Avertir le modérateur

sushi

  • Le « code-barre ADN » permet de débusquer les fraudes massives de dénomination

    university of Guelph,
    Une nouvelle étude commandée par Oceana, l'une des plus grandes associations de protection des océans, à l'Institut de Biodiversité de l'Ontario (BIO) rattaché à l'université de Guelph montre que 33% du poisson vendu aux Etats-Unis en supermarchés, dans les restaurants et dans les sushi bars est étiqueté sous une dénomination erronée !

    Les tests ADN ont été effectués sur plus de 1 200 échantillons de poisson venant de presque 700 lieux de vente de 21 Etats des USA. Les chercheurs ont pu mettre en évidence l'existence de fraude dans toutes les régions testées, les plus touchées étant la Californie du Sud (74% de produits mal étiquetés), Austin et Houston (49%), Boston et New York (39%). Les taux les plus importants de mauvais étiquetage ont pu être observés dans les restaurants de sushi (74%), puis dans les autres restaurants (38%) et enfin dans les supermarchés (18%).

    Ces résultats confirment ceux obtenus en 2008 par la même équipe dans les restaurants et marchés de Toronto, Guelph et New York. La majorité des poissons était vendu en tant qu'espèces de plus haute valeur marchande.

    La technique des "codes-barres ADN" permet de déterminer l'identité et l'origine des espèces animales ou végétales à partir d'une région standardisée de leur ADN. Le réseau « Canadian Barcode of Life Network » a été formé et une plate-forme a été mise en place pour répertorier et comparer les résultats du recensement des espèces sur un serveur accessible au grand public: http://www.barcodinglife.org.

    Si le programme « Barcode of Life » permet d'identifier des espèces connues, la méthodologie employée a également servi à découvrir des centaines d'espèces animales, végétales ou d'algues marines encore inconnues. Toutes ces données sont répertoriées sur le serveur du Barcode of life Data System, un projet international visant à établir un système d'identification à partir de l'ADN pour tous les organismes vivants.

    Le scandale européen de la viande de cheval indument incorporée dans des produits « pur bœuf » montre qu’il est possible de poursuivre les fraudeurs et, pour les grands opérateurs, de mettre en œuvre des procédures efficaces de contrôle pour un coût raisonnable.

    Source : Conseiller scientifique français près l'ambassade de France au Canada

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu