Avertir le modérateur

viandes

  • Le libre échange trouve ses limites britanniques dans la viande

    Selon la journaliste Carina Perkins de GlobalMeatNews, le gouvernement britannique projette l’introduction d’un label d’origine nationale sur les viandes sans attendre l’adoption de textes réglementaires de l’Union Européenne.

    Ce label serait l’un des éléments d’une loi qui fusionnerait 14 autres textes réglementaires sur l’étiquetage des produits alimentaires en Angleterre.

    Pour justifier ce projet, le Ministre d'État à l'Agriculture et de l'Alimentation David Heath a déclaré: «Le gouvernement resserre les règles pour faciliter la compréhension des informations par les consommateurs lors du passage aux caisses. Nous avons combattu longuement et durement en Europe pour avoir un étiquetage plus honnête afin que les gens puissent faire leur propre opinion sur ce qu'ils mangent. »

    label d'origine nationale, country-of-origin-labeling,COOL
    Cette démarche est généralement perçue par les pays exportateurs comme une entrave à la liberté des échanges. C’est ainsi que le Canada avait saisi en décembre 2008 l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC-WTO). En novembre 2011, le panel de l’OMC a jugé que les États-Unis violaient ses obligations commerciales internationales en insistant sur l'étiquetage du pays d'origine obligatoire, le « country-of-origin labelling » (COOL).

    Les plus ardents défenseurs du libéralisme économique sont tentés par cette démarche aux relents de protectionnisme... Les américains ne sont pas les derniers. C’est ainsi que le 2 mai dernier, le Food Standards Australia New Zealand (FSANZ) a approuvé l’extension du label d’origine auxviandes non-conditionnées de bœuf, de mouton et de volailles

  • Face au réchauffement climatique, des chercheurs anglais alarmistes pour faire parler d’eux?

    Le 4 juillet, des universitaires anglais du Sustainable Consumption Institute, University of Manchester (UK), ont intitulé le rapport réalisé sous la conduire du Dr Dr Alice Bows : What's Cooking? the UK's potential food crisis.

    sustainable consumption institute,manchester,réchauffement climatique,alimentaires,viandes,riz,régime alimentaire,emissions agricoles,effet de serre,chaine d'approvisionnement,supply chainCes chercheurs ont fait une série de scénarios basés sur un réchauffement de + 2C et + 4°. Les options les plus radicales prévoient la production de viandes en laboratoires et des centrales industrielles pour remplacer les cuisines ménagères. Selon eux, les consommateurs anglais pourraient avoir des choix alimentaires considérablement réduits si rien n’est fait pour réduire les émissions de carbone liées à la consommation d'énergie et que la température moyenne mondiale augmente de 4°.

    Si la température augmente de 2°, les consommateurs pourraient devoir modifier leurs habitudes d'achat. La plupart des viandes verraient leurs prix monter en flèche et de nombreuses familles devraient les abandonner de leur régime alimentaire.

    À l'échelle mondiale, les récoltes de riz pourraient être réduits d'environ 30 % avec un réchauffement de 4°, entraînant d'éventuelles pénuries alimentaires, voire la faim.

    De nombreux experts du climat estiment qu'une légère hausse des températures en Angleterre y serait bénéfique pour le secteur agricole.

    Cependant, pour l’équipe de Manchester, les agriculteurs devront utiliser plus d'engrais, l’élevage serait moins productif, ce qui conduirait à une nouvelle augmentation des émissions de gaz à effet de serre. 

    Ces scientifiques soulignent que « Dans des pays comme le Royaume-Uni, les décideurs ont mis l'accent sur les émissions de CO2 liées à l'énergie, négligeant l'agriculture et l’alimentation. Ce rapport montre que les émissions agricoles de gaz à effet de serre seront plus difficiles à réduire ». Et de conclure : « Si le gouvernement britannique veut prendre des mesures pour éviter une augmentation de la température de 2 °, il doit premièrement réévaluer ses objectifs pour tenir compte des impacts du changement climatique et, deuxièmement, mieux comprendre comment la consommation anglaise est liée aux émissions de la chaîne globale d'approvisionnement». 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu