Avertir le modérateur

taux d'incorporation

  • La production de bioéthanol un pari industriel très risqué

    Ensus,bioethanol,biocarburantL’usine de bioéthanol du groupe Ensus, l’une des plus importante au monde et inaugurée en 2009, doit être arrêtée pour la seconde fois et pour une durée indéterminée du fait de la situation du marché ! La production cessera moins de 8 mois après sa réouverture alors qu’elle avait été déjà mise en veilleuse durant 15 mois !

    Avec un investissement de 350 millions d’euros, l’usine anglaise de Teesside peut transformer 1.000.000 tonnes de blé pour produire plus de 400 millions de litres de bioéthanol et 350.000 tonnes d’aliments pour bovins à haute teneur (30%) en protéines.

    Cette fois-ci, ce ne sont pas les prix qui sont en cause, mais la mauvaise qualité du blé anglais récolté en 2012. Le groupe acceptait des blés permettant une production de 60 kg/hl de bioéthanol (le potentiel qualitatif demandé par les raffineurs du continent européen est de 68 kg/hl) et importait du maïs européen pour préserver le rendement. Or, ce mix ne semblait ne pas satisfaire les exigences financières des investisseurs…

    De son côté, la raffinerie de Vivergo, inaugurée fin 2011 par AB Sugar, BP et DuPont et qui peut traiter 1.100.000 tonnes de blé, a exploité tout son potentiel de capacité durant le 1er trimestre 2013. La société fournit ainsi 1/3 de la demande britannique de biocarburant qui découle du taux d’incorporation de 10% exigé par la règlementation européenne. La capacité financière des puissants associés de Vivergo leur permet probablement d’avoir une vision à plus long terme et de mieux supporter les aléas du marché des matières premières.

    Principale source

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu