Avertir le modérateur

regime alimentaire

  • Les régimes alimentaires se radicalisent et se communautarisent sous les effets du marketing

    La segmentation traditionnelle des régimes alimentaires était surtout influencée par l’appartenance à une région (régime méditerranéen, cuisines régionales promues par la restauration, fast food), par des interdits religieux (casher, hallal…) et par les intolérances allergiques. Les différences régionales tendent à s’estomper pour faire place à de véritables idéologies nutritionnelles avec la constitution de véritables communautés.

    food pyramid,régime alimentaire,casher,hallal,végétarien,végétalien,flexitarisme,pescatarisme,pesca-végétarisme,pollotarisme,volaillo-végétarisme,pollo-pescatarisme,crudivore,macrobiotique,hildegarde de bingen,femme actuelle,weight watchers,hippocrate institute,orthorexie,alimentation des animaux de compagnieLes études scientifiques de nutritionnistes ont conduit à préconiser des régimes équilibrés et diversifiés ainsi qu'à élaborer des régimes spécifiques selon l’âge, l’état de santé, adaptés aux sportifs…

    Dans son billet humoristique du 14 avril dans La Croix, Alain Rémond ironise : «  ça se complique du côté des régimes alimentaires. Jusqu’ici, pour moi, les choses étaient simples. Soit on était omnivore (on mange de tout), soit on était végétarien (on ne mange pas de chair animale, mais on accepte les aliments d’origine animale, comme les œufs ou le lait), soit on était végétalien (ni viande, ni poisson, ni lait, ni œufs). Et voilà  que j’apprends qu’existe le flexitarisme, qui est une espèce de végétarisme à la carte : chez soi, on est plutôt fruits et légumes, mais au resto ou chez des amis on s’autorise viande et poisson. J’ai à peine le temps de digérer cette nouvelle qu’on m’informe qu’il existe aussi le pescatarisme (ou pesco-végétarisme), un végétarisme qui autorise les poissions et les fruits de mer (il parait que c’était le régime des cathares). Et même le pollotarisme (ou volaillo-végétarisme) où cette fois c’est la volaille qui est autorisée (mais pas le foie gras qui est pourtant de la volaille). Sans oublier le pollo-pescatarisme, végétarisme qui autorise viande et poison. Et quand on mange à tous les râteliers, ça s’appelle comment ? »

    La liste d’Alain Rémond est loin d’être exhaustive puisqu’il y a autant de régimes alimentaires que de modèles nutritionnels. Ainsi « l’alimentation vivante » s’inscrit dans le crudivorisme, mouvement qui comprend plusieurs sous-groupes : les granivores (consommer surtout des graines), les frugivores (surtout des fruits), les instinctos (consommer les aliments, dont des produits animaux, sans les mélanger), les liquidariens (presque uniquement des jus), et les adeptes de l’« écologie alimentaire » (consommer cru, mais de tout, y compris viandes et insectes). Le point commun de tous ces régimes alimentaires est que les aliments sont consommés majoritairement crus ou en totalité.

     

    Il faut ajouter l’alimentation macrobiotique avec sa dimension spirituelle orientale (la cuisson des aliments se fait jusqu'à évaporation complète de l'eau de façon à conserver le maximum de nutriments) et sa dérivée l’alimentation macrobiotique végétalienne, sans parler de l’alimentation véganiste

    Parmi ces régimes alimentaires à connotation spirituelle, on peut citer également les celui préconisé au XIIème siècle par l’abbesse allemande Ste Hildegarde de Bingen.

    Quelques-uns se réfèrent à des modèles historiques, voire préhistorique tel que l’alimentation néolithique.

    L'influence de Models Business

    Des magazines grand public surfent sur l’attente des consommateurs, surtout des consommatrices, particulièrement préoccupées par leur silhouette et leur bien être. Ainsi Femme actuelle a lancé « Régime et plaisir, le premier régime qui libère vos envies » alors que Femina se contente de sélectionner des aliments « brûle-graisse » 

    Il y a aussi les modèles alimentaires pseudo-scientifiques développés par les Models Business d’entreprises avec la mise en place de groupes de consommateurs pour promouvoir le régime maison. Le plus connu est Weight Watchers. Autre société américaine, Hippocrate Institute propose une « alimentation vivante » où les aliments deviennent nos médicaments…

     

    La PME française PiLeJe promeut la micro-nutrition qui part du postulat que chaque individu a un métabolisme et des besoins qu’il convient de satisfaire avec l’apport de micronutriments adaptés.

    Mais manger sainement peut devenir une maladie dénommée orthorexie liée à un trouble du comportement alimentaire. Différente de l'anorexie ou la boulimie, l'orthorexie ne se traduit pas par le fait de consommer un volume et une quantité de nourriture inappropriés mais par une véritable obsession de la qualité de celle-ci. Une quête de perfection alimentaire qui peut s'avérer être, avec le temps, psychologiquement épuisant et source d'exclusion sociale.

    L’influence marketing sur nos régimes alimentaires s’intéresse aussi à l’alimentation des animaux de compagnie. Actuellement, seules les grandes multinationales font des offres structurées dans ce domaine, des associations se cantonnant dans la critique des aliments industriels. Mais une offre alternative ne saurait tarder… 

  • Les édulcorants artificiels favorisent l’apparition du diabète et l’obésité

    Les édulcorants sont souvent considérés par les obèses et les diabétiques comme le bon moyen de réduire sa consommation en sucre source de calories sans que cela n'altère le goût des aliments. Or, les travaux de deux équipes de chercheurs israéliens démontrent même leur nocivité sur la santé humaine.

    Selon un article publié dans la revue Nature, l'équipe du docteur Eran Elinav du département d'immunologie et celle de l'équipe du professeur Eran Segal du département d'informatique et mathématiques appliquées de l'Institut des sciences Weizmann ont mis en évidence de troublants effets des édulcorants artificiels sur le métabolisme du glucose.

    saccharine.jpg sucralose.jpg aspartame-edulcorant.jpg  Trois édulcorants utilisés couramment par l'industrie alimentaire ont été testés :
    la saccharine,
    le sucralose et l'aspartame.

    Indirectement, ces désordres métaboliques seraient à l'origine de l'apparition de... diabète et d'obésité !

    Les édulcorants artificiels et l'intolérance au glucose

    Pour déterminer les effets des édulcorants artificiels sur le métabolisme du glucose, les chercheurs israéliens ont comparé ce dernier chez des souris s'abreuvant d'eau, d'eau sucrée ou encore d'eau contenant un édulcorant artificiel.

    Au bout d’une semaine, les souris consommant des édulcorants ont développé une intolérance au glucose qui traduit une incapacité de l'organisme à gérer une trop grande quantité de sucre dans l'alimentation. Ce désordre métabolique est la première étape vers l'apparition d'un diabète de type II (forme du diabète se déclenchant à l'âge adulte). L'apparition de ce phénomène n'a été observé ni chez les souris buvant de l'eau ni chez celles consommant de l'eau sucrée.

    Le rôle des bactéries intestinales

    Alors que les édulcorants artificiels ne sont pas absorbés par l'intestin, les chercheurs ont soupçonné un impact sur la flore intestinale et sur le processus de la digestion. Pour tester cette hypothèse, ils ont traité les souris à l'aide d'antibiotiques. Sous l'effet de ce traitement, les différences entre les souris consommant des édulcorants artificiels et les groupes contrôles ont disparu. Ils ont ensuite transféré la microflore intestinale de souris abreuvées aux édulcorants chez les souris contrôles. Les souris soumises à cette expérience ont développé une intolérance au glucose, confirmant que le développement de désordres métaboliques du à l'ingestion d'édulcorants artificiels résulte de modifications de la microflore intestinale.

    Après ces résultats sur les souris, il convenait de vérifier leur validité sur l'espèce humaine. Les chercheurs ont alors demandé à de jeunes volontaires en bonne santé, ne consommant habituellement aucun édulcorant artificiel, d'ajouter l'un d'entre eux à leur régime alimentaire pendant sept jours. Leur taux de glucose sanguin a été mesuré en continu pendant cette période et des analyses fécales visant à déterminer la composition en bactéries intestinales ont également été effectuées.

    En moins d'une semaine, la majorité des volontaires ont développé une intolérance au glucose. En outre, les analyses fécales ont révélé que cette intolérance était corrélée à un changement dans la composition de la microflore intestinale.

    La corrélation entre une consommation d'édulcorants artificiels et le développement d'une intolérance au glucose, du à des modifications de la microflore intestinale se trouve ainsi avérée. Cette intolérance est la première étape vers l'apparition d'un diabète de type II. Ces modifications de la microflore conduisent ensuite à l'apparition de nouvelles voies métaboliques typiquement associées, chez la souris comme chez l'Homme, à l'obésité.

    Source : Nature (n°514)

  • La prise alimentaire limitée dans le temps est intéressante et peu contraignante pour perdre du poids et réduire les risques de diabète

    Les résultats observés en laboratoire suggèrent que l'heure à laquelle nous mangeons est aussi important que ce que nous mangeons pour maitriser son poids. L'optimal : durant les jours de la semaine, un délai de moins de 10 heures entre le petit-déjeuner et le diner, et sans grignoter ensuite ou boire autre chose que de l'eau.

     

    Salk Institute of San DiegoSelon une étude menée par des chercheurs de l'Institut Salk à San Diego (USA)et publiée en décembre 2014 dans la revue Cell Metabolism, les périodes d'alimentation trop longues sont nocives pour la santé.

    De nos jours, dit le Pr Satchidananda Panda, la plupart des conseils nutritionnels se résument à : "Vous devez changer de régime alimentaire et recourir à une alimentation plus saine et plus équilibrée". Compte-tenu du fait que beaucoup de gens n'ont pas accès à cette alimentation, nous voulions savoir si, sans modifier le régime alimentaire, l'alimentation limitée dans le temps pouvait apporter certains avantages.

    Les résultats observés en laboratoire suggèrent que l'heure à laquelle nous mangeons est aussi important que  ce que nous mangeons. Bien qu’ils n'aient pas encore été testés chez l'homme, ils peuvent être appliqués sans risques en tant que méthode potentielle de perte de poids.

    A une époque où les adultes et les enfants se couchent de plus en plus tard et dorment de moins en moins, ce qui rallonge leur période d'alimentation, les chercheurs de Salk ont démontré que limiter la période d'alimentation à un intervalle de 8 à 12 heures par jour permet de lutter contre l'obésité, le diabète et des taux de cholestérol trop élevés.

    Déjà, en 2012, le professeur Panda avait montré que sur deux groupes de souris nourries avec un régime riche en graisse, celles autorisées à ne manger que pendant 8 heures par jour étaient en meilleure santé et plus minces par rapport aux souris ayant eu accès à la même quantité de nourriture (même nombre de calories) toute la journée.

    Bien que les raisons exactes pour lesquelles la restriction dans le temps de l'alimentation conduit à une meilleure santé n'aient pas encore été trouvées, le professeur pense qu'elles sont liées à la façon dont notre horloge biologique et les rythmes circadiens influenceraient notre métabolisme.

    Une alimentation limitée dans le temps reste efficace avec un relâchement le week-end


    Dans cette nouvelle étude, réalisée sur près de 400 souris, de poids normal ou obèses, l'équipe du Pr Panda a étudié l'effet de différents types de régimes alimentaires et de différentes longueurs de restrictions temporelles. Les chercheurs ont montré que les souris ayant subi des restrictions horaires et consommé la même quantité de calories quotidiennes que leurs homologues sans restriction prennent moins de poids, et ce, indépendamment de leurs régimes : riches ou non en matières grasses, en graisses, en sucre, ou en sucres artificiels.  Que la fenêtre de temps pendant laquelle les souris ont accès à un régime hyper gras soit de 9, 10 ou 12 heures, les souris ont toujours un poids inférieur à leurs homologues sans restriction. Au-delà de 12h, les avantages conférés par la restriction de temps deviennent plus modestes.

    Les souris qui ont été nourries librement le week-end seulement sont restées très similaires à leurs congénères à qui ce répit n'a pas été offert. Cela suggère que le régime peut résister à des interruptions temporaires.

    Un effet thérapeutique intéressant contre l’obésité

    Les chercheurs ont restreint l'accès à la nourriture à une fenêtre de 9 heures chez des souris devenues obèses suite à une alimentation hyper grasse et un régime en horaire libre.  Bien que les souris aient continué à consommer le même nombre de calories, leur masse corporelle a diminué de 5%.

    Parallèlement, les souris du groupe témoin pour lequel l'accès à la nourriture n'a pas été limité dans le temps ont continué à prendre du poids, avec une augmentation de 25% de leur masse corporelle.

    Les promesses bénéfiques de l'alimentation limitée dans le temps

    L'équipe du Pr Panda a aussi étudié les effets de l'alimentation limitée dans le temps chez des souris nourries avec un régime équilibré et a pu montrer que ces souris présentaient une masse musculaire plus importante que leurs congénères ayant un accès illimité à la nourriture. "Il est intéressant de constater que, bien que les souris ayant un régime alimentaire normal ne perdent pas de poids, elles changent leur composition corporelle", explique le Pr Panda. "Cela nous amène à la question : Que se passe-t-il? Ces souris maintiennent-elles une masse musculaire qui aurait été perdue au cours du temps avec une alimentation libre, ou ont-elles gagné en masse musculaire au détriment de la graisse?"

    De plus, la prise alimentaire limitée dans le temps a révélé que de multiples voies moléculaires qui avaient été altérées par des maladies métaboliques reviennent à la normale, et que d'autres voies de protection sont activées

    Sources : Salk InstituteCell Metabolism 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu