données nécessaires aux régimes individualisés

    . Analyser la faisabilité et les impacts de régimes alimentaires sains individualisés

    4. Esquisser et promouvoir le système alimentaire de 2050

    . Comprendre le rôle social de l’alimentation

    . Esquisser un système alimentaire durable avec la production d’ingrédients alimentaires sûrs pour la santé

    . Soutenir les technologies qui répondent aux besoins sociaux 

    Le groupe d’études était constitué d’universitaires et de cadres des services de la Commission. Bien que le rôle social de l’alimentation constitue l’un des thèmes prioritaire de recherche, on peut noter que aucun charcheur universitaire français ou italien n’a été mis à contribution… Espérons que les chercheurs originaires de pays où la gastronomie constitue un élément du patrimoine mondial seront plus impliqués dans la mise en œuvre du programme Horizon 2020.

     

    Par ailleurs, il est dommage que n’apparaisse pas dans le rapport les interactions entre un modèle alimentaire européen et les autres modèles. Il est très probable que ces interactions, déjà perceptibles depuis la seconde guerre mondiale, ne feront que s’amplifier avec la mondialisation des entreprises industrielles et commerciales. Ce travail semble avoir été trop influencé par la mode du « locavore »…

    Source :  European Commission

  • La Commission européenne lance le programme de recherche « Horizon 2020 »

    La Commission européenne a lancé mercredi le programme « Horizon 2020 », doté d'un budget de 15 milliards d'euros pour les deux premières années, en présentant les premiers appels à projets retenus. Sur les 7 ans de sa durée, le programme de recherche et d'innovation de l'Union européenne est doté d'un budget de 80 milliards d'euros.

    Recherche,innovation,Horizon 2020,Europe,Commission européenne,sécurité alimentaire

    Les appels au titre du seul budget de 2014 représentent un financement de 7,8 milliards d'euros, axé sur les trois piliers essentiels du programme Horizon 2020 que sont l'excellence scientifique (près de 3 milliards d'euros), la primauté industrielle (1,8 milliard d'euros pour soutenir des domaines tels que les nanotechnologies, la robotique, ou encore les biotechnologies...), et les enjeux de société.

     

    Sur ce dernier pilier, 2,8 milliards d'euros sont alloués à des projets innovants portant sur les 7 enjeux de société définis dans le programme Horizon 2020 : la santé et la sécurité alimentaire, une agriculture et une exploitation forestière durables, les activités maritimes et la bio-économie, l'énergie, les transports, l'action pour le climat, l'environnement, ou encore l'utilisation rationnelle des ressources et des matières premières.
     

    « De nouvelles règles » établissent le « libre accès » comme « une des exigences du programme Horizon 2020, afin que les résultats des projets publiés soient librement accessibles à tous », souligne la Commission.

     

    La sécurité alimentaire durable à l'Horizon 2020

     

    138 millions d'euros seront alloués en 2014 aux recherches dans le domaine de la sécurité alimentaire. Elle représente un « défi majeur pour notre société » qui relève « également (d'une) importance économique cruciale » en rapport avec les niveaux des exportations agricoles en 2011 (environ 7 % de la valeur totale des exportations de l'UE) et en termes d'emploi (17 millions de personnes travaillaient dans l'agroalimentaire en Europe en 2011). L'objectif est de « développer des systèmes de production alimentaire aquatiques et terrestres compétitifs et économes en ressources et technologies, pour une chaîne alimentaire durable », ainsi que de faire la promotion d'une alimentation saine. Les recherches pourront aussi appréhender les facteurs mondiaux pour la sécurité alimentaire.

    La Commission attend en retour de ces efforts de recherche un gain de 20 % de l'utilisation efficace des ressources, gagner en productivité dans la production primaire, et faire progresser la politique de sécurité alimentaire « à la lumière de nouvelles preuves scientifiques ». Elle espère aussi « réduire les problèmes de santé dus à une mauvaise nutrition », comme la surcharge pondérale et l'obésité.

    Une partie des 138 millions d'euros ciblera la lutte contre les ravageurs indigènes et exotiques des cultures.
     

    Source : La France Agricole

    Pour en savoir plus ( en anglais), cliquer sur « Horizon 2020 - first calls »

  • A l’initiative de l’Algérie, le groupe des « 5+5 » recommandent la création d’un observatoire de la sécurité alimentaire

    5+5, pays méditerranéens,sécurité alimentaireLe groupe des 5+5 (l’Algérie, la Tunisie, la Libye, la Mauritanie et le Maroc pour la rive sud de la Méditerranée, et l’Espagne, la France, Malte, le Portugal et l’Italie pour la rive nord), créé en 1990 et réuni le 27 novembre 2013 à Alger, a recommandé à l’unanimité la création d’un observatoire de la sécurité alimentaire comme cadre d’échange et de partage d’expérience agricoles.

    Un groupe ad hoc composé d’un représentant du ministère de l’Agriculture de chaque pays sera créé dans l’objectif d’élaborer des diagnostics nationaux et régionaux sur la sécurité alimentaire. Un délai de trois mois a été accordé à ce groupe de travail pour finaliser ces deux missions.

    Par ailleurs, les dix pays ont préconisé d’instaurer un environnement des affaires favorable au développement du partenariat dans le domaine agricole et de la sécurité alimentaire, notamment sur le plan juridique et la définition de cadres d’investissements appropriés.

    A ce titre, le groupe a mis l’accent sur la nécessité de créer une bourse d’informations sur les opportunités de partenariat dans les dix pays avec comme outil l’élaboration d’une cartographie des créneaux d’investissements en vue de développer une agriculture durable.

    Il est question, selon les experts des pays du dialogue 5+5 réunis la veille en séminaire, d’encourager notamment des partenariats favorisant le transfert des technologies, l’innovation et le développement de la recherche.

    Source : APS-Algérie Presse Service

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu